75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de société : Yum Yum Island [2019], par Gaetan G.

Avis critique rédigé par Gaetan G. le jeudi 21 novembre 2019 à 09h00

Un jeu à croquer

« Vite, les animaux de l'île Yum-Yum sont affamés. Conduisez une escadrille de pélicans prêt à leur larguer de la nourriture aux animaux. Mais attention au géant qui mange tout. »


Vous l’aurez compris, Yum-Yum Island, le jeu dont nous allons parler aujourd’hui, fait partie des titres qui ne misent pas tout sur leur narration et leur histoire. Ici, on est là pour s’amuser en famille en passant un bon moment.


Une direction artistique complètement barrée…


Yum Yum Island est un titre vendu à petit prix, puisqu'il se trouve aux alentours des 20 /25€. Il faut croire que c'est un créneau concurrentiel, car les éditeurs rivalisent d'imagination pour proposer des boîtes originales, très bien finies et remplies de matos dans cette gamme de prix. Et c'est clairement le cas ici, puisque le jeu comporte:


  • 5 masques en carton plastifié ;
  • Un dé ;
  • 70 jetons nourriture ;
  • 18 figurines en carton (1 géant, 1 tortue servant de réceptacle pour les jetons nourriture, 4 arbres et 12 animaux).

Les illustrations des différentes créatures sont très réussies, avec un look à la fois un peu retro et complètement barré :



Le matos est globalement de bonne qualité. Les différents plateaux sont réalisés dans un carton bien épais qui a supporté sans broncher une bonne vingtaine de parties à la maison. On peut éventuellement regretter l’utilisation de petits éléments cylindriques pour matérialiser la nourriture, ce qui pourra poser un problème de sécurité si un bébé joue à proximité de la zone de jeu. En effet, ces petits éléments sont lâchés à l’aveuglette sur la table, et leur forme cylindrique leur permet de rouler facilement. De fait, il y en a au moins un ou deux qui sont tombés de la table à chaque partie.



Le deuxième point d’interrogation concerne les masques. Contrairement aux prototypes montrés à Cannes en début d’année, qui étaient en tissus, le jeu fournit maintenant des masques en papier cartonné et plastifié. C’est un peu moins joli, on pouvait craindre une solidité en baisse mais là encore ces masques ont très bien tenu en présence de nos deux petits monstres. En revanche, ils permettent aux enfants de tricher un peu : vu qu’ils sont moins bien plaqués sur le visage, un peu de lumière arrive à passer et les plus roublards parviendront sans peine à observer l’air de rien le positionnement des différents éléments. 


Niveau règles, pour finir, pas grand-chose à en dire : c’est simple et efficace, en même temps comme on va le voir juste après le déroulement du jeu est parfaitement adapté à son jeune public. Le titre propose une sorte de mode découverte / rapide, bien pratique si on veut faire une partie rapide en 10 ou 15 minutes par exemple si on a promis aux enfants de jouer avant d’aller se coucher.


… Au service d’un concept plus difficile qu’il n’y paraît…


Niveau mécanique, c’est du tout simple. On commence par placer la figurine de géant en plein milieu de la table, et par mettre tous les pions colorés représentant les deux types de nourriture dans la tortue qui sert de réserve. Ensuite, on place plus ou moins d’animaux au centre de l’aire de jeu (5 animaux pour une partie rapide, 8 sinon) et surtout on n’oublie pas les palmiers qui ne servent pas qu’à la décoration.



A son tour, le joueur actif commence par lancer le dé. Le résultat va lui indiquer comment il devra jouer son tour. Parfois il devra jouer à l’aveugle mais les autres pourront l’aider, parfois il devra se débrouiller sans aide. Une autre face lui permettra, si un animal a déjà commencé à être nourri, de le compléter automatiquement.


Une fois que le joueur actif sait à quelle sauce il va être mangé, il place la tortue devant lui, regarde la zone de jeu, souffle un bon coup et place le masque devant ses yeux… A partir de ce moment-là, il devra, sans rien à voir, attraper autant de pions nourriture qu’il le souhaite, sachant qu’il y a deux types de nourriture – le vert pour les herbivores et le rose pour les carnivores – et que chaque animal ayant son petit régime alimentaire bien à lui. Il devra ensuite se rappeler de l’emplacement des animaux, et les palmiers sont la seule chose qu’il a le droit de toucher sur la zone de jeu, et s’efforcer de lâcher les pions dans leur bouche. Chaque pion de nourriture de la mauvaise couleur ou qui retombe sur la table rejoint immédiatement l’estomac du géant.



Les animaux complètement nourris, en revanche, quitte définitivement le plateau. Certains d’entre eux disposent d’un pouvoir bien pratique qui s’active à ce moment-là. L’araignée permet, par exemple, de trier les aliments par couleur, ce qui est nettement plus facile pour les identifier. Le lion permet, quant à lui, de retirer des pions de l’estomac du géant, et ainsi de suite.


La partie prend fin de deux manières : soit le géant est repu parce qu’il a mangé une vingtaine de pions, et c’est la défaite, soit tous les animaux ont été sauvés, et c’est la victoire.


… Et que les plus jeunes adorent


Lors de la mise en place de ma première partie, j’étais franchement dubitatif sur les capacités d’un enfant de 5 ou six ans à se repérer dans l’espace à l’aveugle, à suivre des consignes très précises données par un adulte ou même à guider une autre personne qui a les yeux bandés.


En pratique, cependant, force est de constater que ça fonctionne vraiment bien. Ma fille de 6 ans a su y arriver sans problème, que ce soit pour nourrir les animaux ou pour guider les plus grands. Se pose inévitablement le problème de la triche, puisque les caches fournis dans la boite ne couvrent pas complètement le visage comme on l’a expliqué plus haut. Mais notre demoiselle s’est très bien débrouillée même après avoir surveillé leur positionnement.



Ce qui ne veut pas dire que le jeu se révèle simple… L’estomac du géant se rempli à vitesse grand V et il est nécessaire de faire un peu de stratégie pour gagner. Il faut délivrer au bon moment les animaux ayant un pouvoir spécial, l’araignée doit être ciblé en premier et le lion doit être réservé aux moments critiques, là ou le lion a quasiment rempli son estomac


Et l’expérience s’est révélée vraiment originale. Pour une fois, ce ne sont plus forcément les parents qui guident et l’enfant qui écoute, mais les rôles sont assez régulièrement échangés. Est-ce notre admiration devant sa dextérité, est-ce justement ce rôle de conseil tout nouveau pour elle, est-ce la bonne ambiance communicative autour de la table ? Le fait est que ma fille a adoré l’expérience, et que Yum Yum Islands est devenu sa boîte favorite qu’elle nous demande de sortir un peu près tous les jours. Et c’est là où on apprécie le setup de partie de découverte, qui permet de faire une petite partie rapide durant moins d’un quart d’heure, ce qui est facile à caler un peu avant ou après le repas. Une belle réussite, incontestablement, et qui permet un échange vraiment original entre les parents et les enfants.

La conclusion de à propos du Jeu de société : Yum Yum Island [2019]

Gaetan G.
85

Yum Yum Islands est la première réalisation de Space Cows, le nouveau label des Space Cowboys spécialisé dans les jeux enfants. Sur le papier, le concept est tout simple : on doit essayer de placer des petits pions représentant de la nourriture dans le gosier de différents animaux, et chaque pion tombé à côté rapproche un peu plus du game-over. Histoire de compliquer les choses, on doit le faire avec un masque sous les yeux, en s’aidant de quelques points de repères en cartons disposés sur la table et des instructions données par ses petits camarades.

Le jeu est indiqué comme étant jouable dès 5 ans. Même si ça peut paraitre un peu ambitieux, dis comme ça, en pratique ça fonctionne du feu de Dieu et les loulous y arrivent très bien. Mieux, ils adorent la direction artistique gentiment barrée du titre, et surtout la coopération originale entre les adultes et les enfants. C’est rare pour eux de pouvoir diriger les grands et ils accrochent immédiatement avec le concept. Sans exagérer, il ne passe pas un seul soir sans que ma fille de 6 ans ne demande à y jouer depuis que la boîte est arrivée à la maison.

Bref, Yum Yum Islands est une excellente surprise, nul doute qu’il se retrouvera sous bon nombre de sapins ce Noël. Cerise sur le gâteau, la boîte est proposée sous les 25€ dans toutes les bonnes crémeries, ce qui est une belle performance au vu du matos contenu à l’intérieur. A recommander sans hésiter !

On a aimé

  • Une direction artistique complètement barrée et qui fait mouche
  • Pas si simple qu'il n'y paraît
  • Une coopération originale entre les parents et les enfants, ces derniers accrochent vraiment
  • Pas cher au vu du matos qu'il y a dans la boîte

On a moins bien aimé

  • Les masques en carton plastifié : ils ne sont pas très bien plaqués sur le visage, ils ne sont pas adaptés aux porteurs de lunette et surtout ils sont bien moins agréables et résistants qu'un masque en tissu
  • Attention si vous jouez en présence d'un bébé : les jetons nourriture sont tout petit et on les manipule à l'aveugle, il y en a donc souvent qui tombent de la table

Acheter le Jeu de société Yum Yum Island [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Yum Yum Island [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter