75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : L'odyssée de l'espèce
L'odyssée de l'espèce >

Critique du Roman : L'odyssée de l'espèce

Avis critique rédigé par Manu B. le jeudi 6 mai 2010 à 2318

De la psychosphère

"Déclaré à l'état civil sous le nom d'André Ganèche, rebaptisé Gurdjieff Erickson Ganesh à l'âge de six ans, puis Billy Jean Jackson au début de son adolescence, il avait longtemps été affublé du surnom de Croche-Patte, mais il se faisait désormais appeler Snakefingers et espérait bien qu'à la fin de la nuit il aurait obtenu le droit de porter le patronyme glorieux de Doigts-de-Fée Ganesh..."

Mauvais lieu au mauvais moment. Tem, alors qu'il rendait visite à son vieil ami le professeur Viart dans son laboratoire, il tombe sur son cadavre encore chaud. Il n'a pas le temps d'appeler la sécurité que les policiers entrent sur les lieux du crime. A leur tête, l'inspecteur Trovallec, surnommé le Dénébien pour sa ressemblance avec l'acteur d'une série B télévisée. Sans autre suspect dans les parages, Tem est logiquement emmené au poste pour un interrogatoire psychologiquement éprouvant. Grâce à l'appui de son avocat, Tem ressort du poste avec plus de questions que de réponses. Qui pouvait bien en avoir après l'inoffensif Viart ?...

Troisième roman de la série des Futurs mystères de Paris, L'odyssée de l'espèce succède à La balle du néant et Les ravisseurs quantiques. Egalement rééditées aux éditions J'ai lu, les aventures de Tem se poursuivent donc et Roland C. Wagner semble passer à la vitesse supérieure.

Finalement, les Futurs mystères de Paris ne se résumeront pas à une série d'enquêtes. L'idée ici de l'auteur est d'affiner son univers. D'abord en expliquant la nature de la psychosphère, ses origines, ensuite en précisant quelques points de l'histoire de l'humanité du XXIe siècle.
Ainsi, cette histoire de millénaristes s'inscrit dans un tout cohérent, chose que Roland C. Wagner développe de manière pointue en quelques pages de développement. Les vraies fondations de son cycle sont installées dans ce roman.
Ceci mis à part, on y retrouve aussi les éléments qui ont fait le charme des précédents épisodes, à savoir les nombreuses références musicales qui donnent la tonalité du texte et interviennent comme une bande sonore. On retrouve les personnages complètement barrés tels l'aya anarchiste, le fumeur de zamal, le datazombie ou Gregan (Greg Egan ?).
Au niveau de la construction, ce roman se démarque des précédents en mettant le lecteur dans la tête de plusieurs personnages, ce qui lui donne un rythme intéressant et fait progresser l'intrigue de manière plus fluide.

Allez, soyons francs, c'est le meilleur des trois romans de la série. D'autant que le romancier titille notre cerveau reptilien avec cette aventure que l'on pourrait qualifier de métaphysique (Ou pas. Mais nous n'avons pas le temps d'en débattre car cela pourrait prendre des pages. 687 exactement)

La conclusion de

Roland C. Wagner nous replonge dans les mystères de la psychosphère avec moult détails par le biais d'une enquête où Tem est l'accusé. Une enquête au terme de laquelle la série prend une nouvelle dimension.

Prix Ozozn 1998
Prix Rosny Ainé 1998
Grand prix de l'imaginaire 1999

Acheter L'odyssée de l'espèce en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'odyssée de l'espèce sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Futurs mystères de Paris

En savoir plus sur l'oeuvre Les Futurs mystères de Paris