75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Femmes fatales
Femmes fatales >

Critique de la Bande Dessinée : Femmes fatales

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 4 février 2013 à 1407

Je suis ta mère ! Ou pas.

Après une première mission qui s’était achevée par un deuxième volet un peu moins séduisant qu’espéré, on retrouve l’agent Nico pour de nouvelles aventures. Ici, toujours à la recherche de ses origines, elle va découvrir que non seulement sa mère retrouvée n’est pas celle qu’elle prétend être, mais qu’elle est de plus un très dangereux agent soviétique. Lancée à la poursuite de l’espionne, Nico va alors pénétrer dans un univers de secrets d’états et de technologies extraterrestres…
 
Alors que l’on pensait vraiment que Nico en avait fini avec les investigations sur son passé, Philippe Berthet et Fred Duval nous proposent une aventure étonnante qui redistribue totalement les cartes. Excellemment inspiré, comment souvent, le scénariste relance l’histoire partiellement exploitée dans les deux précédents tomes en débutant par un twist faisant de la « mère » de l’héroïne l’un des plus dangereux agents soviétique, une femme fatale aussi à l’aise avec les techniques de séduction que dans l’art de l’assassinat. Un choc pour notre jolie héroïne qui se voit désormais chargé de la neutraliser avant qu’elle n’atteigne son objectif, en étroit rapport avec une mystérieuse opération Paperclip, datant de 1945.

Le lecteur s’étant désormais familiarisé avec cet univers uchronique retro futur et cette ambiance guerre froide, Fred Duval peut désormais négliger la forme pour le fond et il nous offre une intrigue digne des meilleurs romans d’espionnage, avec toujours cette bonne dose de science-fiction mettant en scène nombre de technologies extraterrestres. Bien ficelée, l’histoire nous dévoile ses mystères au fil des pages et met en avant deux personnages féminins extrêmement séduisants, des pin-ups explosives qui vont s’affronter avec acharnement (l’agent Dallas est encore plus en retrait que dans le tome 2). Une lutte qui va se montrer riche en scènes d’action, exécutées à la manière d’un film de James Bond.

L’un des points forts de cette série est le choix graphique, un style franco-belge vintage évoquant les illustrations et les bandes dessinées des années 50. Un registre dans lequel Berthet excelle. Ici encore, il nous offre un spectacle visuel quasiment parfait, avec des héroïnes sexy mais chiches de toute vulgarité et un environnement retro futur où se mêle avec harmonie éléments high-tech et décors fifties. On dénote même une amélioration de son art dans le traitement des scènes d’action (assez nombreuses) qui apparaissent moins figées que dans les tomes précédents. En quand l’on sait que cet aspect était le seul réel point faible de la série… Enfin, à noter, la belle mise en couleur d’Hubert, qui ajoute au cachet retro de l’œuvre.

La conclusion de

C’est avec grand plaisir que l’on retrouve Nico et son univers retro futur. Après un tome deux qui nous avait laissé un peu sur notre faim, Berthet et Duval nous propose ici un excellent récit, riche en révélations, en actions et en personnages séduisants, bien servi par l’excellence de trait d’un dessinateur inspiré par le genre. Un très bon album, qui devrait ravir tous les amateurs d’histoires d’espionnage et de science-fiction.

Que faut-il en retenir ?

  • Un scénario accrocheur, riche en révélations
  • Un univers extrêmement réussi
  • Des personnages séduisants
  • Des dessins superbes

Acheter Femmes fatales en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Femmes fatales sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Nico

En savoir plus sur l'oeuvre Nico