75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Le Phénomène J. J. Abrams > Le Commencement : Alias

Des Concepts Novateurs

Derrière cet univers torturé se trouve un homme créant des concepts novateur, mélangeant les genres, un homme qui connait tous les rouages du marketing tant il sait s’en servir à travers les bandes-annonces de ses projets. C’est véritablement en 2001 que la carrière de J. J. Abrams décollé, puisqu’il lance le 30 Septembre 2001 sur la chaine ABC sa nouvelle série, Alias. Un véritable changement dans sa carrière puisque c’est grâce à cette série qu’il va se faire connaitre, l’histoire ? Une jeune étudiante qui évolue à la Fac de New York se fait un jour recruter par une division spéciale de la CIA, le SD-6, alors qu’elle croit travailler pour les gentils, elle se rend rapidement compte qu’elle travaille finalement pour une organisation terroriste n’ayant aucun lien avec la CIA.


Mais rappelez-vous, le pilote commence au beau milieu d’une scène de torture en Taïwan, on ne comprend pas ce qu’il se passe, mais heureusement le célèbre flash back, cher au créateur (on le retrouve sur Lost ou encore Mission Impossible 3) nous remet en scène pour nous en faire apprendre un peu plus sur Sydney Bristow. Lors du pilote, elle ne connait pas la véritable identité du SD-6, et alors qu’un jour elle décide de révéler son travail à son fiancé, ce sera sa plus grande erreur, puisqu’il va se faire tuer par cette organisation secrète, dés à présent alors, elle va connaitre la vérité via son père, et tout s’enchaine montant petit à petit au paroxysme de la tension, la série va constamment repousser les limites du suspens, à chaque épisode de la saison 1, on ne sait jamais ce qu’il va se passer, encore aujourd’hui, 2 ans après la fin de la série, des questions restent sans réponses, au fil des épisodes, on va connaitre petit à petit les collègues de Sydney, des destins qui se croisent parfois violemment, lorsque l’on va croire un personnage mort, finalement il ne l’est pas, c’est cela qui fait la force de la série.

Un Fil Conducteur

Et derrière cette histoire d’espionnage qui aurait pu rester basique, se trouve un fil conducteur, Rambaldi, un savant semant des énigmes un peu partout où il est passé, un savant qui a vécu il y a quelques milliers d’années, un visionnaire ayant inventé les produits technologiques d’aujourd’hui et ce, de manière très secrète . Très complexe, l’histoire de Rambaldi ne va pas réellement faire « l’actualité » de la série tout au long des épisodes, car Abrams sait faire languir les fans, on s’en rend plus compte aujourd’hui avec Lost, où l’histoire a eu un mal fou à décoller notamment durant la saison 2, où même les scénaristes ne savait pas où ils allaient. Il ne faut pas oublier que durant une bonne partie de la saison 4 d’Alias, se fut la même chose, mais la géniale inventivité du créateur à su redorer le blason de ses deux séries en redonnant du booste au scénario.


Ce qui fait la force d’Alias, c’est les évènements improbables qui en émanent. Car derrière des phrases types se cachent des choses que personne n’osait imaginer, on se rappel tous du final de la saison 4, alors que la prophétie de Rambaldi est prête à se réaliser, Moscou devient une ville hantée par les Zombies qui ont été empoisonnés par l’eau. On est d’ailleurs soufflé par une histoire qui parait banale au départ, et qui se transforme en délire mystique des plus troublants, on ne parle plus d’une série d’espionnage mais d’une série de science-fiction pure avec comme effet fétiche de ne jamais laisser le fan sur leurs faims. Ainsi, à chaque fin d’épisode, on a le droit à un cliffangher (évènement qui se poursuit à l’épisode suivant) ce qui renforce l’attente d’une semaine à l’autre. Et c’est cela qui a fait le succès de la série, malgré une ultime saison 5 très décevante (le maitre n’ayant plus aucun regard sur les scénarios), la série a pu s’achever sans trop de problèmes, mais les fans ont tout de même encore des interrogations, mais malheureusement, on ne les aura probablement jamais. Et c’est cela le problème dans la « matrice », trop de questions, toutes fascinantes les unes que les autres, mais certaines ne sont jamais résolues.

Alors que Cloverfield s’apprête à sortir, et qu’il est plein travail sur la future adaptation cinématographique de la licence Star Trek, découvrez comment un réalisateur lambda de séries télé à su se hisser au plus haut podium d’Hollywood…