75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Fantastic'arts 2007 - Le Reportage SFU

Publié il y a 9 ans par Nicolas L.

Cinq fantastiques journées

GERARDMER, TOUT D'ABORD, UN SITE MAGNIFIQUE
Nichée dans une vallée en plein centre des Hautes-Vosges, la petite ville de Gérardmer compte une petite dizaine de milliers d’habitants. Ancienne capitale française de la fabrication de linges de maison, la cité s’est reconvertie dans le tourisme dés le début du siècle. Il faut dire que le site a de quoi plaire. Bâtie autour d’un magnifique lac de plus de 7 kilomètres de long sur un de large, Gérardmer possède également le meilleur domaine skiable des Hautes-Vosges, avec une station située à peine à cinq minutes de voiture du centre-ville. Entourée par des forêts de sapin, baignée par une luminosité unique, le site de Gérardmer est un lieu de détente idéal, été comme hiver.




GERARDMER - UNE IDENTITE FORTEMENT REVENDIQUEE ET UN CACHET UNIQUE
Gérardmer n’est en fait que la principale des cités bâties dans la vallée. Mais depuis quelques années, avec le développement du tourisme, l’expansion de tous ces rustiques petits villages a entraîné leur jonction, créant une zone habitable continue d’environ 10 000 âmes. Gérardmer, c’est également l’endroit idéal pour construire un festival durable, tant la ville est riches en équipements de tous genre : plusieurs lycées (dont un hôtelier, bien évidemment), un bowling, une patinoire, un casino, un palais des Congrès, une confortable maison des jeunes et un espace culturel (Espace du Tilleul). Et bien sûr, une myriade d’hôtel aux tarifs raisonnables. L’endroit le plus intéressant de la cité reste bien entendu le centre ville, avec sa coquette grande rue illuminée et ses chalets de restauration qui donnent un cachet unique à la manifestation.


Les chalets gastronomiques et la grande rue illuminée



Deux des salles de projections du festival : le cossu Espace LAC et le cinéma de quartier Paradiso

GERARDMER ET FANTASTIC'ARTS - 14 ANNEES DE PASSION PARTAGEE
Lorsque le festival d’Avoriaz baissa définitivement son rideau, le dynamique Lionel Souchan entreprit immédiatement de trouver un autre site pour continuer l’aventure. Je ne sais pas si Gérardmer fut le résultat d’une décision rapide mais il est indéniable que, sur le coup, ce grand amoureux du cinéma fantastique a eu le nez fin. Depuis 14 ans, le festival ne cesse de prendre des galons. Même si la route a été cahoteuse, avec de nombreux changements de partenaires, il est indéniable que Fantastic’arts a atteint aujourd’hui son rythme de croisière et une certaine sérénité. Pour mémoire, voici les lauréats et les présidents de Jury de ces 14 éditions (entre parenthèse, le jury des longs métrages) :
1994 Président : Walter Hill (Dario Argento, Elizabeth Bourgine, Robert Enrico, Terry Gilliam, David Giler, Victor Lanoux, Henri Salvador, Jerry Schatzberg) Grand Prix: Jiang Hu, de Ronny Yu (HK) Prix du Jury : L’écureuil rouge, de Julio Medem (Espagne)
1995 : Président : John Carpenter (Marie Laforêt, Fabio Conversi, Frank Darabont, Philippe Druillet, Paul Guimard, Tobe Hooper, Florent Pagny, Pierre Pelot, Charles Russel, Jerzy Skolimowski) Grand Prix : Créatures Célestes, de Peter Jackson (NZ) Prix du jury : Dellamorte, dellamore, , de Michele Soavi
1996 : Président : Rutger Hauer (Christine Boisson, Carmen Maura, Pascla Bruckner, Marc Caro, Claude Chabrol, Larry Cohen, Peter Coyote, Jacques Deray, Claude Rich, Michele Soavi) Grand Prix : Le jour de la bête, de Alex de la Iglesia (Espagne) Prix du Jury : Témoin muet, d’Anthony Walker (All/GB)
1997 : Président : Ken Russell (Natasha Henstridge, Laura Morante, Mimie Mathy, Agnès Soral, Jacques Dorfmann, Yoichi Komatsuzawa, Jacques Lanzmann, John Malkovich, Robin Renucci, Julio Ribera, Andrzej Zulawski). Grand Prix : Scream, de Wes Craven (USA) Prix du Jury : Nur über meine leiche, de Rainer Matsutani (All.)
1998 : Président : Ted Kotcheff (Vanessa Demouy, Rossy de Palma, Andrea Ferreol, Stuart Gordon, Jan Kounen, Georges Lautner, Régis Loisel, Bernard Werber) Grand Prix: Le loup-garou de Paris, de Anthony Waller (Lux.) Prix du jury : Bienvenue à Gattaca, de Andrew Niccol (USA) & Photographing Faeries, de Nick Willing (GB)
1999 : Président : John Landis (Asia Argento, Romane Bohringer, Alexandra Vandernoot, Philippe Adamov, Stéphane Bougoin, Robert Englund, Laurent Gerra, Johnny Hallyday, Jean-Pierre Jeunet) Grand prix : Cube, de Vincenzo Natali (Canada) Prix du jury : La Sagesse des crocodiles, de Po-Chih Leong (GB) & La fiancée de Chucky, de Ronny Yu (USA)
2000 : Président : Michael York (Clotilde Courau, Gina Gershon, Caza, Thierry Frémont, Arnaud Giovaninetti, Pierre Mondy, Benoît Poelvoorde, Bruno Solo) Grand Prix : Hypnose, de David Koepp (USA) Prix du Jury : La secte sans nom, de Jaume Balaguero (Espagne)
2001 : Président : Roland Joffé (Juliette Lewis, Mathilda May, Frédéric Bézian, Alain Chamfort, Ticky Holgado, Jean-Pierre Kalfon, Serge Lama, Marc Levy, Bill Pullman, Frédérick Tristan). Grand Prix : Thomas est amoureux, de Pierre-Paul Renders (Bel.) Prix du jury : Insomnies, de Michael Walker (USA)
2002 : Président : Norman Jewison (Cyrielle Clair, Emma DeCaunes, Françoise Fabian, patrick Braoudé, Bernard Farcy, Christophe Gans, Eric Liberge, Benoît Magimel, Gilbert Melki, Georges Wolinski) Grand prix : Fausto 5.0, de Isidro Ortiz (Espagne) Prix du jury : L'échine du diable, de Guillermo del Toro (Espagne)
2003 : Président : William Friedkin (Jacqueline Bisset, Nadia Fares, Catherine Jacob, Sami Bouajila, Jean-Christophe Grangé, Sam Karmann, Tcheky Karyo, Samuel Le Bihan, Vincenzo Natali). Grand Prix : Dark Water, de Hideo Nakata (Jap) Prix du jury : The Gathering, de Brian Gilbert (GB) & Maléfique, de Eric Valette (Fr)
2004: Président: Paul Verhoeven (Cécile de France, Elsa Zylberstein, Jean Benguigui, Claude Brasseur, Philippe de Broca, Anthony Delon, Michel Delpech, Albert Dupontel, Gérard Krawczyk). Grand prix : Deux sœurs, de Kim Jee-Woon (Corée du Sud) Prix du Jury : La mélodie du malheur, de Takeshi Miike (Jap)
2005 : Président : Barry Levinson (Amira Casar, Marina de Van, Agnès Soral, Laurent Bouhnik, Eric Lysøe, Jonathan Zaccaï). Grand prix : Trouble, de Harry Cleven (Fr/Bel) Prix du jury : Saw, de James Wan (USA) & Calvaire, de Fabrice du Wetz (Bel)
2006 : Président : Hideo Nakata (Maxime Chattam, Lou Doillon, Antoine Duléry, Claire Keim, Gabrielle Lazure, Tom Novembre, Natacha Regnier, Jean-Paul Salomé, Stuart Samuels). Grand Prix : Isolation, de Billy O’Brien (Irl/GB) Prix du Jury : Fragile, de Jaume Balaguero (Espagne)
2007 : Président : Irvin Kershner (Emilie Simon, Léa Drucker, Julie Dreyfus, Charlotte de Turkheim, Richard Bohringer, Graham Joyce, Pierre-Paul Renders) Grand prix : Norway of Live, de Jens Lien (Nor.) Prix du Jury : Fido, de Andrew Currie (USA) & Black Sheep, de Jonathan King (NZ).
FANTASTIC’ARTS 2007 – LE JURY
Avec la défection de dernière minute du trublion Laurent Baffie, le jury des longs-métrages a réunit 5 jours durant dans la salle de projection de l’espace LAC huit personnes aux sensibilité différentes. Ainsi, si la majorité allait a la catégorie comédienne et comédien avec la présence de la sculpturale Julie Dreyfuss (l’une des Vipères Assassines de Kill Bill), la discrète Léa Drucker, l’aimable Charlotte de Turkheim et l’exubérant Richard Bohringer, la part belle était également accordé au métier de la réalisation avec pas moins de quatre réprésentants (le président Irvin Kershner, le belge Pierre-Paul Renders et à nouveau Bohringer et De Turkheim qui ont en effet travaillé des deux cotés de la caméra). La partie écriture était assuré de manière très professionnelle par Graham Joyce, alors que le parti des mélomanes était représenté par la gracieuse Emilie Simon (compositeur de la célèbre Marche de l’Empereur).
Pour le concours des courts-métrages, qui se déroulait à la MCL, au centre-ville, peu de photos prises par nos soins étant donné que les deux catégories concourraient simultanément en deux lieux différents. Seule Allyson Paradis a effectué de régulières apparitions à l’Espace LAC en compagnie de Emilie Simon, notamment. Les autres membres du jury étaient Bob Swaim (le président), Zoé Felix, Salomé Lelouch et Bruno Salomone.
Irvin Kershner et Emilie Simon


