75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Evolution : Climat
Evolution > Evolution : Climat >

Critique du Jeu de société : Evolution : Climat

Avis critique rédigé par Gaetan G. le mardi 27 mars 2018 à 0900

Régime Vegan pour tout le monde

Evolution est, en ce qui me concerne, un gros coup de cœur de l’année dernière. Le jeu est très facile à prendre en main, les parties sont très disputées et connaissent de nombreux rebondissement et – cerise sur le gâteau – la rejouabilité est excellente. Par contre, son côté résolument impitoyable et ultra-compétitif ne le destine pas à tous les publics (voir la critique du jeu pour plus de détails)

Sa première extension vient tout juste de sortir en Français chez Funforge. Inutile de vous dire que je me suis précipité dessus pour voir ce qu’elle apportait au jeu de base. Envie de savoir quelle espèce se trouve au menu ce soir ? Ça tombe bien, c’est ici qu’on en parle.

Sur la forme : pas de gros changement

L’extension se compose de 86 cartes Traits à intégrer dans le jeu de base, d’un plateau en 3 parties destiné à remplacer le Plan d’Eau ainsi que de 30 cartes Evénements dont on va parler un peu plus bas.

Graphiquement parlant, on est dans la continuité du matériau d’origine et il n’y a pas grand-chose à en dire. Le tout est efficace et fonctionnel, à défaut d’être particulièrement joli. J’aurais quand même deux (tout petits) reproches. Primo, le matériel ne tient pas dans l’ancienne boîte et il faut utiliser la boîte de base plus la nouvelle pour tout ranger. Un détail, me direz-vous.

Secundo, la mise en place de l’extension implique de trier le deck du jeu afin d’enlever 4 types de cartes (carnivore, horde défensive, fouisseuse et embuscade). En effet, ces dernières sont remplacées par des variantes mis à jour. Ça n’est pas neutre, pour le coup, puisqu’on ne peut pas se dire « tiens, on se fait une petite partie du jeu de base puis une autre avec l’extension ». A moins, bien sûr, de se trier deux fois une pile de plus de 200 cartes, activité hyper passionnante et pas du tout casseuse d’ambiance comme chacun sait.

Sur le fond : les vegans prennent le pouvoir

L’extension ne change pas le déroulement d’une partie d’Evolution, chaque tour se composant toujours des mêmes phases :

  • On récupère des cartes en fonction du nombre d’espèces vivantes que l’on contrôle
  • On place de la nourriture sur le plan d’eau
  • On joue une ou plusieurs cartes pour créer des espèces, pour renforcer leur taille ou leur population, ou pour leur ajouter un Trait
  • On fait manger tout ce petit monde jusqu’à ce que tout le monde soit repu ou qu’il n’y ait plus de nourriture
  • Ceux qui n’ont pas pu manger meurent et sont retirés du jeu

Au besoin, n’hésitez pas à faire un petit tour sur le test du jeu de base qui se trouve juste ici si vous avez besoin de vous rafraichir la mémoire.

L’extension se concentre plutôt sur une remise à plat de l’équilibrage et les stratégies du jeu. Ce n’est pas du ripolinage de surface, mais bel et bien une modification complète des fondamentaux.

Dans le jeu de base, l’essentiel tournait autour des prédateurs et des moyens de s’en protéger. Un carnivore intelligent, de par son aptitude à outrepasser la plupart des défenses, avait toutes les chances de dominer durablement la chaîne alimentaire. Même si souvent il finissait lui aussi dans l’estomac d’un autre carnivore, ces petites bêtes ayant tendance à ne pas être très partageuses.

Avec l’extension, par contre, les mangeurs de viande ne sont plus à la fête. Déjà, chaque espèce peut avoir jusqu’à 4 traits défensifs, contre 3 précédemment. Il est donc beaucoup plus facile de mettre en place des stratégies de protection efficaces. Alors oui, les carnivores intelligents peuvent toujours outrepasser tout ça, mais au prix d’une dépense hallucinante de cartes qui va sérieusement brider les capacités de développement du joueur.

De plus, la totalité des nouvelles cartes sont dédiées à la protection, avec des synergies dans tous les sens. Les combos crackés ne sont plus l’exception, ils deviennent la norme. Sur mes différentes parties, les prédateurs ont été très souvent menacés d’extinction et ont dû se creuser sérieusement le citron pour survivre plus d’un tour ou deux. Il m’est même arrivé de voir des carnivores incapables d’attaquer qui que ce soit et mourir, bien qu’il y ait plus de 10 espèces en jeu. Après, mes joueurs sont particulièrement aguerris à Evolution et connaissent déjà les combos qui fonctionnent bien. Ça joue certainement, mais quand même.

La piste de climat, ajout principal de l’extension

Bref, le jeu favorise spontanément l’apparition de gros pack mules herbivores extrêmement bien protégés, voire invulnérables. La partie s’équilibre différemment, au moyen du plateau de climat dont on va parler maintenant.

Tout se joue au début de la phase de nourriture, lorsqu’on regarde les cartes posées par les joueurs. Une partie des cartes comporte un nouveau symbole (un soleil ou un flocon de glace). S’il y a plus de flocons que de soleils, le marqueur de climat se déplace d’une case vers les températures glaciaires. La même chose dans l’autre sens, bien sûr, et rien ne se passe en cas de match nul.

Schématiquement, les températures glaciaires favorisent les gros animaux, tandis que les températures caniculaires favorisent les petits. Et autant un joueur peut remplacer des traits en cours de partie en fonction de la stratégie de ses adversaires, autant on ne peut pas revenir sur une augmentation de taille.

Par défaut, le jeu s’équilibre assez naturellement et on n’est jamais vraiment menacé par le climat : on reste autour d’un climat moyen et tempéré et/ou on peut y revenir assez facilement. Dans cette configuration, chacun développe ses synergies et des protections dans son coin et c’est le plus chanceux au tirage qui triomphe, ce qui n’est pas particulièrement excitant vous en conviendrez.

Par contre, si deux ou trois joueurs s’entendent pour modifier le climat, il peut y avoir une belle extinction en deux ou trois tours à peine. Idéal pour remettre les compteurs à zéro et couper l’herbe sous le pied d’un adversaire qui commencerait à prendre trop nettement l’ascendant.

Histoire de corser les choses, il y a en permanence deux cartes événements disposées sur le plateau. Elles s’activent quand le pion climat s’arrête dessus, et elles ont un effet très variable mais en général pas très agréable. La pire de toute, pour vous donner un exemple, est la carte météorite qui dit sobrement : « plus de nourriture dans le Plan d’eau jusqu’à la fin de la partie. » Boom, headshot.

Comme vous l’avez compris, les choses peuvent déraper assez sérieusement et de manière imprévisible lorsque l’on va vers les deux extrêmes de la piste de climat. De ce fait, il est fréquent que cela force les joueurs à s’entendre plusieurs tours de suite, le temps de revenir dans une zone plus tranquille. Cette touche de coopération est plutôt sympathique et change (un peu) la physionomie des parties.

Une extension qui ne plaira pas à tous

Au final, faut-il recommander cette extension ? Cela dépendra de vous et de vos attentes, cher lecteur.

A la base, Evolution est un authentique jeu de péripapétipute dans lequel tous les coups sont permis. De fait, l’apprentissage des mécaniques peut être difficile, voire douloureux, pour le petit nouveau qui s’installerait avec des joueurs chevronnés. N’oubliez pas que le jeu récompense celui qui est en tête, puisqu’il pioche plus de cartes que ses adversaires. Donc plus on se fait laminer, moins on a de possibilités stratégiques et plus on risque de se faire laminer les tours suivants. Un joli cercle vicieux, qui en a sûrement dégoûté plus d’un.

L’extension n’apporte pas de nouveaux moyens de déchaîner votre sadisme sur vos petits camarades, ce qui peut être vu comme un défaut si vous appréciez et recherchez justement ce côté ultra-compétitif.

Et je dirais même bien au contraire, puisqu’elle augmente sensiblement les possibilités de défense. Les carnivores seront toujours un aiguillon et une menace, car ils continueront à arriver comme par magie si vous ne faites pas tout pour vous en protéger, sauf que vous ne vous ferez pas balayer en deux tours le temps de comprendre comment ça marche.


De plus, la piste de climat introduit une dimension coopérative légère mais rafraichissante, puisqu’il faudra souvent s’y mettre à deux pour la faire basculer vers les régions très chaudes ou très froides. Ou pour en repartir, d’ailleurs, puisqu’il est souvent plus facile d’ouvrir la boîte à gifle que de la refermer.

C'est parfait pour convaincre et attirer de nouveaux joueurs, d'autant que le résultat est de très bonne facture. Cependant, il manque la petite touche de férocité et de tension qui faisait pour moi tout le sel du matériau d'origine.

La conclusion de

En général, les extensions se contentent d’apporter un peu de variété aux situations ou d’atténuer les défauts du matériau d’origine. Climat, à l’inverse, prend le pari de modifier en profondeur l’équilibrage et les stratégies du jeu. Elle favorise très nettement les herbivores et les comportements défensifs, au détriment des mangeurs de viande. Le jeu en devient plus gentil et moins frustrant, à voir de voir si c’est un défaut ou une qualité. Elle se destine donc en priorité à tous ceux qui trouvaient le jeu de base trop agressif et trop impitoyable, et à ceux qui préfèrent prendre le temps de construire leur jeu sans être en permanence sous la coupe des prédateurs de passage. Le résultat n’est pas désagréable, mais pour moi il est tout de même un cran en-dessous du matériau d’origine.​

Que faut-il en retenir ?

  • Dans la continuité graphique d'Evolution
  • Renouvèle les stratégies
  • Moins compétitif que le jeu de base : plus adapté aux joueurs débutants ou à ceux qui préfèrent construire leur jeu
  • La piste climat : une petite touche de coopération bienvenue

Que faut-il oublier ?

  • Moins compétitif que le jeu de base : ça ne plaira pas à ceux qui aimaient justement ce côté féroce et impitoyable
  • Ce n'est pas simple de faire une partie avec l'extension, puis une sans afin de comparer
  • Seulement deux aides de jeu dans la boîte, alors qu'on peut jouer à 6

Acheter Evolution : Climat en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Evolution : Climat sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Evolution

En savoir plus sur l'oeuvre Evolution