75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Alien raiders
Alien raiders >

Critique du Film : Alien raiders

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 9 avril 2009 à 1317

Hidden fait ses courses

Le film débute par un casse dans un supermarché de Buck Lake, un bled de l’Arizona. Puis, progressivement, l’on découvre que cette bande de tueurs armés jusqu’aux dents ne sont pas des braqueurs très orthodoxes. En effet, ils ne semblent pas chercher de l’argent, et l’un d’entre eux, un junkie si l’on se fie à son apparence, adopte un très étrange comportement. Non, il est certain que les membres de cette bande ne sont pas là pour ramasser de la monnaie ; ils recherchent plutôt quelqu’un… ou quelque chose…

Alien Raiders est a film a tout petit budget qui se déroule à la manière d’un semi huis clos. Le scénario, à base d'implants de parasites aliens, plutôt bien écrit, n’est pas révolutionnaire et rappellera au cinéphile quelques épisodes de X-Files ou l’excellent Hidden, mais il possède suffisamment d’éléments propres pour ne pas évoquer en nous une sensation de redite. On se rend compte aussi très rapidement que le script met en place deux types de menace, de la même manière que The Thing, le chef d’œuvre de John Carpenter (la séquence de test sanguin est d’ailleurs structurée pratiquement de la même façon, avec ses suspects ligotés à leurs chaises, sauf qu’ici, les moyens employés sont plus… tranchants).

La sensation de menace intérieure est donc générée par la paranoïa ; cette peur d’avoir auprès de soi quelqu’un qui n’est pas réellement celui qu’il prétend être. Evidemment, comme dans The Thing et bien d’autres huis clos horrifiques, cet effroi ne peut être légitime que si les personnages ne possèdent aucune échappatoire. Ainsi, dans Alien Raiders, les terres glacées de l’antarctique qui empêchent MacReady et ses compagnons de quitter la base sont remplacés ici par un siège de la police. Les personnages sont donc coincés dans un supermarché obscur, cerné par rais aveuglants des projecteurs et des phares de voiture des forces de l’ordre. Le spectateur, lui, prend lentement connaissance des enjeux, d’ordre planétaire, à travers des séquences pleine de rage et de non-dits.

Le film prend cependant moins au tripes que The Thing. La raison est que Ben Rock, le réalisateur, usant de distanciation, s’attarde moins sur les personnages que John Carpenter. Il préfère jouer la carte de l’investigation et se penche aussi sur la rivalité de deux groupes : les initiés contre les ignorants. On suit donc l’intrigue avec plus de recul, avec une petite tendance à « compter les points ». Mais attention, cela ne veut pas dire que l’intrigue est inintéressante, bien au contraire, elle est même très accrocheuse car les révélations y sont distillées avec habileté. De plus, ce qui ne gâche rien, elle est bien mise en valeur par un niveau d’interprétation correct et une bonne implication des comédiens (dont certains, comme Carlos Bernard et Rockmond Dunbar, sont bien connus des amateurs de séries télévisées).

La réalisation, bien rythmée, sans chichi, appuie cette bonne impression. Conscient des ses limitations techniques, Ben Rock a usé de sagesse dans ses prises de vue (très classiques) et il a opté pour un montage nerveux, à base de plans courts, ce qui donne au métrage une atmosphère d’urgence tout en lui permettant de ne pas trop exposer sa créature (bien utile quand l’on dispose d’un tout petit budget). A ce sujet, il est à signaler que Alien Raiders bénéficie d’effets spéciaux traditionnels, Ben Rock évitant autant que possible ces horribles inserts CGI qui pullulent en ce moment dans les films fantastiques de série B. Je lui en sais gré.

Le plus gros problème d’Alien Raiders vient en fait de sa conclusion, qui, de plus, fait suite à une dernière partie un peu moins accrocheuse nous présentant le combat entre un alien, la police et les survivants du supermarché. Cette chute, on la craignait ; elle s’est produite. Absolument prévisible, presque un cliché. Vraiment dommage car, jusqu’alors Ben Rock avait évité dans problème ce piège de débutant.

La conclusion de

Alien Raiders a été, pour moi, une bonne surprise. Je m’attendais à voir un film très médiocre, dans la veine des actuelles productions Sci Fi, et j’ai découvert une série B agréable, dotée d’un scénario plutôt bien écrit, mis en valeur par des comédiens impliqués. Bon, cela ne dépasse pas, il est vrai, le stade du sympathique divertissement, et l’ensemble est un peu gâché par une fin vraiment trop attendue. Mais, au final, Alien Raiders vaut largement d’être vu.

Que faut-il en retenir ?

  • Scénario bien pensé
  • Réalisation sobre et efficace
  • Interprétation de qualité

Que faut-il oublier ?

  • Pas vraiment révolutionnaire
  • Fin maladroite
  • Des effets speciaux discrets

Acheter Alien raiders en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Alien raiders sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+