75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les Loups de Fenryder
Les Loups de Fenryder >

Critique du Roman : Les Loups de Fenryder

Avis critique rédigé par David M. le mercredi 25 mars 2009 à 1143

du fantastique américain made in France

En entamant la lecture des Loups de Fenryder, je ne savais pas à quoi m'attendre. Je ne connaissais rien de l'histoire (si ce n'est ce qu'en disait le quatrième de couverture) et encore moins de l'auteur (même commentaire que pour l'histoire).
Bref, pour résumer, je savais qu'il s'agissait d'un premier roman d'un auteur français influencé par la littérature américaine et plus spécialement par Stephen King et que le roman parlait d'un auteur de best-sellers qui avait réveillé quelque chose de terrible.
Quel crédit apporter à ces informations, puisqu'à chaque fois qu'un nouveau venu dans le monde de la littérature fantastique publie un premier roman, il est de bon ton de souligner l'influence du maître King. Cela fait vendre, probablement.
Pourtant, ici, l'influence est réellement palpable, tant dans le style que dans l'histoire, sans pour autant tomber dans le plagiat, l'auteur a su malgré tout trouver sa propre voix (et voie, aussi d'ailleurs).

Mais revenons-en à l'histoire. La famille Baldwin débarque à Tusitala, en Louisiane, pour commencer une nouvelle vie loin de L.A. et des travers de Hollywood. Ils ont acheté une vieille et vaste demeure afin d'en faire un Bed & Breakfast. Tout se passe pour le mieux jusqu'au jour où un massacre à lieu dans la piscine publique du coin, des enfants sont massacrés et le fils des Baldwin ne doit sa survie que grâce à une « apparition » qui l'avait mis en garde la veille.
A Boston, quelques mois plus tôt, Stanley Holder, auteur à succès de romans d'horreur, a assisté impuissant à l'exécution de sa fille par une déséquilibrée qu'il croyait morte depuis des années. Elle l'avertit que ceci n'est qu'un début.
Holder, originaire de Tusitala, est convaincu que le meurtre de sa fille et la tuerie de la piscine sont liés. Il n'a plus aucun doute lorsqu'il reçoit des photos prises au moment des deux drames et une invitation à passer quelques temps dans le Bed & Breakfast des Baldwin.
L'origine de ces événements semble remonter à une histoire que lui avait raconté sa grand-mère lorsqu'il n'était encore qu'un enfant. Une histoire terrible et jusqu'alors, il avait cru que ce n'était « qu'une » histoire...
Les éléments « Kingien » sont nombreux dans le récit. Tout d'abord, il y a le personnage de l'écrivain, fréquemment utilisé par SK. Ensuite, le décor est une petite ville peuplée d'habitants appartenant à cette « middle class » américaine si typique. Enfin, la façon de traiter et de dévoiler le mal n'est pas sans rappeler celle utilisée dans des romans tels que « La part des ténèbres » ou « bazaar ».
Il y a également quelques clins d'œil à la littérature d'horreur, comme cette Rita Herbert qui a une aversion absolue des rats... Je vous laisse deviner la suite. Un chapitre particulièrement réussi.
J'avais également quelques doutes sur l'idée qu'un auteur français choisisse de situer son récit aux Etats-Unis. Maxime Chattam l'a fait avec plus ou moins de réussite pour sa trilogie, mais là encore, Covin s'en sort plutôt bien et je n'ai ressenti aucune gêne à la lecture: soit l'auteur connaît les USA pour y avoir séjourné, soit il s'est très bien documenté et c'est tout à son honneur.
Seuls petits bémols, le récit tire parfois un peu en longueur, mais n'est-ce pas là aussi l'un des défauts du maître de Bangor et les motivations des Loups de Fenryder demeurent trop longtemps obscures.

La conclusion de

Les Loups de Fenryder est un premier roman qui se révèle être une bonne surprise et en plus l’auteur est Français. C’est du fantastique horrifique dans la plus pure tradition du genre, rien de révolutionnaire, mais incontestablement un début prometteur.

Que faut-il en retenir ?

  • Des personnages bien aboutis
  • Influence de King sans être une pâle copie
  • Quelques très bonnes scènes
  • C'est un auteur français

Que faut-il oublier ?

  • Quelques longueurs
  • La motivation du mal reste obscure trop longtemps

Acheter Les Loups de Fenryder en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Loups de Fenryder sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+