75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Panic lab >

Critique du Jeu de cartes : Panic lab

Avis critique rédigé par Amaury L. le mardi 9 avril 2013 à 11:30

Les amibes de mes amibes sont mes amibes.

C'est le désordre absolu dans le laboratoire. Les amibes courent dans tous les sens. Les salles de mutation sont en surchauffe et tout menace d'imploser. Faut vite rétablir l'ordre ou gare aux conséquences !

Le labo se met au métal.

Dans la jolie boîte métal de Panic lab, on retrouve un matériel léger, 25 petites cartes (Amibes, Laboratoire, Grille d'aération et Salle de mutation) illustrées par Maxim Cyr. L'ambiance loufoque, des amibes qui se font la malle des laboratoires, est correctement retranscrite par les dessins humoristiques. Ensuite, quatre dés spéciaux, trente jetons en plastique et un épais livret de règles en une vingtaine de langues complètent ce laboratoire ludique. Cependant, le matériel semble de qualité légèrement moindre par rapport aux produits proposés il y a quelques années par Gigamic.

Un labo sans règles.

Le but du jeu est de rattraper les amibes qui s'échappent des laboratoires. Le premier à récupérer cinq amibes (jetons) gagne la partie.

On dispose en cercle les vingt-cinq cartes aléatoirement et un joueur lance les quatre dés spéciaux, un indique de quel laboratoire (jaune, rouge ou bleu) et vers quelle direction l'amibe s'est échappée, un autre sa forme, un pour la couleur, et le dernier pour son motif (points ou rayures).

Tous les participants, avec les éléments donnés et simultanément, essaient de repérer visuellement l'amibe recherchée. On pose sa main sur la carte correspondante, s'il n'y a pas d'erreur, on gagne un jeton, sinon on redonne un précédemment reçu.

Pour complexifier le tout, des grilles d'aération (on ignore les cartes suivant la grille jusqu'à la prochaine) et des salles de mutation (forme, couleur et motif qui se modifie) changent la donne de départ.

Les voleurs se transforment en amibes.

Panic lab n'est pas réellement une nouveauté en soi, il s'agit d'une version remaniée, légèrement complexifiée d'un jeu sorti en 2005 chez Ravensburger, Au voleur !. On retrouve quasiment tous les mécanismes (dés pour donner des indices, les grilles d'aération remplaçant le métro). Uniquement les salles de mutations apportent davantage de rebondissements ainsi qu'un effort plus important en terme de concentration et de visualisation. Et encore, dans l'ancienne version, un changement de couleur pouvait survenir. Donc, c'est une reprise presque à l'identique mécaniquement. On change de thématique (les voleurs deviennent des amibes) et ce n'est pas forcément une bonne idée. Les mécanismes correspondent mieux à la recherche de voleurs que des amibes. Le matériel est moins joli dans cette version (plus de maisons en 3 D), les tuiles dans un carton moins épais, et les dés moins fringants aussi. Au voleur ! étaient crédités de deux auteurs, Dominique Ehrhard et Pierre-Nicolas Lapointe. Panic lab mentionne seulement Dominique Ehrhard. Bizarre au regard des différences minimes entre les deux jeux !

Certes, le prix moins élevé et le conditionnement moins encombrant profitent à Panic lab qui intègre une famille appréciée, celle des jeux d'observation et de rapidité. Tous les éléments sont réunis pour passer un bon moment en famille, du stress, de la tension et un défi plutôt corsé à relever, les salles de mutation bouleversent radicalement les indices initiaux. Une excellente concentration est requise afin d'augmenter ses chances de repérer la bestiole le plus rapidement. Avec les plus jeunes, mieux vaut les retirer ou en incorporer seulement une sur les trois.

En une dizaine de minutes (entre deux et quatre joueurs), la partie est terminée, et sincèrement pour éviter que Panic lab se transforme en exercice moins amusant, c'est une durée idoine. Au-delà, une fatigue logique intervient et une saturation intellectuelle enveloppe les participants. Cependant, Panic lab demeure une alternative intéressante à Jungle speed ou Ligretto. Labo en panique, amibes extatiques !

70

Panic lab est une version légèrement modifiée d'un jeu sorti en 2005, Au voleur !. On retrouve les mêmes principes mécaniques même si Panic lab intègre des effets plus complexes à digérer (les salles de mutation). On reste dans un style assez classique dorénavant, repérer en premier la bonne carte avec les indices donnés par les dés. Panic lab procure satisfaction et plaisir si les parties ne dépassent pas la dizaine de minutes, car un effort intellectuel conséquent est demandé. Pas de panique, amibes repérées.

Critique de publiée le 9 avril 2013.

Que faut-il en retenir ?

  • Bon jeu de rapidité.
  • Défi plutôt relevé.
  • Tient dans la poche.
  • Bon de 2 à 6 joueurs.

Que faut-il oublier ?

  • Ne pas jouer avec une personne trop rapide.
  • Parties longues si trop d'erreurs.

Acheter Panic lab en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Panic lab sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !