75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les Machines Sauvages
Les Machines Sauvages >

Critique du Roman : Les Machines Sauvages

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 10 février 2008 à 0940

Le siège périlleux

"Pierce - Il n'y a pas de moyen facile de vous annoncer ça. La direction a décidé que nous allions suspendre la publication de votre ouvrage. Je vais faire mon possible. Peut-être pourrai-je vous trouver une autre maison d'édition, qu'intéresserait un ouvrage de mythes et de légendes médiévaux ?..."
Cendres est revenue de Carthage, grâce au dévouement et l'opiniâtreté de ses troupes. Et grâce à un sacré coup de chance. Elle sait maintenant que le Golem de Pierre n'est qu'un pantin, derrière lequel se cachent les Machines Sauvages, des entités dont le dessein est d'étendre leur pouvoir au monde entier. Elle comprend également que le seul moyen de faire barrage à ce péril est de protéger le Duc de Bourgogne. Revenus pour chercher la moitié de ses troupes restée derrière les murailles de Dijon, la seule option pour Cendres et sa demi compagnie est de s'infiltrer à travers les campements des troupes ennemies, pénétrer à l'intérieur de la ville Bourguignonne et de soutenir le siège des Wisigoths. A tout prix...
Après lui avoir si bien décrit des hauts faits héroïques de Cendres depuis la Guerrière oubliée, au point tel que le lecteur a fini le deuxième volet, la puissance de Carthage, en apnée, tellement il était pris par l'ampleur des évènements tragiques qui ont lieu en Europe puis en Afrique du Nord, Mary Gentle lui permet de reprendre un peu son souffle avec les Machines Sauvages. Non pas que ce deuxième volet manque d'action mais, voyez-vous, c'est souvent ainsi pendant les périodes de siège: on patiente longtemps. En effet, les Wisigoths (près de sept mille hommes) étant aux pieds de la muraille de Dijon, la demi compagnie (trois cents hommes) de Cendres revenant de Carthage n'a d'autre choix que de s'y infiltrer elle aussi pour s'y mettre à l'abri.
Mais fi des récits des combats, Mary Gentle utilise d'autres procédés au moins aussi efficaces pour captiver notre attention. C'est lors des moments clés (confrontation avec la Faris; la chasse à courre, moment mémorable...) où elle fige littéralement le temps pour en augmenter l'intensité qu'on voit tout le génie littéraire de cet écrivain anglais. Faut-il rappeler que cet auteur a fait des études sur le Moyen-Âge ? Mais c'est la mise en parallèle avec l'histoire de notre historien Pierce et son éditrice Anna qui ne fait que brouiller un peu plus les pistes. En effet, on nous assure que Cendres est morte début 1477 et que la Bourgogne a été rasée au quinzième siècle, mais vu les derniers indices sur la faille, les nouvelles découvertes de Pierce et du professeur Isobel, et enfin les modifications notables de la classification des ouvrages que Pierce étudie, on se dit que tout est possible. On se dit que tout peut être remis en question. Même la mort de Cendres, même la destruction de Dijon. Et en secret, on espère.
En fin de compte, le livre de Cendres est un roman de science fiction.

La conclusion de

Troisième volet du livre de Cendres, les machines sauvages est un peu moins passionnant à lire. Le rythme est cassé, essentiellement dû à la situation à ce point de la guerre: il s'agit d'un siège, avec tout ce que cela implique. Ce qui laisse au lecteur à réfléchir à d'autres implications.

Acheter Les Machines Sauvages en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Machines Sauvages sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Livre de Cendres

En savoir plus sur l'oeuvre Le Livre de Cendres