75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Di6Dent N°1 : notre avis sur le magazine de la culture roliste

Publié il y a 5 ans par Vincent L.

Longue vie et prospérité...

Sorti dans le courant du mois de janvier (et en preview avec un numéro zéro lors du dernier Monde du Jeu), Di6Dent est une nouvelle parution roliste, un webzine sous-titré "Le magazine de la culture roliste". Alors que les périodiques qui portent sur le jeu de rôle se multiplient (Jeux de rôle Magazine, Casus Belli, Le Maraudeur, Ludika.fr, ...), qu'est-ce que Di6Dent peut apporter, en terme de nouveauté et d'originalité, pour se démarquer de ses confrères ?

 

Parce qu'en effet, tout webzine qu'il est, Di6Dent est tout de même une publication payante (2€98). Disponible sur le site Rapid JdR, le magazine se présente sous la forme d'un PDF de 164 pages (présentées sous un format paysage pour un meilleur confort de lecture). Sur la forme, le travail est impeccable, la maquette est claire et la lecture confortable, et ce même sur un écran. Certes, la dématarialisation retire une partie du charme "tactile" du périodique, mais gageons qu'en cas de succès, le magazine connaîtra une parution papier qui permette de l'emmener aux toil... enfin, partout quoi...

Mais passons sur la forme pour parler de ce qui intéresse tout le monde : le fond. De quoi parle exactement "le magazine de la culture roliste" ? La réponse la plus simple serait plutôt de s'intéresser à ce dont il ne parle pas : l'actualité. Vous ne trouverez pas dans ces quelques cent soixante quatre page d'actualités ou de critiques (sauf de rapides chroniques de WarsaW et Terra Ingognita, mais qui s'apparentent plus à une présentation des jeu qu'à de véritables critiques) ; une position plutôt judicieuse, et ce dans la mesure où ces créneaux sont déjà occupés par d'autres, Jeux de rôle Magazine et Casus Belli notamment.

Pourtant, Di6Dent partage des points communs avec ces derniers, notamment dans sa partie la plus classique où il propose aux lecteurs des scénarios. Les nouveautés y sont à l'honneur, puisque l'on y trouve deux scénarios officiels : l'un pour Les Ombres d'Esteren (écrit pas Nelyhann) et La Brigade Chimérique (écrit par Romain d'Huissier) ; à côté, on pourra également trouver un scénario pour WarsaW et une campagne générique appelée Infection (à suivre dans le prochain numéro de Di6Dent).

Même si ces scénarios s'avèrent qualitatifs, l'originalité du zine se trouve pourtant ailleurs : dans les articles de fonds qu'il propose. On trouvera ainsi un panorama de l'année 1991 nous présentant les publications de l'époque, l'état de la presse roliste, et même une rapide interview de Daniel Danjean, le créateur de La méthode du Docteur Chestel. A côté de cela, un duel entre Warhammer 3 et Te Deum pour un MAssacre 2 présenté sous forme d'interview, un focus sur le jeu de rôle en Suisse, une interview complètement absurde d'Anthony Combrexelle, et une autre nettement plus sérieuse de Johan Scipion sur les playtests.

Et puis, au milieu, le gros morceau de ce numéro 1, un dossier spécial : "Où sont les femmes ?". Cinquante-six pages y sont consacrées, avec, dedans,  un panorama des jdr Girl Power, une interview croisée de Charlotte Bousquet, Hikaki, Neko et Riddle, ainsi que des articles sur les personnages féminins dans le jeu de rôle, les inspirations (Tank Girl, Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec), et quatre scénarios : Tenga (officiel), C.O.P.S., Manga BoyZ et un générique.

Bref, tout cela est particulièrement bien fourni, les articles de fonds sont bien pensés, conséquents et travaillés, les scénarios sont intéressants et bien construits (et officiels pour la plupart). On trouvera, de plus, ici et là, quelques articles semblant un peu hors sujet ou superflu (Sur un plateau, Rolebook, A table), mais qui ne représentent qu'une petite minorité du magazine, et semblent plus être un délire des rédacteurs qu'une volonté de remplissage.

Au final, donc, Di6Dent numéro 1 vaut bien son prix (et même plus), et s'avère être une publication de très bonne facture. A titre purement personnel, vu la qualité des les articles de fonds, j'aurai préféré qu'il y ait moins de scénarios, néanmoins, ce petit détail ne m'a en aucun cas empêché de trouver la lecture agréable, et ne m'empêchera pas non plus de m'intéresser de très près au numéro 2, prévu pou une sortie dans le courant du second trimestre 2011.

 

Voulez-vous en savoir plus :

L'interview croisée de Di6Dent par Casus Belli (et vice versa)

Le site de Di6Dent

Pour acheter Di6Dent n°1

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • on aura moins de scénarios dans le #2, là c'était vraiment exceptionnel. Et il sortira en mai, sans faute (je prépare le fouet pour motiver les troupes)
    Julien De Jaeger, le 28 janvier 2011 14:27
  • en tout cas, je l'ai fort apprécié aussi!

    vivement le suivant^^
    nock, le 28 janvier 2011 21:32