75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les ravisseurs quantiques
Les ravisseurs quantiques >

Critique du Roman : Les ravisseurs quantiques

Avis critique rédigé par Manu B. le vendredi 5 juin 2009 à 1029

Enquête uchronico-dystopique en pays communiste

"Réunis dans la petite grange, les quelque quarante millénaristes que comptait la communauté de Pouveroux se préparaient à la fusion avec la psychosphère. La sourde vibration du Aum suprême résonnait sous les poutres de chêne du toit, amplifiée par l'acoustique des lieux..."

Tem a trouvé dans le métier de détective le meilleur moyen de tirer profit de son talent de transparence. Il peut rester invisible aux yeux de tous, ou presque. Hélas, cela a aussi ses inconvénients pour les choses de la vie de tous les jours. Il est par exemple difficile pour lui de louer un appartement car le logeur finit par l'oublier. Mais Tem prend la vie du bon côté et tente d'obtenir des enquêtes comme il peut. Ce matin, c'est un couple au comportement étrange qui vient le voir pour faire part de la disparition de leur fille, apparemment embrigadée dans une secte. Pas de problème, il n'y a qu'à se glisser dans les locaux et arpenter les couloirs pour découvrir ce qu'il est advenu de la jeune fille. Tout se passe bien jusqu'à ce qu'il comprenne que le gourou de ladite secte peut le voir et tente de le soustraire à sa volonté...

Roland C. Wagner est dans la science fiction depuis si longtemps qu'il n'est plus nécessaire de le présenter. Musicien, traducteur, tout autant qu'écrivain, il est l'auteur de La saison de la sorcière, Le chant du cosmos, L.G.M., et sa série Les Futurs mystères de Paris a reçu le Grand Prix de l'Imaginaire. Les ravisseurs quantiques en est le deuxième opus, après La balle du néant, réédité aussi aux éditions J'ai lu.

Suite à la première enquête qui plantait le décor, Roland C. Wagner nous décrit une des conséquences (une des failles si l'on veut) de la psychosphère. Tem, dans le dédale de couloirs du bâtiment de la secte, est conduit dans une sorte d'univers parallèle où le monde est sous l'emprise du Parti (communiste) et les conséquences sont dramatiques: pas de propriété privée, pas de liberté, pas de futur pour l'individu.
L'auteur s'attaque donc à la dystopie, un genre qui a été relativement peu abordé suite à la publication des chefs d'oeuvre 1984 et Le Meilleur des Mondes. Difficile de rivaliser avec les maîtres du genre...
Mais à la différence de ces auteurs, l'écrivain français l'aborde avec l'humour qui le caractérise, la pointe de critique habituelle et en accumulant caricatures et stéréotypes.

Au final, cet opus, sans révolutionner le genre non plus, atteint son objectif qui est celui de nous divertir, en attendant ce que nous réserve le prochain roman: L'odyssée de l'espèce.

La conclusion de

Les ravisseurs quantiques est la deuxième enquête de Tem, qui a le don de se trouver au mauvais endroit au moment. Ici, il se retrouve apparemment dans un monde parallèle communiste. Une vision qui fait froid dans le dos.

Grand Prix de l'Imaginaire 1999.

Acheter Les ravisseurs quantiques en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les ravisseurs quantiques sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Futurs mystères de Paris

En savoir plus sur l'oeuvre Les Futurs mystères de Paris