75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Alien Hominid [2005], par Nicolas R.

Avis critique rédigé par Nicolas R. le mercredi 4 janvier 2006 à 04h27

Du jeu en flash au jeu console…

Que tous les fans des Contra, Metal Slug, et autres jeux d’arcade aussi bourrins que difficiles se réunissent autour de moi pour que je puisse leur conter l’histoire fabuleuse et oh combien excitante de Alien Hominid, un jeu considéré à notre époque comme un OVNI vidéo ludique comme on en voit assez peu malheureusement, il faut le dire. Pourtant, il y a quelques années de cela, les jeux d’actions en 2D sortaient très régulièrement et ravissaient nos petits yeux écarquillés de tueurs virtuels, laissaient sur notre visage un joli sourire proche de celui du Joker, et donnait des crampes à nos petites mains si fragiles. Alien Hominid, qui, à l’origine, était un petit programme en flash distribué gratuitement sur le net, a eu tellement de succès que son développeur a décidé de le porter sur nos chères consoles de salons, GameCube, PS2 et Xbox, et plus tard, la petite GBA SP de Nintendo, avec en bonus quelques mini jeux plutôt sympathiques. L’histoire est toujours la même, commençant par l’arrivée d’un petit extra terrestre jaune tout mignon sur la planète Terre et dont les agences gouvernementales veulent s’emparer pour le disséquer.
En débarquant sur console, Alien Hominid prend de la substance et devient un jeu aux graphismes 2D particulièrement soignés très cartoons, aux couleurs chatoyantes, et à l’action tonitruante. Car, certes, l’esthétique donne envie de s’essayer au jeu, mais c’est bel et bien le gameplay qui fera de ce petit bijou un objet à mettre à côté de votre Metal Slug AES si rare et si convoité. Car non, je n’ai pas peur de le dire, le titre de The Behemoth peut sans problème être comparé au chef d’œuvre de Nazca et SNK et n’aura pas à rougir face à ce monument. Pourquoi ? Tout simplement, parce que l’équipe de développement a su mettre à jour un style de jeu tout en gardant l’esprit d’origine. Les développeurs se permettent même d’aller plus loin en créant toute une palette de mouvements supplémentaires à ces petits héros jaunes. Ils peuvent par exemple exécuter des roulades pour éviter les tirs, mais également s’enfoncer dans le sol d’où ils peuvent attirer et massacrer les vilains agents du FBI qui veulent les éliminer. Ils peuvent également sauter sur la tête de ses même agents pour la leur croquer, des agents que l’on finirait presque par plaindre face à tant de violence. Toutes ces petites idées permettent de rendre l’action encore plus fun et diversifiée, et casse l’aspect répétitif qui peut rebuter certains joueurs, plus habitués aux productions récentes, très adultes, et qui peuvent parfois oublier qu’un jeu vidéo est avant tout un jeu.
Très fun, Alien Hominid l’est certainement, difficile, il l’est tout autant. Les premières parties donnent l’impression de ne jamais être assez rapide ni précis, puis, à force de revenir dessus, on se rend compte qu’il est tout à fait possible de passer des niveaux entiers sans perdre de vies. Le fun provient également de cette façon d’aborder le jeu, à la manière d’un excellent joueur qui termine en un crédit un shoot’em’up tel que Ikaruga ou autre Dodonpachi, recherchant à exploser les high-scores. Dans un tel cas, la durée de vie est ici infinie car il est bien difficile de ne pas revenir sur un soft aussi jouissif. Il est à ce titre assez regrettable de voir avec quelle facilité on arrive à gagner des vies supplémentaires en faisant du score, mais cela aidera les joueurs décontenancés par la difficulté parfois sur-humaine. Le mode deux joueurs coopératif apporte également beaucoup à cette petite bombe et permettra même d’améliorer encore la durée de vie.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Alien Hominid [2005]

Nicolas R.
90

Alien Hominid n’est peut-être pas le genre de jeu que l’on attend à notre époque sur des consoles aussi puissantes, mais comment passer à côté d’un tel vent de fraîcheur à l’heure où les développeurs cherchent à faire en sorte que les jeux vidéos ressemblent de plus en plus à la réalité. En définitive, les petits aliens jaunes remplissent leur mission en nous divertissant de manière particulièrement excitante, comme au temps où une jolie borne d’arcade dans le café du coin nous faisait rêver et dépenser frénétiquement notre argent de poche.

Que faut-il en retenir ?

  • Graphismes et animations cartoonesques dessinés à la main par Dan Paladin
  • Gameplay parfait
  • L’originalité du design
  • Un jeu à « l’ancienne »

Que faut-il oublier ?

  • Pas assez de niveaux
  • Un peu difficile pour les débutants

Acheter le Jeu Vidéo Alien Hominid en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Alien Hominid sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+