Richard Bohringer


Léa Drucker


Julie Dreyfuss, Charlotte de Turkheim


Graham Joyce, Allyson Paradis et Pierre-Paul Renders


LES VIP DE L’ESPACE LAC
Quelques unes des projections nocturnes (le rythme à l’Espace LAC était une projection à 11 heures, une projection à 17 heures et une dernière à 19 heures 30) était introduite par une présentation du réalisateur. Etaient présents lors de la projection de leur film : Andrew Currie (Fido), Nacho Cerda (Abandonned), Jonathan King (Black Sheep), Andreas Prochaska (In drei tagen… bist du tot), Douglas Buck (Sisters), Michael J. Bassett (Wilderness). David Carradine était également présent, à la grande joie des festivaliers.
Douglas Buck, Nacho Cerda et Andrew Currie


Jonathan King, Andreas Prochaska et Michael J. Bassett

La vidéo de l’hommage à David Carradine

FANTASTIC'ARTS ET SES PARTENAIRES
Le Festival Fantastic’Arts bénéficie d’une structure très particulière dans le fait qu’il est à la fois géré par une structure professionnelle spécialisée dans le public relation cinématographique et une structure associative composée essentiellement de bénévoles chargée de l’organisation logistique. Ces deux composantes, Public System Cinema et l’association Fantastic’arts, sont aidés dans leurs efforts par de nombreux partenaires et sponsors. Les plus importants viennent tout d’abord des organismes publics comme le Conseil Régional de Lorraine, le Conseil Général des Vosges et la Mairie de Gérardmer, mais Lionel Souchan, Pierre Sachot et Bruno Barde (les dirigeants du festival) peuvent également compter sur d’importants partenaires comme la Française des Jeux, l’Est Republicain et la chaîne de télévision Scifi, installée depuis environ un an dans l’hexagone et remplaçant 13ème Rue sur la manifestation.
Les stands Est Républicain et Française des Jeux, et Mélanie David devant le stand Scifi, qui présentait pour l’occasion le nouveau numéro de Scifi Magazine


FANTASTIC’ARTS ET LES EXPOSITIONS PERMANENTES
Deux expositions permanentes lors de ce 14ème festival. L’exposition Pierre La Police à la MCL et l’exposition Jeunes Talents à l’Espace LAC.
L’exposition Pierre La Police (pas de photos de lui car le gugusse refuse qu’on le photographie)


L’exposition Jeunes Talents, avec la présence aux dédicaces de l’illustrateur Grégory Lê (groupe Gengis Khan) La troisième photo, première ligne, représente une partie du travail de Clément Altnacht, qui nous a contacté, et dont voici l'adresse de son blog http://nbhdigit.canalblog.com



FANTASTIC’ARTS ET L’ESPACE DU TILLEUL
L’espace du Tilleul est centre de gravité du festival. Situé en plein centre ville, ce batiment cossu reçoit en son sein le comité d’accueil, les différents services, et des stands divers. De plus, cette année, le bâtiment accueillait également la manifestation du Grimoire (voir plus loin).
Votre serviteur devant l’entrée principale et quelques vues de l’intérieur.


Quelques stands et l’accueil de Public System Cinema


LE GRIMOIRE DE FANTASTIC’ARTS
Grâce à un partenariat avec les éditions Bragelonne, le festival Fantastic’art à ouvert en son Espace des Tilleuls une manifestation consacrée à la littérature sur trois jours intitulée Le Grimoire. Au programme, des nombreuses dédicaces d’auteur des éditions Nuit d’Avril et Bragelonne, mais aussi la présence de tas de petits auteurs régionaux ainsi que celle de Bernard Werber et Richard Bohringer.
Les éditions Nuit d’Avril Sire Cedric, Olivier Bidchiren et Michel Rozenberg, Virginia Schilli et Sire Cedric, un aperçu de la collection Nuit d’Avril


Les éditions Bragelonne Le coin Bragelonne, Ange, Henri Loevenbruck et Graham Joyce.


Jérôme Camut, Nathalie Hug et Ange.


Bernard Werber en invité de marque, le coin auteurs indépendants et le coin Jeunesse


Voilà, c'est tout pour le moment, en attendant la mise en ligne prochaine des vidéos de la cérémonie d'ouverture, de l'hommage à Irvin Kershner et de la céromonie de cloture.
POUR LE PALMARES DU FESTIVAL CLIQUEZ ICI






Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »