75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Machinarium
Machinarium >

Critique du Jeu Vidéo : Machinarium

Avis critique rédigé par Bastien L. le jeudi 21 juillet 2016 à 14:45

I, Robot

Testé sur PS3

A première vue, on ne peut pas dire que la République Tchèque soit la nation du jeu vidéo. Mais c'est dans ce pays qu'est né le terme de « robot ». Une particularité mise en avant par un studio tchèque dans une des meilleurs productions indépendantes de 2009, Machinarium.

Un succès surtout d'estime qui s'explique d'abord par l'austérité apparente du projet du studio tchèque Amanita Design dont c'est le premier jeu d'envergure après des projets flashs et des travaux publicitaires. Arrivé de nul part donc, le titre se range dans un genre dont la popularité n'est pas vraiment au beau fixe à cette époque : le jeu d'aventure en point & click. Ajoutez à cela un design original assez spécial et le héros principal, un robot au look cartoon qui ne prononce pas une parole de toute l'aventure ainsi qu'un jeu se déroulant sans quasiment aucun texte à l'écran, en dehors des menus. Et pourtant, Machinarium est une grande aventure.

Revenons donc sur ce gentil petit robot nommé Josef en l'honneur de Josef Capek, inventeur du terme « robot ». Notre héros est assez malchanceux puisqu'il est le souffre-douleur d'un trio de brutes qui le séparent de sa petite amie robotique et se débarrassent de lui en l'enfermant dans un transport chargé de larguer des déchets en dehors de la ville. Josef va devoir retourner en ville, retrouver sa copine mais aussi arrêter les méfaits de ses ennemis quand il découvre accidentellement leurs plans... Tout ça pour un être pas vraiment destiné à jouer les héros mais dont l'ingéniosité est sa grande force. Si l'histoire est classique, elle se suit avec plaisir car l'univers de Machinarium fait rêver tout amoureux de science-fiction. La terre que l'on parcourt semble vide si ce n'est cette drôle de ville seulement peuplée de robots. Chaque personnage a sa propre personnalité et ses propres objectifs tout en étant doté d'un character design de grande qualité. On savoure chaque rencontre et chaque lieu découvert d'autant plus qu'aucun dialogue n'est utilisé pendant toute l'aventure. Seules des bulles où apparaissent des dessins nous renseignent sur les envies des PNJ. On assiste donc à un sacré tour de force qui est finalement un véritable régal.

Cela fonctionne surtout grâce à un univers aussi original que magnifique. La petite équipe d'Amanita Design a pris le pari de créer tous ses décors à la main en animant ses personnages dessus. Ces derniers donnent aussi l'impression d'avoir été créés, et d'être animés, à la main. D'autant plus que le style graphique très européen offre un véritable cachet à l'œuvre qu'on parcourt avec plaisir. Chaque décors est un tableau qu'on dévore des yeux tant cette cité robotique fascine et que les développeurs ont intégrés énormément de détails. Les traits des décors respirent donc le fait main avec quelques arrières-plans faisant parfois brouillons mais cela renforce encore l'originalité et la beauté du titre. Une beauté non conventionnelle avec ses robots assez imparfaits aux proportions cartoonesques mais à la bouille toujours sympathique. Sans oublier les animations qui donnent encore plus de vie à ces boites de conserves... Les détails n'empêchent d'ailleurs jamais de s'orienter ou de trouver les solutions aux énigmes. Ajoutez à cela un travail sonore plus que correcte et surtout une musique électronique toujours bien amenée et surtout vraiment bien écrite, une gageure quand on sait que ce type de jeu nous oblige souvent à faire du sur place pendant de longues minutes.

Les amateurs de point & click exigeants, comme ceux de la grande époque de Lucas Arts, seront aux anges tant Machinarium respecte les codes du genre. Chaque tableau et décors regorge d'énigmes et d'objets à trouver, utiliser et combiner pour progresser. Le titre fera donc fonctionner vos méninges à pleins régimes grâce à des puzzles toujours légitimes et bien pensés. Tout ce qu'on fait à un sens sans oublier une certaine fantaisie dans les résolutions pour bien coller à l'univers du jeu. Néanmoins on peut pester contre le trop grand nombre de mini-jeux/puzzles qui peuvent se révéler de véritables créateurs d'énervements car on est surtout bloqué par des mécaniques de gameplay qui cassent un peu le rythme. C'est surement le plus gros défaut d'un titre qui doit être fait par tous les amoureux et nostalgique des point & click. Les développeurs ont même pensé aux néophytes en incluant un système d'aide intelligent. Soit Josef indique par une bulle ce qu'on attend de nous, soit on se farci un petit shoot'em up qui déloque une magnifique bande-dessinée expliquant ce qu'il fait faire par étapes. D'autant plus que la maniabilité ne souffre d'aucun défaut sur PS3 où la sensibilité du stick est parfaite. Ce qu'on regrette au final c'est surtout la durée de vie qui se compte en une poignée d'heures, même si cela reste difficile à quantifier selon votre matière grise...

80

Machinarium est un véritable bonheur interactif. Une œuvre originale qui charmera tous les fans de robots et les amateurs de science-fiction en général. Loin des standards d'action que nous offre le jeu vidéo, ce genre est aussi propice à la réflexion et à l'exploration d'un univers sublime peuplés de personnages attachants en fer blanc... Une véritable réussite qui malgré quelques petits défauts, est un véritable bonheur.

Critique de publiée le 21 juillet 2016.

Acheter Machinarium en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Machinarium sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !