75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Les robots seront-ils nos partenaires sexuels du futur

Publié il y a 8 ans par Lucie M.

Steven Spielberg avait donc raison...

PARIS (AFP):
Les robots seront-ils nos partenaires sexuels du futur ? Un expert en intelligence artificielle estime que dès le milieu de ce siècle, s'entendre avec une femme fatale électronique ou avec un super étalon robot deviendra un élément parfaitement accepté.
"Imaginez ça: sexe à volonté, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 !", s'exclame David Levy, auteur de "Sexe avec les Robots : l'évolution des relations Humains-Robots" ("Sex with Robots: The Evolution of Human-Robot Relations"), Tout le monde ne partage pas sa vision d'un avenir où les humanoïdes garantiraient des satisfactions torrides au lit, avec en prime une conversation post-coïtale pré-programmée.
Mais beaucoup pensent que c'est dans les tuyaux, étant donné les progrès réalisés chaque jour dans la reproduction des muscles et des mouvements de l'homme, ou en intelligence artificielle pour reproduire émotions et personnalité.
En novembre dernier, des chercheurs de l'Université de Waseda, au Japon, ont présenté un robot qui peut faire la cuisine et utiliser ses douces mains enrobées de silicone pour interagir avec des humains.
Selon lui, le robot sexuel "Gigolo Joe", joué par Jude Law dans le film de Steven Spielberg "A.I." (Artificial Intelligence), qui propose conversation et soutien émotionnel aussi bien qu'ébats sexuels, pourrait être d'actualité avant une quarantaine d'années.
D'autres experts sont sceptiques. "Je ne pense pas que nous aurons des robots +ressemblant à des humains+ dans ce laps de temps", estime Frédéric Kaplan, chercheur à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, en Suisse. M. Kaplan, qui a programmé le cerveau de l'adorable robot-chien de Sony "Aibo", se demande si nous souhaitons vraiment des robots à notre image.
"Les interactions entre machine et humains seront intéressantes en elles-mêmes, pas en tant que +simulations+ de relations humaines", dit-il.
Mais David Levy reste convaincu qu'il y a une demande dans ce domaine.
Une compagnie japonaise, Axis, a déjà produit ce qui pourrait être considéré comme les premiers robots sexuels. Appelées Honeydolls, ces poupées grandeur nature sont faites de résine et de silicone de qualité chirurgicale, et sont équipées sur chaque sein de senseurs commandant une voix: pincez le téton et vous déclenchez des petits cris de plaisir chez "Cindy", qui chuchotera également des mots doux à votre oreille.
Les femmes aussi se laisseront tenter par les robots sexuels, estime David Levy en notant la hausse des ventes de vibromasseurs et autres "sex toys" dans le monde entier, et la levée des tabous.
Mais ce qui représente pour Levy le rêve d'une vie sexuelle débridée sans culpabilité ni risque de maladie reste pour d'autres un cauchemar de désespérance.
"Je pense que c'est tiré par les cheveux de penser que des êtres humains vont tomber amoureux de robots", dit la sexologue américaine Yvonne K. Fulbright, auteur de nombreux livres.
Elle reconnaît que les robots sexuels trouveront sans doute un marché de niche, notamment auprès des hommes désirant vivre des fantasmes.
"Mais il y a un vrai problème avec les robots sexuels: les gens se sentiront des ratés si c'est leur seule solution", a-t-elle dit.

Consulter la source de l'article

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • Les fan d'Asimov se souviendront également qu'il avait abordé le sujet dans une société principalement robotisé et où le rapport avec un robot n'avait alors rien d'extraordinaire.

    Le robot était alors considéré comme un objet : "c'est comme utiliser un vibormasseur sophistiqué"...

    Alce, le 13 février 2008 15:18
  • Il me semble que se contenter de Spielberg comme référence de base, c'est faire peu de cas d'un grand dessinateur/illustrateur français : Forrest... qui dans un Barbarella il me semble l'imagine ayant des rapports avec un robot ( une pleine page) qui lui demande s'il n'a pas été trop mécanique...et il doit y avoir du côté de chez Villiers de lisle Adam ou Mérimé une poupée mécanique qui a dû inspirer Marcel Allain ou Pierre Souvestre... Voir Vadim... donc
    Jules, le 15 février 2008 14:36