75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : A vos souhaits
A vos souhaits >

Critique du Roman : A vos souhaits

Avis critique rédigé par Donuts le samedi 20 août 2005 à 0445

A vos souhaits

Tout va mal pour John Moon, entraineur raté de Quartek (une sorte de bloodblowl pour ceux qui connaissent), il a une mère étouffante, une vie sentimentale quasi inexistante et a pour seul amis, un elfe et un nain tout deux dépourvu du talent propre à leur race (à savoir, respectivement, la magie et le jardinage). Tout va mal au point où le héros tente d'en finir de la manière la plus radicale qui existe, mais là encore, il échoue... Vient s'ajouter à tout ce bordel des événements extérieurs qui n'arrangeront pas les choses, en effet, le Diable vient de refaire son apparition et a bien l'intention d'ouvrir la porte des enfers pour déchaîner le mal sur Newdon (sorte de Londre de l'époque victorienne). Et notre anti-héros se retrouvera bien malgré lui, embarqué dans cette aventure loufoque et rocambolesque.
Commencer un livre dit humoristique est toujours un peu délicat. On peut tomber sur du très bon comme du Terry Pratchett, Douglas Adams ou encore Frédéric Brown ou sur du moins bon (voir du très mauvais) comme les parodies de chez Bragelonne.
Ici, soyez sans crainte, le bouquin de Fabrice Colin ne déçoit pas. On passe un agréable moment tout au long de sa lecture. A vos souhaits se veut être un roman sans prétention et il se lit comme tel. Par conséquent, il peut paraître un peu léger par moment... On sourie et on rie, mais il faut bien avouer que l'histoire reste assez simple, de même que les personnages qui sont un peu trop "commun" pour ce genre d'univers loufoque.
Autre point à souligner, le livre est principalement constitué de dialogues. Les lieux sont décrit succinctement avec une impression de "juste ce qu'il faut", ce qui ne participe pas à l'enrichissement de l'univers et c'est bien dommage car on aurait aimé mieux le connaître. L'histoire est donc portée par les dialogues et elle avance au rythme des conversations ou des pensées des protagonistes... Ce qui, par moment, me donnait l’impression de lire une pièce de théâtre.
Je me garderais bien ici de faire une quelconque comparaison entre l'humour de l'auteur et celui de Terry Pratchett (comme c'est souvent le cas). Je préfère vous citer un passage se situant au début du roman. Il vous donne une petite idée du style d'humour et il représente assez bien la composition du roman : beaucoup de dialogues et quelques descriptions. Cet extrait se situe au moment où le baron Mordayken invoque le Diable :
- Voyons, déchiffrait péniblement Mordayken, euh, Par le grand feu sacré qui danse entre les monts, Par les lueurs mauvaises qui sont autant de ponts, Par la v... - Oh, pitié. Le baron s'arrêta net. - Qui a dit ça ? - C'est moi, là-dedans. La voix semblait venir du mausolée. - Moi ? - Non, moi. Pas toi. Moi, le Diable. Mordayken tomba aussitôt à genoux. - Maître, chuchota-t-il, par quel étrange prodige ? Je veux dire, le rituel n'était pas terminé... - Le rituel ? Oh, fais donc une pause, Mordayken. Le rituel. Bon, sors-moi de là, maintenant. Je commence à en avoir assez. Le baron se redressa tout tremblant. Derrière lui, la goule qui lui servait de serviteur avait enfin réussi à se hisser sur la berge. Trempée, hors d'haleine, elle relevait péniblement la tête. - Maître ? - Oui ? demanda le Diable, qui pensa que ce titre lui était adressé. - Oh, tu vas la boucler ? Chuchota le baron furieux. - De quoi ? fit le Diable. - Non, ce n'était pas pour vous, maître. - Pas pour me mettre ? Dis-moi, Mordayken, [ect...]

La conclusion de

Véritable touche à tout littéraire, Fabrice Colin nous propose ici une aventure d'héroic fantasy farfelu et pleine d'humour. Sans être exceptionnel, le roman se lit vite et nous fait passer un agréable moment de lecture. On aurait pu s'attendre à mieux de la part de Fabrice Colin, surtout quand on connait le talent du monsieur. Mais A vos souhait est un bon livre, le genre de livre qu'on aura plaisir à relire d'ici quelques années.

Acheter A vos souhaits en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de A vos souhaits sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+