75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Coeur de Jade: Le sanguinaire #3 [2009], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 24 août 2009 à 17h40

Coeur de Jade au coeur de la mêlée

La lame de fer de Poing de Bronze balaya tout l’espace devant lui. Si elle n’avait pas bougé, le coup puissant aurait tranché en deux Cœur de Jade au niveau de la taille. Mais avec l’agilité d’un chat, elle se laissa tomber à la renverse et, roulant sur elle-même, arriva agenouillée sur le fin timon. Ayant disparu à sa vue, le mercenaire s’avança, l’épée brandie devant lui, prêt à poursuivre le combat. Pourtant, le choc soudain le prit par surprise et l’obligea à lâcher son arme. A une vitesse foudroyante, Cœur de Jade s’était redressée, ses deux lames croisées devant son front…

Comme toute bonne fresque qui se respecte, le cycle de Coeur de Jade est une oeuvre riche en individualités, en liens et en tiroirs narratifs, et je dois avouer que, avant d'avoir lu ce Sanguinaire, l'inévitable recoupement de tous ces éléments me semblait être une sacrée gageure. En effet, à la fin du second opus, j'avais bien senti où l'auteur Kristoff Valla voulait en venir - un final au climax paroxysmique - mais j'avais du mal à en discerner les cheminements, où du moins, des voies suffisamment sûres pour ne pas se perdre en cours de route.

Hors, dans ce dernier volet, non seulement Kristoff Valla parvient sans trop d'accrocs à remplir ses objectifs, mais de plus, il nous offre une véritable démonstration épique, en parfait accord (mieux; rendant un bel hommage) au wu xian pian, genre qui lui est cher. En fait, pour parvenir à ses fins - réunir au coeur d'un tableau martial et épique toutes les constituantes de son oeuvre -, l'écrivain a décidé de foncer dans le tas, en s'appuyant sur une intrigue à la solidité bien assurée par le sérieux des deux tomes précédents.

Le Sanguinaire apparaît ainsi comme un roman plus nerveux, plus direct, à la fois par le verbe et le « chapitrage », calibré à la manière de champs contre champs cinématographiques aux plans saillants et brefs. Si la plume y perd un peu de son raffinement "asiatique" (le texte respire tellement la sensation d'urgence que l'on y trouve un bon lot de coquilles, à croire que même la relecture fut nerveuse), on ne peut nier que ce style colle parfaitement au récit qui, sachez-le, se consacre presque uniquement à nous narrer une gigantesque bataille épique en deux phases, et en deux lieux différents. Une bataille où, d'ailleurs, Kristoff Valla, qui connaît le sens du mot suspense, n'hésite pas à malmener ses héros, y compris les plus attachants.


L'auteur est fan d'art militaire, on le sent nettement, par exemple, dans ses descriptions sur le déploiement de l'armée Qin, ce qui amène au récit une sensation de réalisme qui nous permet d'accrocher à cet affrontement où s'entremêlent éléments historiques et fantastiques. A cela s'ajoute une indéniable cinégénie et un excellent rythme. De plus, si certains personnages voient leurs rôles minimisés, tous ont leur importance dans le déroulement des évènements et les personnages "mauvais", le colossal Chiyou et consorts, ne doivent rien, en matière de magnétisme, à la galerie de héros qui se dresse devant eux.

La conclusion de à propos du Roman : Coeur de Jade: Le sanguinaire #3 [2009]

Nicolas L.
75

Le Sanguinaire ferme de très belle manière la trilogie Coeur de Jade. Plus nerveux, moins sophistiqué que les précédents volets (les enjeux et les moyens sont désormais connus), ce dernier opus gagne en rythme et en péripéties martiales. Ainsi, le pari de Kristoff Valla, qui était, je pense, de coucher sur le papier un véritable wu xian pian populaire, est, avec cette trépidante conclusion, totalement réussi.

Que faut-il en retenir ?

  • Un bon rendu cinématographique
  • Des personnages haut en couleur et bien dessinés
  • Un bel hommage au wu xian pan

Que faut-il oublier ?

  • Une plume sèche, moins élégante que dans les deux premiers volets
  • Des coquilles dans cette édition (avec notamment un gros problème dans les annexes, je pense)

Acheter le Roman Coeur de Jade: Le sanguinaire en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Coeur de Jade: Le sanguinaire sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Qin