75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Qui à peur du surhomme ?

Publié il y a 12 ans par Gil P.

Pas l'Huma en tout cas !

Ci-dessous la présentation d'un essai faite par L'Humanité
Les progrès des technologies modernes menacent-ils l’humanisme ? Quelles valeurs pour orienter la bioéthique ? Les réponses d’Axel Kahn et Dominique Lecourt.
Bioéthique et liberté, par Axel Kahn et Dominique Lecourt, entretien réalisé par Christian Godin, PUF, 2004, 128 pages, 12 euros.
Parmi les mythes qu’a engendrés l’annonce d’une post-humanité induite par les biotechnologies modernes, le plus fréquent met en scène des êtres mutants qui se retournent contre leurs créateurs dans une société totalement aseptisée et sous contrôle. Déshumanisée. Cette science-fiction inaugurée par le Frankenstein de Mary Shelley s’est aujourd’hui muée en " biocatastrophisme " sous la plume d’intellectuels sensationnalistes et de mouvements réactionnaires, voire de penseurs, souvent allemands, pour qui les promesses de la génétique contemporaine sont en train de ressusciter les pires bricolages nazis. Quelles menaces fait donc réellement peser sur l’éthique humaniste la technoscience susceptible de modifier la matière vivante même ? À partir de quelles valeurs élaborer la bioéthique d’aujourd’hui ?
Suite de l'article sur le site de L'Huma

Source : L'Humanité

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »