75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Décés du réalisateur Juan Piquer Simon

Publié il y a 6 ans par Nicolas L.

Le cinéaste espagnol nous a quittés vendredi

Le réalisateur espagnol Juan Piquer Simón est décédé le 07 janvier 2011, laissant dérrière lui une belle filmographie composée de séries B qui ont ravi, et raviront de nombreuses années encore, tous les cinéphiles.

Alain Schlockoff, rédacteur-en-chef du célèbre magazine L'écran fantastique, nous en parle d'ailleurs avec émotion:

"Décédé le 7 janvier après une longue bataille contre le cancer du poumon, le cinéaste espagnol Juan Piquer Simon (75 ans) était un véritable passionné de fantastique, d'épouvante et de thrillers. Le cinéaste préparait un nouveau film du genre, basé sur une nouvelle de William H. Hodgson. Il avait également en projet, entre autres, une suite à son adaptation du Voyage au centre de la terre.

Né le 15 février 1935 à Valence, résidant à Madrid, il a produit et réalisé pendant une vingtaine d'années de nombreuses oeuvres du genre. Juan Piquer Simon possédait son propre studio indépendant et concevait une majeure partie des séquences d'effets spéciaux de ses films, utilisant les "vieilles" techniques (peintures sur verre, monstres dans des costumes en caoutchouc, etc). Adorant le cinéma américain, il travailla même avec certains réalisateurs US célèbres lorsqu'ils tournèrent en Espagne dans les années 60. C'est avec "Viaje al centro de la tierra" (Le Continent fantastique), en 1976, adapté du "Voyage au centre de la terre" de Jules Verne, qu'il débute dans le long-métrage. Cette oeuvre modeste mais estimable, fidèle au roman, dotée d'une poésie naïve et n'hésitant pas à miser sur les SFX, interprétée par Kenneth More, Jack Taylor et Ivonne Sentis, fut présentée, à peine achevée, en avant-première mondiale au Festival International de Paris du Film Fantastique et de Science-Fiction. Puis, après avoir travaillé sur le film d'horreur Satan's Blood de Carlos Puerto (sans être crédité), où un jeune couple est pris au piège d'une sinistre maison abritant des satanistes, il tourne en 1979, dans la lignée du Superman de Richard Donner mais avec des moyens infiniment plus limités, Supersonic Man, aventure de super-héros aux trucages abondants avec Cameron Mitchell, suivi du mystère de l'île aux monstres (1981), autre adaptation de Jules Verne avec Terence Stamp, Peter Cushing et Paul Naschy. Après le récit d'aventure "Los diablos del mar" (Les diables de la mer, 1982, toujours d'après Jules Verne), Juan Piquer Simon plonge dans le gore avec le réussi Sadique à la tronçonneuse (1982), lui aussi sélectionné (et primé) au Festival de Paris, où il retrouve Jack Taylor, aux côtés d'Edmund Purdom, Christopher George et Paul L. Smith. Los nuevos extraterrestres (L'éclosion des monstres, 1983) le replonge en pleine science-fiction, tandis que La Mort Visqueuse (1988)(qui remporte un Goya pour les meilleurs effets spéciaux) met en scène une attaque de limaces tueuses, d'après le roman éponyme de Shaun Hutson paru en France dans la collection "Gore" du Fleuve-Noir. Deux ans après, La mansion de los Cthulhu (Magie Noire), où l'on retrouve Frank Finlay, s'inspire naturellement d'Howard Phillips Lovecraft. La même année, Simon dirige "The Rift" (L'Abîme), mêlant horreur et aventure sous-marine, avec Jack Scalla et Edmund Purdom, surfant sur le succès d'Abyss. Ses deux dernières réalisations seront, en 1999, "La isla del diablo" et le film d'aventures "Manoa, la ciudad de Oro". Juan Piquer Simon avait écrit la totalité des scripts de ses métrages - auquel on peut ajouter celui de l'horrifique "Mas alla del terror" (Au-delà de la terreur, 1980, de Tomas Aznaer) - et produit la majorité d'entre eux. Figure marquante, aux côtés de Paul Naschy, du cinéma fantastique espagnol, utilisant divers pseudonymes (Juan Piquer, Alfredo Casado, etc), Juan Piquer Simon était aussi notre ami."


 

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »