75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Xenoshyft onslaught >

Critique du Jeu de société : Xenoshyft onslaught

Avis critique rédigé par Amaury L. le vendredi 22 janvier 2016 à 14:00

Résister ou mourir pour la NorTec (enfin pour du fric)...

La NorTec, la plus importante armée privée de la Galaxie, et aussi une entreprise toujours en recherche de nouvelles richesses minières et autres, quitte à occire de l’autochtone sur les planètes où elles débarquent. En tant que responsable d'un groupe armé, il faudra sécuriser le terrain, résister aux assauts incessants des bestioles irrespectueuses afin que les scientifiques de la NorTec accomplisse leur mission.

Grosse boîte, gros prix, petit matériel.

La boîte de Xenoshyft Onslaught présente un design qui ne trompe pas sur l'univers choisi, une lutte féroce contre des abominations diverses. On découvre principalement des cartes, 425 au total, qui représentent des Soldats, des Ennemis, des Objets..., des plateaux en carton peu épais (donc plutôt fragiles) symbolisant les lignes de front (Ennemi et NorTec) ainsi que quelques pions en plastique (Dégâts et Capacité). Malgré des illustrations réussies, l'ensemble ne donne pas totalement satisfaction au regard du prix élevé (autour de 55 euros) avec certains éléments (plateaux, pions) qui sont de qualité moyenne.

Grosse boîte, gros livret de règles.

Le but du jeu est de résister ensemble pendant neuf rounds aux assauts des ennemis. Pendant son tour, on achète des cartes Soldat et/ou Objet en dépensant des Xenosathem. Ensuite, avec son tirage (6 cartes) et les cartes nouvellement acquises, on forme une ligne de front (quatre cases à remplir) qui devra résister aux assauts des quatre ennemis tirés aléatoirement. Chaque joueur exécute les mêmes actions avant de passer à la phase Combat. Chaque Soldat et Ennemi possède des caractéristiques propres (point de vie, puissance au combat, capacité spéciales). Si un soldat et/ou un ennemi perd tous ses points de vie, il est retiré de ligne de front (mis dans la défausse du joueur concerné pour le joueur, écarté définitivement de la partie pour un ennemi). Si l'escouade d'un joueur annihile tous les monstres, il passe le round sans incident sinon, l'ennemi inflige des dommages (à hauteur de sa puissance au combat) à la Base avant d'être retiré du jeu. Si la Base n'a plus de point de structure, elle est détruite et les joueurs perdent la partie. Si au terme des neuf rounds, la Base conserve quelques points de structure, la mission est un succès.

Les cartes Ennemi "La Ruche".

Grosse boîte, petit deck-building

Malgré un livret de 20 pages, les règles demeurent relativement accessibles. Très bien illustrées par des exemples, on comprend aisément les différentes mécaniques. Xenoshyft onslaught est un jeu qui mêle le deck-building avec un objectif commun à réussir ensemble. Le ressort prioritaire est clairement orienté vers le combat, dans l'esprit du film Starship troopers. La thématique semble en adéquation, on lutte contre des assauts d'abominations de plus en plus costaudes. L'entraide apparaît indispensable si on souhaite réussir la mission, résister pendant neuf rounds aux affreuses « bebêtes » qui butent nos soldats aisément. Perdre son escouade entière sur un seul round est un facteur récurrent à prendre en considération. Les pertes sont importantes et améliorer, selon les objets éventuellement disponibles, sa résistance aux agressions ennemies s'avère la principale obsession des joueurs. A la différence des deck-building reconnus (Dominion par exemple), construire un deck efficient semble moins évident en raison de plusieurs paramètres, le tirage aléatoire des objets et leur faible quantité (difficile d'obtenir deux objets identiques), les capacités des monstres qui « détruisent » définitivement des cartes Objets et/ou Soldats, le fait que certaines troupes ne soient accessibles qu'au quatrième et au sixième round, le choix très limité dans ses « achats » lors des trois premiers rounds (à part des rangers, rien n'est possible pour augmenter ses troupes). Ces différents aspects rendent le jeu aléatoire, brident les choix des joueurs, affaiblissent la profondeur stratégique voire tactique de Xenoshyft onslaught. De plus, on note des premiers tours répétitifs, et plutôt que vraiment construire un deck (sachant que ça ne tourne pas réellement), on s'adapte et on tente une optimisation au tour par tour en achetant malin (les cartes achetées restent dans la main du joueur). Malgré une thématique attrayante et une mécanique globale plaisante, Xenoshyft onslaught manque de profondeur pour conserver une envie de jouer au delà de quelques parties. Un petit carnage.

65

Xenoshyft onslaugt est un jeu de coopération avec une thématique forte et plaisante. La mécanique générale s'inspire du deck-building sans toutefois laisser une liberté absolue aux joueurs. Des contraintes imposent des choix restreints aux joueurs et finalement on s'adapte davantage que l'on construit. L'ensemble demeure satisfaisant même si une linéarité se dégage rapidement après quelques parties. Une invasion sanglante pour un petit profit.

Critique de publiée le 22 janvier 2016.

Que faut-il en retenir ?

  • La thématique.
  • Le côté ultra agressif du jeu.
  • La difficulté.
  • Plaisant à 1, 2, 3 et 4 joueurs.

Que faut-il oublier ?

  • Les choix limités.
  • Faible renouvellement général.

Acheter Xenoshyft onslaught en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Xenoshyft onslaught sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !