75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Jak 2 : Hors La Loi
Jak 2 : Hors La Loi >

Critique du Jeu Vidéo : Jak 2 : Hors La Loi

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 3 juin 2008 à 1338

Le génie de Naughty Dog !

Octobre 2001 : Sortie de GTA III, décembre 2001 : Sortie de Jak and Daxter premier du nom. Le rapport ? Outre le fait que se sont deux cartons de la fin de l’année pour la PS2, Jak II est la suite du second cité (rien de bien folichon de le préciser vous me direz) mais il s’inspire fortement du premier ! En effet les Californiens de Naughty Dog (créateurs de Crash Bandicoot s’il est besoin de le préciser…) décident de faire un mixe entre leurs héros Jak & Daxter et GTA ce qui donne un souffle nouveau à ce jeu et à la firme.
Ce souffle nouveau s’apprécie du fait que Naughty Dog nous livre un jeu vraiment plus sombre que les Crash Bandicoot de la PS1 ou du premier volet des aventures de Jak comme pour satisfaire leur public qui a grandit. Alors oui on perd en féerie et en beautés innocentes mais les adeptes de scénarios plus noirs avec des héros un peu moins gentils vont aimer… Autant dire que cette nouvelle direction n’a pas plus à tout le monde, ce qui n’est pas mon cas et loin de là ! En effet, étant fan de la série de GTA, il faut avouer que le concept a été intelligemment greffé au jeu sans qu’on puisse parler de Jak II comme un GTA-like. Vous contrôlez donc Jak (qui cette fois-ci parle) qui utilise la machine temporelle de Kiera et Samos en compagnie de Daxter mais se retrouve en plein milieu d’Abriville, sorte de ville fortifiée industrielle et futuriste où il se fait arrêter. Il est délivré 2 ans plus tard par Daxter alors que le dirigeant de la ville, le Baron Praxis, lui injecte de l’éco noire pour faire de lui l’arme suprême contre les Métals Heads qui contrôlent l’extérieur de la ville. Ce qui fait que Jak à deux ennemis : Les fameux Métals Heads qui existent sous de multiples formes et qui attaquent toujours en nombre et les troupes du Baron Praxis (ses soldats, les Grenagardes) car Jak a juré de se venger des traitements qu’on lui a infligés tout en protégeant la ville des Métals Heads. Le scénario est vraiment bon avec de nombreux personnages secondaires qui existent bien autour du héros (on aurait même aimé qu’ils soient plus développés) et la fin est assez surprenante… Le jeu est donc plus ciblé vers les adolescents (rien qu’à voir les plastiques personnages féminins du jeu qui feront tourner la tête de nos héros) avec un humour assez efficace au vu du potentiel comique de Daxter… L’ambiance est donc au poil et pour finir de planter le décor, un mot sur les graphismes qui sont (même maintenant) très beaux et il n’est pas rare d’admirer le paysage en arrière plan. L’ambiance sonore est aussi superbe, une vraie réussite.
Pour ce qui est du jeu en lui-même, toute Abriville a été modélisé comme un bon GTA et on doit la parcourir pour faire des missions. La ville a plusieurs quartiers entre la vieille ville aux rues pavées, la zone industrielle et moderne, les jardins qui servent à l’agriculture ou la ville basse où l’on trouve le marché sans oublier le port. Mais on se déplace aussi en dehors de la ville (voir au-dessous et même au-dessus) dans la carrière, le temps sacré… Pour la ville, c’est un régal de s’y balader entre les remarques des passants et des Grenagardes (même si leurs diversités comme celle des véhicules est moins poussée que dans GTA rappelant que ce n’est pas de la concurrence que veut faire Naughty Dog) mais seulement au début du jeu car la disposition des rues de la ville est vraiment tortueuse et il est facile de se perdre avec des véhicules certes faciles à voler mais moins facile à maîtriser. Ca devient parfois un calvaire quand on doit faire une course dans les rues de la ville où réaliser une mission avec les hommes de Praxis aux fesses… Les nécessaires balades en ville deviennent vite fastidieuses, heureusement que les missions sont là pour rattraper le coup ! Quel habile mélange de plate-forme et d’action avec 4 armes différentes, la plus pratique quand on est encerclé, celle qui fait mouche, celle qui tire de grandes rafales et le lance-grenades qui ne seront pas de trop tant les ennemis sont nombreux. La plate-forme n’est pas oubliée et là encore il faudra de la patience et du doigté pour y arriver d’autant plus que chaque erreur est fatale avec un système de check-point assez paresseux qui vous obligera à réussir de longues phases sans mourir. Parfois rageant… Jak II propose donc une grande diversité entre phases d’action, de plate-forme, de courses (poursuite ou pas) puisqu’on participe au stade à des courses dans des circuits périlleux. Mais Jak se retrouve rapidement doté d’un skate du futur à faire pâlir Marty McFly de jalousie où l’on pourra se la jouer à Tony Hawk pour rappeler un autre grand nom des jeux vidéo avec des phases bien pensées.
Néanmoins on peut regretter encore une chose : C’est la transformation de Jak en Dark Jak en conséquence des expérimentations qu’il a subit mais le temps qu’il faut pour avoir suffisamment d’éco pour se transformer et la brièveté de ladite transformation qui devient vraiment une arme ultime vers la fin du jeu fait qu’on comptera surtout sur nos armes que sur ce pouvoir. Il n’empêche que c’est un jeu excellent même si beaucoup regretteront le virage pris par les développeurs vers un monde plus sombre, plus froid esthétiquement parlant mais l’action et l’humour répondent présent pour notre plus grand plaisir. Le jeu à son univers propre et l’esthétique limite cartoon fonctionne très bien glorifiant cette série dans le style action/plate-forme. La durée de vie quant à elle est plus que correcte car il vous faudra entre 15 et 20 heures pour venir à bout du soft, mettant parfois vos nerfs à rude épreuve. Pour les plus courageux vous pourrez ensuite aller à la poursuite des œufs qui offrent des secrets indispensables comme raser le bouc de Jak ou des modes grosses/petites têtes… Et puis c’est surtout la sensation que Naughty Dog ne laisse rien au hasard qui fait la force du jeu, on sent la patte de l’artiste sur son œuvre avec des renvois omniprésents comme une séquence avec Daxter en hommage à Bandicoot…

La conclusion de

Une suite attendue qui ne déçoit pas, si ce n’est peut-être pour certain par son virage à la GTA et avec une ambiance plus mature. Pour ceux qui acceptent cette idée, régalez-vous !

Acheter Jak 2 : Hors La Loi en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jak 2 : Hors La Loi sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Jak & Daxter

En savoir plus sur l'oeuvre Jak & Daxter