75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Bifrost n°46

Publié il y a 9 ans par Manu B.

Interview Gérard Klein

Voici tout d'abord le programme officiel:
Nouvelles : • Le Rôle de l’homme par Gérard KLEIN • Voyageurs imprudents, par Christophe LAMBERT • Un espion sur Europe par Alastair REYNOLDS
ITW de Gérard Klein
Articles : • Objectif Runes : les bouquins, critiques & dossiers • A la chandelle de maître Doc’Stolze : De la xéno-encyclopédie • Le coin des revues par Thomas Day • Au travers du Prisme : Gérard Klein : mémoire vive de la science-fiction Les vies d’une vie : un entretien avec Gérard Klein par Richard Comballot Bibliographie, par Alain Sprauel • Paroles de Nornes : les infos du milieu, par Org
L'essentiel de ce numéro est consacré à l'une des figures de la science fiction française, un homme qui a lui-même consacré sa vie à ce genre qui a gagné peu à peu, en un peu moins d'un siècle, ses lettres de noblesse, dans une littérature de plus en plus exigeante et qui a de moins en moins à rougir de la littérature dite blanche.
Gérard Klein est donc au centre de ce numéro, tout d'abord avec une de ses rares nouvelles ces dernières années (voire décennies): le rôle de l'homme. Il y est question de la définition de l'homme, d'une certaine manière, de l'humanité, dans cette nouvelle société. La forme - qu'il me pardonne- m'a fait pensé à du Isaac Asimov (comparaison peu flatteuse pour lui puisque étonnemment il n'aime pas cet auteur) ou à du Cordwainer Smith (peut-être sera-t-il plus heureux de celle-ci) dans le sens où le début de cette nouvelle nous met dans le bain sans aucune justification et que le développement nous explique d'une certaine manière pourquoi on en est arrivé là.
La deuxième nouvelle est l'oeuvre de Christophe Lambert sur une idée que l'on retrouve à la fin du roman Olympos. A vous de la reconnaître... Concernant la forme, le style est fluide, l'écriture très visuelle ou imagée, dans un décor de film connu (Titanic) qui nous situe très facilement où évoluent les personnages. Du coup, la brêche , son roman le plus connu et le plus apprécié a atterri sur ma pile à lire très vite.
Enfin, la dernière nouvelle publiée est écrite par Alastair Reynolds, l'auteur du cycle des inhibiteurs composé des romans l'espace de la révélation, la cité du gouffre, l'arche de la rédemption et le gouffre de l'absolution, et du recueil de deux novellas Diamond dogs Turquoise days, traduits en France. SI vous êtes un des afficionados du cycle, cette nouvelle courte ne va pas apporter une grosse pierre à l'édifice des pavés, mais au contraire, à l'instar des deux novellas, montrer un aspect quelque peu différent de la trame principale du cycle. C'est complètement indépendant du cycle. Néanmoins, avec la plume de Alastair Reynolds, on ne s'ennuie pas. Voilà une nouvelle mineure mais plaisante à lire.
L'interview de Gérard Klein est assez exceptionnelle car l'homme se fait rare dans les périodiques. Surtout en tant que novelliste. C'est une interview de presque soixante-dix pages + dix pages de biographie sur la vie de Gérard Klein, donc une mine d'or de renseignements, non seulement sur sa vie, qui a été riche et pleine, qui a vu l'évolution de la SF en France (souvent en tant qu'acteur), mais aussi sur le développement de toute une époque où une génération d'écrivains se retrouvait dans l'arrière pièce de la librairie de la Balance. Gérard Klein n'est pas d'une grande modestie à son endroit, mais quand on sait ce qu'il a vu et ce qu'il a produit dans l'édition SF (notamment pour les collections de Robert Laffont et du livre de poche, entre autres), on lui pardonnera ce défaut.
Reste un dossier intéressant sur la Xeno-encyclopédie, et les critiques des dernières oeuvres de ces deux derniers mois, sur le ton que l'on connaît: passionné, parfois cynique, mais jamais vraiment méchant.
Bonne lecture.

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • 70 pages l'interview, les dix autresp ages, c'est pour la biblio...
    Moi, le 7 mai 2007 09:19