75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Vidocq
Vidocq >

Critique du Film : Vidocq

Avis critique rédigé par Emmanuel G. le mardi 4 mars 2003 à 0939

Vidocq


Popularisé à la télévision française par Bernard Noël puis Claude Brasseur, le personnage de Vidocq, ancien bagnard devenu chef de la police, est passionnant. On ne pouvait donc qu’imaginer un film à l’intrigue foisonnante. Vidocq, le film, prend la direction d’un suspens fantastique, une idée pas si bête en raison du fort potentiel du décor de Paris en 1830, qui n’a rien à envier au Londres de Jack l’éventreur. On verra donc vidocq affronter un étrange personnage, l'Alchismiste, qui hante le quartier du Temple...
D'intéressant sur le papier, on passe à un résultat plutôt désastreux à l'écran. Gérard Depardieu, plutôt convaincant en Vidocq massif et gueulard, est complètement sous exploité, tout comme André Dussolier en chef de la police. C’est donc le fade Guillaume Canet (sans doute l’acteur français le moins charismatique de sa génération) qui est mis en avant, au désespoir du spectateur, tant il s’avère transparent. Un choix de casting plus que regrettable. A cela s’ajoute un scénario faussement malin, qui gère très mal son élément fantastique, à la construction en flashbacks mal maîtrisée, et qui malheureusement se conclut par une révélation finale grotesque. Déjà c’est dur à assumer pour un seul film. Soyons honnête, reconnaissons que l’ambiance pré-steampunk fonctionne par moments, comme lorsque Vidocq explique le fonctionnement de la machine à éclairs ou lorsque l’on découvre certains décors dantesques.
Mais au-delà d’une histoire bancale qui manque de rythme, c’est la mise en image de Vidocq qui laisse, au choix, ébahi d’incompréhension ou furieusement en colère ! L’esthétique très particulière du film avec son image et ses couleurs qui font penser à une cinématique de jeu vidéo, passe encore. Ca marche même plutôt bien dans certains tableaux du film. Mais la réalisation est pour sa part complètement insupportable. Pitof accumule jusqu’à l’écoeurement les gros plans sur les dents, les poches sous les yeux ou les poils de nez de ses personnages. A cela s’ajoute un montage surdécoupé et ultra cut qui rend la moindre scène d’action complètement illisible. Lorsque Vidocq monte dans un fiacre pour voler au secours d’une future victime de l’alchimiste, le réalisateur enchaîne avec frénésie une série de plans aberrants (gros plans successifs sur la trogne du conducteur, sur l’encolure du cheval, sur le pavé, et on recommence…). Absolument vide de sens, et finalement très fatigant pour les yeux ! Le pire, c’est que ce montage épileptique n’ajoute aucun dynamisme au film, qui reste mou ! Je ne parlerais même pas des affrontements Vidocq – Alchimiste, là encore illisibles. Ouf !
On sort un peu vanné de cette accumulation d’effets, comme lorsqu’on fixe trop longtemps un kaléidoscope. Et tout ça pour une histoire guère passionnante. Au final, le principal atout de ce Vidocq, c’est de ne durer qu’1h35…

La conclusion de

Insupportable pacthwork visuel vide de sens, Vidocq souffre aussi d’une intrigue bancale. Fatigant, dans tous les sens du terme…

Acheter Vidocq en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Vidocq sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Vidocq

  • Voir la critique de Vidocq : Bof...
    19

    Vidocq - Avis sur le film par Lujayne M.

    Bof... : Ce film était annoncé comme une révolution numérique, et c'est bien là son seul intérêt. Si le scénario est bien ficelé et les reb…

  • Voir la critique de Vidocq : beaucoup de bruit pour rien
    19

    Vidocq - Avis sur le film par MRHA

    beaucoup de bruit pour rien : Premier film commercial tourné intégralement avec une caméra numérique (un prototype de celle dont Lucas est le commanditaire pour…

  • Voir la critique de Vidocq : Brouillon et ténébreux
    40

    Vidocq - Avis sur le film par Gil P.

    Brouillon et ténébreux : N'est pas Jeunet qui veut, il ne suffit pas de faire crade pour faire bien. Un vrai regret d'autant que l'histoire avait de quo…

En savoir plus sur l'oeuvre Vidocq