75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Escape Zombie city
Escape Zombie city >

Critique du Jeu de société : Escape Zombie city

Avis critique rédigé par Amaury L. le mercredi 14 janvier 2015 à 20:20

Il court vite le zombie...

C'est l'apocalypse, un déferlement de zombies affamés envahit notre pauvre ville. Comment on va faire pour ne pas terminer en pâtée pour morts-vivants ? Il paraît qu'un van est encore en état de marche vers l'église. C'est notre seule chance de s'enfuir de cette mélasse ?

Une ville pleine de zombies.

Escape zombie city déploie un matériel de qualité, principalement en élément cartonné épais, comme les tuiles Rue, les figurines Zombie et Survivant. Le bois est utilisé pour la camionnette jaune et les dés. Les illustrations de Marko Fiedler et de Stéphanie Böhm donnent une tonalité humoristique, tout en conservant quelques attitudes gores bienvenues. Queen games a réalisé un travail impeccable, comme souvent, et une édition soignée. Le zombie se pare de beaux atours.

 

Escape en mode zombie.

Quinze minutes pour survivre ou mourir. Escape zombie city est un jeu de coopération en temps réel. Le jeu se découpe en deux phases, la première consiste à récupérer différents objets, la seconde rejoindre à bord d'une camionnette la sortie. Les joueurs jouent simultanément et effectuent des actions en lançant leurs dés (cinq au départ). Avec les bonnes combinaisons, il est possible de se déplacer vers une tuile adjacente, révéler une nouvelle tuile Rue et on dévoile aussitôt une carte Zombie (génération de zombies, déplacement de zombies...), récupérer un objet (première phase), combattre un zombie. Si un symbole Panique apparaît sur un dé, il est « bloqué » jusqu'à l'obtention d'un symbole Prudence. Un ou plusieurs coéquipiers peuvent collaborer pour réussir une action (combattre un zombie, débloquer les dés Panique...) s'ils se trouvent sur la même tuile.

 

Lors de la seconde phase, si tous les objets nécessaires à la fuite ont été collectés, tout le monde grimpe dans le van avec l'objectif de rejoindre la tuile Sortie avant la fin de la bande sonore (quinze minutes). Si c'est le cas, victoire. La défaite intervient si le temps est révolu ou si trois zombies atteignent la tuile Église (tuile de départ).

 

Le zombie est coriace.

Escape zombie city reprend les mêmes mécanismes que Escape la malédiction du temple (lire la critique ici) avec quelques changements dans le déroulement et les règles. On bénéficie même d'une trentaine de secondes de répit après chaque retour obligé sur la tuile Église (trois comptes à rebours) afin de palabrer et discuter sur les stratégies à tenir ultérieurement. Ce moment de calme sera l'unique respiration envisageable dans une partie de Escape zombie city. Encore davantage que pour son prédécesseur, le temps est compté, chaque seconde s'avère déterminante. La collaboration entre tous les joueurs augmentent de plusieurs crans et les loups solitaires deviennent absolument malvenus. Chaque action s'accompagne d'un risque conséquent d'apparition de zombies. Ces derniers sont de puissance différente et les plus costauds nécessitent impérativement au moins deux combattants. En effet, il est interdit de « débloquer » les dés sur leur face Panique lors d'un affrontement avec un mort-vivant avide de chair humaine. Un survivant esseulé ne possède quasiment aucune chance de vaincre certains monstres (à moins d'avoir une baraka colossale aux dés). De plus, ces combats freinent l'avancée des joueurs vers la collecte des précieux objets. Il faut révéler de nouvelles tuiles Rue, chercher où se cachent les objets, s'éloigner parfois dangereusement du refuge réconfortant de l'église, et surtout maîtriser le temps qui passe afin de rejoindre la tuile Église après chaque compte à rebours. Posséder un dé en moins (si on n'arrive pas à temps) s'avère un handicap lourd et impose une contrainte évidente, on dépend vraiment des autres pour survivre.

 

Les deux phases s’enchaînent bien et la thématique en vogue des zombies s'adapte parfaitement à la mécanique de Escape. Toutefois, l'ensemble semble légèrement moins fluide que le premier opus. Chercher des zombies dans le sac, faire avancer les zombies gênent par des mouvements parasites les joueurs dans leur quête (il faut passer le sac dans lequel on pioche des zombies à son voisin, indiquer les consignes spéciales des cartes Zombie à ses camarades de jeu...). Cela engendre un chaos moins attrayant et la certitude de ne pas toujours respecter les règles « officielles » du jeu. Surtout, Escape zombie city offre un visage moins surprenant (pour ceux qui connaissent Escape la malédiction du temple) et les scénarios proposés se contentent d'augmenter la difficulté mais n'apportent pas une façon de jouer renouvelée. Les chances de réussite s'accentuent dans les configurations à quatre ou cinq joueurs où survivre devient une éventualité, ce qui n'est le cas à deux joueurs. Un zombie qui a de l'appétit.

 

Que faut-il en retenir ?

  • Matériel de très bonne facture.
  • Dans la même lignée que Escape la malédiction du temple.
  • On est bien dans la thématique.
  • Quinze minutes de "speed" ludique.
  • Une bande sonore bien immersive.

Que faut-il oublier ?

  • Moins fluide que son prédécesseur.
  • Moins de renouvellement que son prédécesseur.
72

Cette réimplantation de Escape la malédiction du temple ne manque pas de charme, un matériel gore et humoristique, un challenge épicé, et des zombies plutôt voraces et tenaces. Ce jeu de coopération en temps réel insuffle un vrai stress ludique et une expérience coopérative toujours prenante (même pour les personnes qui connaissent le prédécesseur). On s'amuse beaucoup à chercher la sortie avec ses camarades de jeu, à latter du zombie, à explorer la ville dans un premier temps puis s'enfuir avant que le temps se soit écoulé complètement dans un second épisode. Escape zombie city se marie parfaitement ses mécanismes et sa thématique. Même si ce second opus s'avère moins surprenant, un tantinet moins fluide que son aîné, on enchaîne facilement trois ou quatre parties de suite. Un zombie qui a du mordant.

Critique de publiée le 14 janvier 2015.

Suis nous sur facebook !

Notre critique vous a convaincu ? Pourquoi ne pas l'acheter ?

Nous vous proposons de comparer les prix de ce produit sur différents sites d'achats en ligne dans lesquels vous pouvez avoir confiance. Constituez votre panier grâce aux liens suivants qui vous proposerons différentes éditions ou des produits similaires.

Trouver ce produit sur Fnac.com Trouver ce produit sur Amazon.fr