75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Lady Crown
Lady Crown >

Critique de la Bande Dessinée : Lady Crown

Avis critique rédigé par David Q. le jeudi 1 février 2007 à 1308

Vous en rêviez ? Ellis l'a fait

Voilà un album dont l'idée de départ est originale. A New York, ville du rêve américain, un étrange pouvoir s'est emparé des habitants. Chaque nuit tout ce qu'ils imaginent en rêve se réalise. L'organisation Ellis - du nom de l'ile de la statue de la liberté - est en charge de contrôler ces débordements et surtout les abominations qui en résultent, des cauchemars qui se matérialisent dans le monde réel et qui sème le chaos.

La première page d'Ellis
La première page d'Ellis

L'histoire écrite par Sébastien Latour est non seulement originale mais possède aussi un rythme qui lui est propre. De nombreux chamboulements interviennent assez tôt dans l'album, laissant le lecteur sur place. Cette révélation aurait pu faire un excellent cliffhanger pour le tome deux et le choix de Latour est surprenant, mais on peut considérer ça comme un gage de qualité, une assurance que rien n'est établit et qu'on ne va pas s'ennuyer. Et pour en avoir discuté avec Sébastien à Angoulême, ça devrait être un pari réussi. Tout comme Wisher - son autre album édité par Le Lombard dans la collection Portail - ce titre est ce qu'on pourrait appeler de l'urban-fantasy, un univers en tout point similaire au notre mais emprunt d'une surcouche d'imaginaire. Les dessins de Griffo mettent la touche finale à la construction de cet univers à la fois réaliste et fantastique. C'est comme ça qu'on reconnaitra le style Men in Black de l'agent d’Ellis et qu'on appréciera les vues de New York très bien rendues. A mi-chemin entre dessin traditionnel et effets Photoshop, la griffe du dessinateur donne une ambiance parfois surréaliste passant du rêve à la réalité. Le découpage est assez classique, le rythme étant donné plus par les rebondissements scénaristiques que par des artifices graphiques. Haut en couleurs mais manquants parfois de détail dans les arrières plans et les cases peu importantes, Ellis est tout de même une BD où les images collent au scénario, pour le plaisir du lecteur.

La conclusion de

Avec son scénario original et prenant, ses dessins immersifs et son rythme soutenu, Ellis va vous plonger au cœur des rêves et cauchemars de chacun grâce à des courses poursuites sous couvert d'agence secrète. De quoi se remémorer les bons vieux X-Files.

Que faut-il en retenir ?

  • L'idée fondatrice du scénario
  • Les rebondissements au milieu du tome 1
  • L'immersion dans le New York actuel

Que faut-il oublier ?

  • Quelques cases moins soignées que les autres

Acheter Lady Crown en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Lady Crown sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+