75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Dreamscape [1985], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 24 janvier 2005 à 03h30

Quaid manipule les rêves !


Dreamscape fait partie de ces perles des années 80, qui passent rarement sur les chaînes de télé mais qui indéniablement restent une valeur sûre. Cependant, il faut se méfier de l’affiche du film, très belle, dans la lignée de celles d’Indiana Jones, qui laisse entendre une pâle copie du film de Spielberg. Si on retrouve bien Kate Capshaw (Indiana Jones et le temple maudit) c’est bien le seul point commun avec l’aventurier.
En fait, le héros de l’histoire, Alex Gardner (formidable Dennis Quaid) va se retrouver grâce à son don de télépathie à aider les hommes à travers leurs rêves. Mais derrière ce projet qui semble fait pour aider les gens dans leur sommeil se trouve un projet gouvernemental avec de moins bonnes intentions. Nous sommes donc bien dans de la science-fiction, avec magouille gouvernementale et ambitions politiques détournées !
Le plus amusant, c’est de voir à Hollywood comment parfois les sujets se suivent. Alors que le scénario de Dreamscape circule dans les studios, Wes Craven écrit Les griffes de la nuit (d’ailleurs la rumeur veut qu’il eut du mal à vendre le projet à cause de son sujet proche de Dreamscape) . Mais dans les deux cas le propos du rêve est abordé dans des conceptions diffèrentes, et les deux films se trouvent gagnants, puisque Freddy premier du nom reçut le prix du jury du Festival d'Avoriaz en 85, et la même année Dreamscape celui du Grand Prix pour Joseph Ruben.
Le film hélas comme beaucoup a mal supporté les années, et ce qui paraissait correct en effets spéciaux en 1984 paraît aujourd’hui bien vieillissant, ainsi un homme serpent animé en image par image se révèle assez mal incrusté, ou encore nous pouvons remarquer facilement les incrustations sur fond bleu. Mais le charme persiste et le spectateur finit par s’habituer aux visuels, car l’histoire fonctionne bien et les acteurs sont tous convainquants.

La conclusion de à propos du Film : Dreamscape [1985]

Richard B.
75

Dreamscape est film très plaisant, marqué par les années il pourra paraître à un jeune public comme dépassé, mais il en reste pas moins très bien interprété et assez palpitant pour faire naître chez tous un engouement et faire passer un très bon moment. Il reste aussi un film type des années 80, très identifiable, qui lui confère ce petit charme en plus.

Acheter le Film Dreamscape en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dreamscape sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+