75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : LittleBigPlanet 2
LittleBigPlanet 2 >

Critique du Jeu Vidéo : LittleBigPlanet 2

Avis critique rédigé par Bastien L. le samedi 16 juillet 2011 à 0853

SimpleGreatGame

Sorti fin 2008, LittleBigPlanet fit l'effet d'une petite bombe sur PS3 en devenant une des toutes meilleures exclusivités de la console. Le titre se payait même le luxe de jouer la carte de l'originalité, le jeu étant une sorte d'OVNI dans l'industrie vidéoludique, et ce dans la mesure où il proposait autant un jeu qu'un outil de création. Le concept était simple, le mode histoire proposé par les développeurs était seulement réalisé grâce à l'outil de création mis à disposition des joueurs, ces derniers proposant leurs propres créations que tout possesseur du jeu pouvait tester à partir du mode online/communauté. Nous lui avions d'ailleurs décerné la note maximal à sa sortie. Du coup, deux ans plus tard, le second opus fut attendu au tournant. Nous attendions de noir si Media Molecule pourrait se renouveler afin de poursuivre avec autant de succès cette licence des plus prometteuses.

LittleBigPlanet 2 conserve l'esprit de la série. Le concept est fidèle à ses racines, proposant uen nouvelle fois un mode histoire étant autant un tutoriel qu'une démonstration de ce qu'il est possible de faire ; il reste donc impossible de faire le tour du jeu, puisque chaque joueur peut ajouter sa pierre à l'édifice. L'aspect graphique du titre a été amélioré, avec des effets plus réalistes, s'intégrant parfaitement à cet univers fait de matériaux composites. Des teintes plus métalliques font désormais leur apparition, ainsi que la possibilité d'afficher un aspect assez retro à l'ensemble. On se balade donc dans les niveaux créés par les talentueux level designers de l'équipe de développement (on sent vraiment la volonté de donner un aspect artisanal au jeu pour lui conférer un cachet vraiment particulier) pour se familiariser avec les nouvelles fonctionnalités.


Le mode histoire est une nouvelle fois assez court (entre cinq et huit heures avec les nombreux bonus à débloquer), proposant cette fois quelques cinématiques assez sympathiques. Vous devez sauver Patchwork World, un monde issu de la rencontre de plusieurs univers, menacé par le Negativitron. Cette sorte d'aspirateur géant veut aspirer tous ces mondes (pour on ne sait quelle raison), mais ces derniers vont se liguer contre lui et proclamer votre Sacboy comme leur champion. On visite donc les différents mondes, chacun possédant à sa tête des personnages hauts en couleur (comme le peu assuré Larry Da Vinci ou le mégalomane Avalon). L'histoire n'est ici qu'un prétexte, mais elle a au moins le mérite d'exister. Il est cependant dommage que les développeurs ne se soient pas autorisés à créer une histoire un peu plus ambitieuse, même si il est vrai que l'expérience se veut surtout du côté de la création de niveaux et de leurs partages.

Le mode histoire nous renseigne donc sur ce qu'il est possible de faire. Le premier opus était surtout centré sur la plate-forme, avec quelques possibilités de pouvoir tirer avec des pistolets à peinture. Cette suite développe une meilleure maîtrise des outils pour créer de vastes niveaux de plates-formes, tout en introduisant quelques nouveautés (le grappin, la possibilité d'attraper et jeter des objets, des montures différentes comme des souris se conduisant comme des karts ou des abeilles pouvant tirer en scrolling vertical ou horizontal). On peut donc imaginer encore plus de passages retors ou d'énigmes ingénieuses. Ainsi, on se contente plus de créer des jeux de plates-formes, il est désormais possible de développer de véritables jeux de shoot, voire des courses assez simplistes. La diversification est donc bien réelle, et les genres peuvent agréablement se mélanger (on peut alterner dans un même niveau des sauts au-dessus de précipices, une course, un casse-tête et enfin un shoot'em up).



L'éditeur de niveau est vraiment des plus complets. Les développeurs ont su proposer un savant mélange entre quelque chose d'accessible, tout en introduisant des éléments très complexes. Ne vous attendez pas à rivaliser d'emblée avec les meilleures créations, mais l'ensemble reste intuitif et l'apprentissage se fait vraiment pas à pas. Au final on peut créer se que l'on veut : décors, textures, couleurs, musique, ambiance, mécanismes, types de jeux et types de gadgets. La seule limite semble être l'imagination des joueurs. Cela reste un véritable cadeau pour les level designers en herbe, et pour tous les passionnés de jeux vidéo en général. On peut ainsi créer des niveaux défouloir pour plusieurs personnes, comme des petites pépites très exigeantes capables de proposer un challenge vraiment coriace. LittleBigPlanet 2 réussit à marier le casual et le hardcore gaming faisant de lui le party-game ultime avec une durée de vie quasi-infinie. Pour ceux voulant juste jouer, il y a également de quoi faire, puisque les niveaux des joueurs du premier opus ont été intégrés au jeu...

La conclusion de

Véritable cri d'amour aux jeux de plates-formes, cette suite se veut vraiment ambitieuse, proposant de multiples nouveautés et possibilités. Le concept a donc su se renouveler, et les joueurs ont répondu à l'appel en prenant possession pour le meilleur de cet outil incroyable et terriblement innovant. Un des piliers de la PS3, mais un jeu à éviter pour ceux qui ne connectent pas encore leur console à internet.

Acheter LittleBigPlanet 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de LittleBigPlanet 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de LittleBigPlanet

En savoir plus sur l'oeuvre LittleBigPlanet