75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Redemption 1
Redemption 1 >

Critique du Roman : Redemption 1

Avis critique rédigé par Manu B. le mercredi 7 mars 2007 à 1355

Rédemption

"Je dois solliciter votre permission. A vous, mes anneaux, les diverses facettes de mon être. Décidez! M'adresserai-je au monde extérieur en notre nom collectif? Nous unirons nous encore pour former Asx ?..."
Jijo est une planète paisible, loin de toutes les batailles des Galactiques qui ont lieu en ce moment autour du vaisseau Streaker, peuplé de ces arrogantes créatures humaines. Des peuplades différentes arrivent assez bien à vivre dans une belle harmonie dont les Traekis, Hoons et G'Keks, aux formes et au tempéraments pourtant très différents. C'est qu'ils ont beaucoup à perdre dans ces guerres absurdes qui les ont vu se combattre dans un lointain passé. Ils ont réussi leur rédemption en vivant tous ensemble. Malheureusement, l'arrivée d'un vaisseau à proximité de leur Oeuf, en quelque sorte symbole de leur unité, va bouleverser cet équilibre...
Après les aventures du Streaker dans marée stellaire et les pages d'Elévation, David Brin revient, toujours dans le même univers, mais cette fois-ci en insistant sur les extra-terrestres et leurs civilisations. Il est vrai que l'on ne savait peu ou pas grand chose sur les sociétés des Galactiques, nous laissant parfois dans l'expectative quant aux motifs des uns et des autres dans la tragi-comédie de l'épisode Streaker. Si bien que David Brin nous embarque sur cette planète ô combien marginale, puisqu'elle abrite pas moins de six races différentes, dont les unes ont eu de graves conflits avec les autres. La Rédemption est bel et bien possible, dans cette harmonie retrouvée. Peut-être artificielle dans un premier temps. A travers l'aventure innocente d'une bande de jeunes de chacune des races, on découvre petit à petit les rouages historiques des races. Malheureusement, ce nouveau cycle est parsemé de longueurs, un défaut que David Brin va traîner jusqu'au dernier des cinq volets. Cette lenteur va plomber ce formidable voyage, avec ces étonnantes créatures où l'auteur fait montre d'une imagination incomparable à ce jour.

La conclusion de

Redemption est le dernier des cycles dans l'univers de Marée Stellaire, dont le premier volet (rédemption 1: le monde de l'oubli) nous introduit gentiment sur la planète Jijo.

Acheter Redemption 1 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Redemption 1 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Marée Stellaire

En savoir plus sur l'oeuvre Marée Stellaire