75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de cartes : Babel
Babel >

Critique du Jeu de cartes : Babel

Avis critique rédigé par Amaury L. le mardi 17 juin 2014 à 1558

Babel, une tour très abstraite.

Démontrer sa puissance aux dieux et à ses ennemis, laisser une trace pour les générations suivantes , voici les enjeux d'un roi en quête de gloire et de reconnaissance. Bâtir des temples colossaux est aussi une preuve manifeste de sa magnificence, qui érigera l'édifice le plus haut, le plus près des Dieux ?

 

Une petite boîte bien bâtie.

Babel est une nouvelle édition d'un jeu appartenant à la collection Jeu pour 2 de Filosofia. Une version en français précédente avait vu le jour en 2001 chez l'éditeur, disparu depuis, Tilsit. Cette seconde mouture garde de nombreuses similitudes, dimensions de la boîte, règles, matériel. Le jeu contient quantitativement le même matériel (plateau de jeu, cent cinq cartes, 2 pions) sauf qu'un « relooking » complet a été mené. L'illustrateur Claus Shobig a cédé sa place à Chris Quilliams. On admet un visuel moins austère et plus approprié à la thématique affichée, la tour de Babel. Babel présente un visage séduisant et les règles réécrites parachèvent une réédition réussie.

Des règles bien construites.

Le but du jeu est de bâtir quinze points de construction Temple.

Babel se déroule en tours, lesquels se découpent en trois phases, le tirage de trois cartes Nations, l'accomplissement de cinq actions, la pioche et le placement des cartes Temple. La phase principale est axée autour de la phase d'actions qui autorise le déplacement du pion Temple, l'installation d'une carte Nation sur l'emplacement où se situe le pion Temple, la construction d'une carte Temple (obligation de construire dans un ordre croissant strict) là où se trouve le pion Temple, la migration d'un peuple vers un autre site (chaque joueur possède cinq sites) et l'utilisation des capacités spéciales des peuples (destruction de temples, vol d'un niveau de temple, désertion, changement de camp, saut d'un niveau de construction, réduction de la main de son adversaire). Pendant sa phase Action, un joueur peut accomplir jusqu'à cinq actions dont plusieurs fois la même. On termine son tour en piochant deux cartes Temple (numérotées de 1 à 6, correspondant aussi aux points de victoire). On les dispose sur les emplacements appropriés sur le plateau de jeu (d'abord la plus haute, ensuite la plus faible).

 

Babel, une tour abstraite.

Babel est une réédition d'un jeu sorti en 2001 dans la fameuse collection à 2 de l'éditeur allemand Kosmos. Le jeu reste identique à l'exception de l'habillage. Les illustrations de Chris Quilliams apportent davantage d'immersion thématique et mythologique par rapport à celles de Claus Shobig légèrement austères et froides. Babel garde toutefois cette froideur dans les mécanismes proposés, difficile de se sentir l'âme d'un bâtisseur aux projets pharaoniques.

Le thème reste très artificiel et les qualités du jeu se trouvent ailleurs, principalement dans l'interaction agressive entre les joueurs, on ne se fait pas de cadeaux. On étudie comment entraver les plans de son adversaire, lui mener la vie dure avant d'essayer de bâtir des temples rémunérateurs. Babel est réellement orienté vers ces stratégies offensives et perturbantes. Il s'avère impossible de « rester tranquille dans son coin ». C'est le cœur du jeu et de l'éventuelle victoire, optimiser ses actions afin d'affaiblir son rival, détruire ce qu'il a bâti, le réduire en « miettes ». Chaque tour de jeu s'accompagne de destruction, de vol et de coups fourrés nombreux.

Les auteurs, Uwe Rosenberg (l'auteur de Agricola) et Hagen Dorgathen, livrent un jeu assez méchant dans son déroulement, ce qui ne plaît forcément pas à tout le monde. Les parties demeurent tendues et équilibrées avec parfois des retournements de situations spectaculaires. Babel requiert quelques essais avant d'être complètement maîtrisé, les différents pouvoirs des peuples demandant un peu de patience pour les manipuler adéquatement et efficacement.

La conclusion de

Babel n'est pas le plus accessible de la gamme « jeu pour 2 », mais un des plus riches en terme de renouvellement stratégique même si l'ensemble s'apparente à une mécanique certes brillante mais très abstraite, avec quelquefois des parties qui traînent en longueur. Cependant, pour les amateurs de jeux de cartes et de stratégie, Babel est une franche réussite. Elle est Babel la vie !

Que faut-il en retenir ?

  • Jeu très agressif.
  • Stratégique.
  • Les nouvelles illustrations.

Que faut-il oublier ?

  • Parties parfois longues.
  • Thématique assez artificielle.

Acheter Babel en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Babel sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+