75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Moebius réalise un manga de science-fiction

Publié il y a 10 ans par David Q.

Le rêve d'Icare bientôt disponible

Le papa de « Blueberry » rêvait depuis longtemps de réaliser le scénario d'un manga de science-fiction. C'est chose faite avec « Icare ». Cette nouvelle version du mythe de l'homme volant est évidemment complètement modernisée.
C'est l'histoire de la rencontre au sommet entre un dieu du manga et le major fatal de la bande dessinée. Jirô Taniguchi, l'homme qui marche, face à Jean Giraud Moebius, l'homme à l'étoile d'argent. Le plus littéraire des mangakas au duel avec le plus métal hurlant des créateurs de bande dessinée européens. Taniguchi et Moebius ont réécrit ensemble le mythe d'Icare. Sous leur plume, l'homme-oiseau se crashe en ado de laboratoire classé secret défense.
Entre deux westerns du lieutenant Blueberry, Moebius rêve le scénario d'un manga de science-fiction de plusieurs dizaines de milliers de pages, libéré des albums cages en 48 planches. Le premier synopsis contient de quoi remplir quinze volumes : l'éditeur nippon Kodansha et le magazine japonais Morning sont partants pour le baptême de l'air. Le mangaka Taniguchi aussi. La publication débute en 1997, mais Icare est boudé par le référendum des lecteurs. La série fait un atterrissage forcé. Il faudra attendre fin 2005 pour voir ce manga franco-japonais traduit en français.
Il reste de ce vol en apesanteur artistique trois cents pages somptueuses, au parfum graphique proche d'Akira, le chef-d'oeuvre de Katsuhiro Otomo, et de l'Incal de Moebius. « Les histoires sont là dans notre paysage, comme les poissons dans la mer et les oiseaux dans le ciel, écrira Moebius en épitaphe. Or nous savons aujourd'hui que ce que l'on croyait immuable peut disparaître, du moins pour ce qui est des oiseaux ou des poissons. Heureusement, il existe un territoire où les histoires naissent et grandissent librement : c'est le monde des rêves. Et c'est précisément dans un de mes rêves que cette histoire, Icare, a vu le jour. L'histoire aurait pu être jetée ou oubliée. Mais il semble qu'un dieu bienveillant la protégeait. Icare a survécu. Monsieur Jirô Taniguchi a réalisé de magnifiques dessins pour lui donner vie. J'ai ramené Icare du monde des rêves, et quand je me suis réveillé, je ne l'ai pas laissé sombrer dans l'oubli. »

Consulter la source de l'article

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de l'imaginaire en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »