75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Le Revers de la médaille #3 [2005], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 7 juin 2005 à 03h46

La guerre des tranchées revisitée par Morvan

Jean David Movan revient sur la série Mandiguerre, deux ans après que le volume 2 soit sorti (janvier 2003). Cette série est moins populaire que Sillage, et pourtant on y retrouve toujours des thèmes chers à Jean David, tel que l’homme face à la guerre, que ce soit le simple soldat jusqu’au dirigeant manipulateur et planqué. Ici c’est une extrapolation avec la première guerre mondiale sous fond de science-fiction, avec en particulier la guerre des tranchées, et Jean David en profite toujours pour y aller de son point de vue, dont un petit pique sur la manipulation médiatique. Même si les héros sont un poil moins charismatiques que Navïs, il faut reconnaître qu’ils ne manquent pas de tempérament, et que comme souvent chez le scénariste ils sont bien détaillés et le lecteur sympathise vite avec eux.
Les dessins sont signés par Stefano Tamiazzo. Né en Italie, l’homme avait su impressionner grâce à un prix au festival fantastique de Prato, et également comme étant le seul finaliste occidental lors d’un concours fait par les éditions Kodansha, prix décerné une fois seulement pas an. Et, en effet, l’homme possède une bonne maîtrise, un poil peut-être trop influencé par le manga, ce qui lui vaut un petit manque de personnalité, mais dans le domaine il maîtrise bien les techniques. Techniques qu’il utilise à merveille dans les scènes de tranchées ou lors de la batailles finale. Je me serais bien passé cependant de quelques figures faisant de grosses grimaces, mais là cela reste purement personnel.
Christophe Araldi se trouve être plutôt bon coloriste, elles sont vives, déjà vues, mais redoutablement efficaces, et vraiment agréables à l’œil. Surtout dans les dernières pages, puisqu’elles accompagnent à merveille un final de toute beauté.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Le Revers de la médaille #3 [2005]

Richard B.
77

Un album vraiment plaisant qui n’échappe cependant pas à quelques clichés dans le graphisme « manga », et qui peut du coup énerver les réfractaires aux grosses grimaces, mais il offre un divertissement haut de gamme qui mérite le détour. Avec une fin au-dessus de la moyenne qui se démarque autant dans la façon dont elle est contée que de la manière où elle est dessinée et mise en page.

Que faut-il en retenir ?

  • Divetissant
  • Graphiquement agréable
  • De la science fiction

Que faut-il oublier ?

  • Les grimaces façon "Manga"

Acheter la Bande Dessinée Le Revers de la médaille en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Revers de la médaille sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+