75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Prometheus : la conférence de presse et 15 minutes révélées

Publié il y a 4 ans par Jonathan C.

Encore plus de Prometheus

Nous avons pu voir au Gaumont Marignan un montage exclusif (validé par le réalisateur) de 15 minutes en 3D du Prometheus de Ridley Scott, sans doute le film le plus attendu de l’année pour beaucoup d’entre nous (et d’entre vous). Vous pouvez lire ces lignes sans craindre le spoiler, puisqu’au niveau de l’histoire nous n’en savons guère plus qu’avant.

affiche Prometheus

Le montage s’ouvre sur la découverte par un couple d’archéologues (Noomi Rapace et Logan Marshall-Green) de peintures dans une grotte en Ecosse, sur l'île de Skye. Nous sommes alors en en 2189. 5 ans après (et Alien a lieu 30 ans plus tard), l’humanoïde David (Michael Fassbender) se charge de checker le vaisseau (le Prometheus) et va à la rencontre de la patronne Meredith Vickers (Charlize Theron), en pleine séance de pompes à moitié nue. Puis, comme en écho au début du premier Alien, l’équipage se réveille au sein du vaisseau après un long voyage en stase (une tradition de la saga). Suivent quelques scènes de vie et de détente  (Idris Elba et son sapin de Noël), comme dans le premier film. Passons au briefing, ouvert par une Charlize Theron froide et stricte (« Mon job c’est de vérifier si vous faites le votre ») qui laisse la parole à un Guy Pearce vieilli (le maquillage est d’ailleurs assez grossier) dans le rôle du déjà bien connu Peter Weyland, ici en hologramme, qui lui-même laisse le reste des explications au couple Noomi Rapace/Logan Marshall-Green. Ils y évoquent l’existence d’une civilisation inconnue bien avant celle des humains, des êtres qui pourraient bien être les créateurs de l’humanité. Après le briefing, le vaisseau atterrit sur la mystérieuse planète de cette civilisation, et le montage enchaine (toujours en 3D) sur l’incroyable bande-annonce que vous avez sans doute déjà vu, avec cependant quelques plans inédits en plus.

Ridley Scott, Charlize Theron, Noomi Rapace et Michael Fassbender

Ces extraits ne révèlent pas grand-chose de neuf sur l’histoire mais présentent la plupart des personnages et la fonction de chacun d’entre eux. Ridley Scott a toujours été très bon dans l’écriture et l’exposition de ses personnages. Succédant à Ian Holm, Lance Henriksen et Winona Ryder pour ce qui s'est imposé comme l’un des motifs de la saga (l'androïde-espion), Michael Fassbender (qui jouera d’ailleurs dans le prochain film de Ridley Scott, le thriller The Counselor) est bluffant en humanoïde qu’on pourrait presque croire doté d’une âme : en le présentant à l’équipe, Peter Weyland dit de lui qu’il aurait pu être son fils s’il avait eu une âme, ce qui a l’air de décevoir l’androïde David (premier signe d’humanité). Pour jouer ce rôle d’androïde androgyne, l’acteur dit avoir revu, sur les conseils du réalisateur, Rutger Hauer dans Blade Runner, Peter O'Toole dans Lawrence d’Arabie, David Bowie dans L'Homme qui venait d'ailleurs et Dirk Bogarde dans The Servant. La sculpturale Charlize Theron incarne la femme forte du lot (sa première apparition évoque même Ellen Ripley), tandis que le classique duel entre la raison scientifique et le surnaturel devrait se retrouver dans le couple de scientifiques campés par Noomi Rapace et Logan Marshall-Green. L’équipage des 17 passagers, notamment Idris Elba (le capitaine du vaisseau), Sean Harris ou Benedict Wong, n’a rien des ouvriers du premier Alien ni des militaires d’Aliens, le retour ; il se rapprocherait plutôt de l’équipe scientifique et cosmopolite (dont faisait déjà partie Benedict Wong) du Sunshine de Danny Boyle. Notons d’ailleurs qu’aucun des acteurs n’est américain, hormis Logan Marshall-Green et Patrick Wilson (qui semble n’avoir qu’un petit rôle, celui du père de Noomi Rapace). Ridley Scott dit ne pas avoir négligé l’humour (notamment via le personnage de Michael Fassbender) malgré la noirceur du film. Comme son ambitieux Peter Weyland, le cinéaste veut explorer les origines de l’Homme, savoir d’où nous venons, revenir aux fondements de la mythologie (Prometheus est d'ailleurs le nom d'un Titan de la mythologie grecque, détenteur du feu par peur de ce que les hommes en feraient, et dont le nom signifie préméditation).

Michael Fassbender

Ces 15 minutes de grand cinéma confirment aussi que la 3D devrait être proprement stupéfiante, en témoignent ici certains plans larges impressionnants (en Ecosse, l’atterrissage sur la planète inconnue, l’espace…) dans lesquels la notion de distance est quasiment « palpable », mais aussi les plans high-tech (à la Minority Report) du briefing ou encore le premier plan qui ouvre ce montage (gros plan sur Noomi Rapace jetant un œil à l’intérieur d’une caverne hors champs). Prometheus promet d’atteindre un nouveau palier dans la 3D au cinéma. Au niveau de la mise en scène, le réalisateur d’Alien et de Blade Runner semble avoir retrouvé sa grâce d’autrefois (loin des pépères American Gangster ou Robin des Bois) ; voir déambuler l’androïde David dans le vaisseau inactif et silencieux (de nouveau cette impression d’un futur tombeau flottant dans l'espace) peut rappeler les premières minutes d’Alien, Ridley Scott renouant avec une mise en scène clinique, économe et classique, mais en même temps sophistiquée dans le cadre et dans la production design. En quelques plans dans le vaisseau, l’atmosphère est oppressante, sourde et sombre, bien qu’il ne s’y passe pas grand-chose pour l’instant et qu’on ait pas entendu la musique de Marc Streitenfeld (qui a la lourde tâche de succéder à Jerry Goldsmith). A croire que le retour du cinéaste à la science-fiction lui a redonné une seconde jeunesse, même s’il faudrait en voir plus pour en être sûr. Ces 15 minutes ont surtout pu faire grimper l’excitation et confirmer toutes nos attentes légitimes.

Cliquez ici pour voir la bande-annonce VF de Prometheus

Charlize Theron, Michael Fassbender, Noomi Rapace et Ridley Scott

Sir Ridley Scott (75 ans mais malicieux comme un gosse), Charlize Theron (toujours aussi classe et d’une beauté époustouflante), Michael Fassbender (très drôle) et Noomi Rapace (ravissante et enthousiaste) sont ensuite arrivé sur scène pour répondre aux questions des journalistes. Tout en jouant toujours la carte du mystère, ou comment en dire assez sans trop en dire, les acteurs se sont ainsi exprimé sur le traitement des personnages féminins (le réalisateur reconnait avec humour que ses personnages de femmes fortes lui viennent de sa mère), sur le choix de Michael Fassbender pour incarner un androïde, sur ce que ça fait de jouer pour Ridley Scott dans un des films les plus attendus de l’année…Charlize Theron explique comment et pourquoi elle passe de Young Adult à Prometheus (et il y a Blanche-Neige et le chasseur entre les deux) après une longue période d’absence au cinéma. Mystérieux lui aussi, et plutôt malin pour ce qui est de répondre de façon détournée aux questions, le légendaire Ridley Scott s’exprime sur ce que la 3D a changé dans sa réalisation, sur le lien entre Prometheus et AlienL’ADN de Alien a lieu dans les 8 dernières minutes », assure-t-il), sur ce qu’il a voulu faire par rapport aux autres films de la saga, sur son retour à la science-fiction (« C’est juste un job ») et sur le mythe de Prometheus. Vous retrouverez tout cela en détail dans cette vidéo complète de la conférence de presse, avec traduction française en live :

Sir

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie du fantastique en rapport avec l'article

  • Alien

    36 fiches

  • Ridley Scott

    Ridley Scott

    Homme, né le 30/11/1937 à South Shields, Tyne and Wear, Royaume-Uni

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • Punaise, qu'est ce que j'ai hâte !!!
    Doctor Nico, le 13 avril 2012 14:08
  • Oula heureusement que l'attente touche à sa fin, ça a l'air quand même de répondre à tous nos fantasmes d'amateurs de SF.
    Zapausorus Rex, le 13 avril 2012 16:24
  • enfin un film qui a l'air de tenir ses promesses et un réalisateur qui n'est pas un yes-man à la botte des producteurs monéophiles, au top de sa forme :p
    Va
    Kriss, le 13 avril 2012 17:41
  • bjr,est ce qu'il y aura des projections en 2D et en VOSTF ?
    je l'espere !
    j.doe, le 19 avril 2012 21:14