Présentation de The city, un jeu fantastique ou presque

Publié il y a 1 an par Amaury L.

Présentation de The city, un jeu fantastique ou presque : Dark city ou light city

Dark city ou light city

Voici une présentation critique de jeux qui ont traversé notre espace-temps, nos tables gravitationnelles, mais qui sont à la frontière du fantastique, mais pas complètement alors, on vous en parle simplement. The city est jeu de Tom Lehmann, le créateur de Race for the galaxy. On participe à la construction d'une ville qui ne cesse d'évoluer, de bouger, de se transformer, voilà de quoi attiser notre curiosité.



Une ville pas comme les autres...


L'affolement gagne le secteur immobilier. Il faut construire une ville avec tout le confort des sociétés modernes en un laps de temps ultra réduit. Pas de temps à perdre, le bâtisseur le plus ingénieux raflera le marché.


The city in the box...


The city fait partie de la collection « métal » de Gigamic. Il s'agit d'une petite boîte renfermant cent dix cartes représentant des bâtiments comme un stade, un gratte-ciel, une maison de ville... Si les illustrations proposées manquent de charme, l'ensemble satisfait la plupart des observateurs.


 


The city in the rules...


Le but du jeu est d'atteindre en premier cinquante points de victoire. Après la distribution de cartes Bâtiment entre tous les joueurs, le tour de jeu se déroule simultanément. On commence par choisir une carte de sa main afin de la construire. Puis, tout le monde révèle sa carte et on paie le coût de construction en défaussant de sa main le nombre de cartes nécessaires. Par exemple, un joueur souhaite construire un stade avec un coût de six, il défausse six cartes. On peut opter pour l'embauche d'un architecte ou la pioche de cinq cartes et en conserver une seule au lieu de construire. On termine par le calcul des revenus (les cartes que chaque joueur va piocher) et des points de victoire. Chaque carte possède deux icônes (en bas des cartes), une qui indique le nombre de cartes à piocher, une autre les points de victoire acquis.


 


The city in fact...


The city est l’œuvre de Tom Lehmann, l'auteur de Race for the galaxy. De suite, on retrouve des similitudes entre les deux jeux mais avec un processus de simplification sur The city afin d'élargir certainement le public potentiel. Le résultat demeure mi-figue, mi-raisin autant pour les amateurs de Race for the galaxy que pour les néophytes. En effet, The city nécessite quelques parties, même auprès des joueurs expérimentés, afin d'apercevoir la lumière et ainsi maîtriser ce jeu de cartes à l'apparence innocente. Un sentiment mitigé apparaît dès la première partie. Le joueur se sent perdu devant cet amoncellement de cartes différentes, sans repères évidents de prime abord. Comment choisir une carte plutôt qu'une autre, les débutants naviguent dans le brouillard sans vraiment savoir quoi faire et pour quelle stratégie opter. Le découragement ou le scepticisme dominent lors des parties de découverte et le bilan reste sans appel. Un significatif « bof » exprime le ressenti général. Après quelques essais, la brume se disperse et on comprend mieux les tenants et les aboutissants de The city.


.


Toutefois, quelques interrogations subsistent, pourquoi autoriser une pioche de cartes presque illimitée ? Parfois, sous l'effet conjugué de plusieurs bâtiments, un joueur obtient des chiffres hallucinants qui l'autorisent de piocher plus de trente cartes. On se questionne sur l'intérêt de ce mécanisme, surtout avec cette contrainte de posséder au maximum douze cartes


dans sa main. Certes, avec une connaissance approfondie, on optimise les chances de trouver le bâtiment adéquat pour se garantir des points de victoire, mais cela créé des situations ubuesques, où certains attendent patiemment qu'un adversaire ait terminé de trier et défausser les cartes indésirables afin de piocher à leur tour, la pile étant épuisée. Il n'est pas rare de faire tourner le paquet plusieurs fois lors d'une même partie. Cela alourdit le jeu, pèse sur le rythme global et finalement dessert The city plutôt que l'inverse. Ensuite, on s'aperçoit rapidement que les stratégies tournent autour de trois icônes situés en haut sur les cartes (fontaine, caddie, voiture). Tous les pouvoirs intéressants prennent en compte cette iconographie, ce qui donne réellement trois optiques de jeu distinctes fortement déterminées par les cartes tenues en main dès le début de partie. Le choix s'amenuise avec l'expérience. The city se déroule de manière systématique. On commence par poser des bâtiments rémunérateurs en pioche de cartes, puis dès que le chiffre est satisfaisant, on se concentre uniquement sur ceux qui rapportent des points. La victoire dépend de la rapidité avec laquelle on passe de la phase pioche à la phase quête de points.


 


En conclusion


The city est un jeu qui demeure sympathique à pratiquer, avec un peu d'expérience, même s'il présente une certaine linéarité. Mais pour le prix, son originalité pour un jeu de cartes (développement d'une ville) et ses parties rapides, on peut se laisser tenter. The city ne génère pas une grosse déception. Au contraire, il permet de changer des jeux de voyage classiques comme les jeux de plis. Une ville plutôt agréable à jouer malgré ses défauts.


 


Descriptif technique :


Auteur : Thomas Lehmann / Illustrateur : Klemens Franz


Éditeur : Gigamic / Genre : développement, cartes


Âge : dès 8 ans / Nombre de joueurs : 2 à 5


Durée : 20 minutes / Sortie en boutique : mars 2012


Prix : 12 euros


Note du jeu : 6,5/10

Lien permanent de partage |

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »