75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Judgment Day >

Critique du Film : Judgment Day

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 12 décembre 2005 à 11:31

Alors mon frère, on va le pêter, ce putain d’météore?

Un gigantesque météore se dirige doit vers notre bonne vieille planète. Devant une telle menace d’Apocalypse, les gouvernements sont en émoi. Heureusement, les braves américains ont conçus, grâce au génie d’un de leurs savants, un gigantesque laser spatial capable de réduire en miette ce très préoccupant gros caillou. Oui mais voilà, le fameux savant a été kidnappé par un groupe de fanatiques qui voient en ce corps céleste la matérialisation de la colère divine.
Mario van Peebles, Coolio et Ice-T dans le même film ! Incroyable, qui aurait cru cela possible ? Cette improbable alchimie donne, au-delà du véritable feu d’artifice capillaire, un véritable raz de marée de jeux d’épaules, de regards sombres et d’attitudes gangsta rap jusqu’à plus soif. Un spectacle délirant appuyé par la présence incongrue d’une blondinette qui se la joue ‘’dure à cuire’’ au milieu de ce gigantesque réservoir de testostérone black.
Pour en revenir à l’histoire, c’est la blonde qui est en fait le déclencheur du scénario. Flic efficace apprécié de ses supérieurs, elle se voit confier la mission de libérer le savant prisonnier des hommes de van Peebles, un gourou local marié à une bombe brune. Au placard Chuck Norris, Steven Seagal, Olivier Gruner, Jean Claude Van Damme et autres musculeux ramollis du bulbe, l’héroïne de Judgment Day est une pépé de 1m50 et de 45 kilos ! Bien entendu, il va lui falloir un coup de main pour défoncer les portes et impressionner les contrevenants et c’est pour cette raison qu’elle propose à un délinquant – oui, mais un brave type quand même, sa sœur est d’ailleurs dans la police et il ne la bat pas, c’est dire ! – de l’aider, en échange d’un allègement de peine. Bien évidemment, vous avez compris, cette grosse brute au cœur tendre ; c’est Ice-T. Oui, c’est vrai, cela aurait pu être Vin Diesel mais bon, ce n’est pas le même budget.
Tous les deux vont donc remonter la filière des gangs black – ce qui donne donc droit à des séquences d’un humour franc et débridé (sic) – pour finalement arriver à Coolio – dit monsieur Vermicelle -, chef de gang à l’occasion et définitivement l’un des plus mauvais acteurs d’Hollywood. Les deux rois du sur-jeu se livrent alors à une démonstration de théâtre No du meilleur effet avant que tout cela ne se termine à coups de calibres. Coolio nous quitte et retourne à ses chères études que l’on espère d’art dramatique. On est un peu triste quand même de la mort de monsieur Vermicelle !
Pendant ce temps, un des fragments accompagnant le météore entre dans l’atmosphère terrestre et détruit de manière affreuse une carte postale de San Francisco. Au QG américain, c’est la consternation – on le voit bien, certains figurants regardent leurs lacets et le chef dodeline de la tête. Ne sachant pas si la mission des deux zozos va réussir, les militaires américains – les autres sont en vacances aux Bermudes ? - lancent alors des missiles nucléaires sur le météore. En vain, la caillasse de l’espace continue sa route vers notre chère planète bleue. Les derniers espoirs de l’humanité repose alors sur une fliquette et un gorille de banlieue. On est mal, on est mal…
Cependant, aidé par un scénario tolérant – qui a dit stupide? -, nos deux héros parviennent au repaire de la secte qui, armée jusqu’au dents, garde prisonnier le savant en attendant que cette chose, qu’ils baptisent l’Archange, réduire en cendre notre civilisation. L’intrusion dans ce nid de fanatiques va donner lieu à une véritable partie de Paint Ball dont les gentils, forcément, sortiront vainqueurs. Van Peebles terrassé et sa bombe brune tuée d’une balle dans la tête, le savant peut alors sauver l’humanité entière en utilisant le laser sur le météore, qui explose en millions de particules.

40

Judgment Day est un actionner un peu mollasson s’appuyant légèrement sur une trame de science-fiction. Les effets spéciaux sont d’ailleurs très restreints et l’on se situe à des années lumières d’Armaggedon – ce qui finalement, n’est pas plus mal. Le film repose en fait sur les trois gueules de cinéma que sont Ice-T, Coolio et Mario van Peebles, plus quelques seconds rôles assez piquants, comme le colossal Tom ‘’Tiny’’ Lister Jr dans le rôle d’un garde du corps débonnaire et philosophe. Si l’on se contente de cet aspect, le spectacle n’est pas si désagréable que ça, mais l’histoire est vraiment biscornue pour y trouver autre chose qu’un divertissement passager. A regarder en faisant autre chose…

Critique de publiée le 12 décembre 2005.

Que faut-il en retenir ?

  • Trois sacrées figures réunies
  • Séquences d’action correctement réalisées

Que faut-il oublier ?

  • Scénario nul
  • A prendre impérativement au second degré

Acheter Judgment Day en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Judgment Day sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !