75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Sam & Max : Saison 3 : The Devil's Playhouse
Sam & Max : Saison 3 : The Devil's Playhouse >

Critique du Jeu Vidéo : Sam & Max : Saison 3 : The Devil's Playhouse

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 2 mars 2011 à 1105

Bla bla... More psychic toys for me !

Testé sur PS3

Sorti en 1993, Sam & Max Hit the Road était l'exemple parfait de la grande époque du point & click made in Lucas Arts (avec le non moins culte Monkey Island). Cette fine équipe de développeurs s'est depuis évaporée en créant, pour certains, le studio Telltale Games qui, depuis 2006, reprend le duo le plus improbable de l'histoire du jeu vidéo avec plusieurs aventures ; The Devil's Playhouse est ainsi la troisième des aventures de Sam & Max depuis le retour de la licence. Pour ceux qui ne seraient pas familier avec nos deux acolytes, sachez que Sam & Max est à l'origine une série de comic-books créée par Steve Purcell, et mettant en scène deux policiers freelance résolvant des affaires les plus loufoques qui soient. Ces deux détectives de l'absurde sont un chien géant (Sam), habillé façon inspecteur américain des années 1940, et un lapin atteint de divers troubles psychologiques (Max).

Pour vous faire une meilleure idée de l'ambiance qui règne dans le jeu, sachez que cet épisode comprend des jouets diaboliques, des taupes avec de grands pouvoirs, des envahisseurs gorilles venus d'un autre monde, une blatte géante gardien de musée et autres idées aussi géniales que saugrenues. Sam & Max débarquent donc sur PS3 via le Playstation Store dans une aventure estampillée « saison 3 » (mais il n'est pas gênant de ne pas avoir fait les précédentes pour s'amuser avec celle-ci).

Quelques points pourront de prime abord rebuter les amateurs d'univers sans queue ni tête. Tout d'abord, il s'agit ici d'un point & click, genre un peu daté que le public actuel n'a plus trop l'habitude de cotoyer. Ensuite il faut savoir que le jeu est totalement en anglais (voix et textes), et qu'il faut bien maîtriser la langue pour vivre l'expérience comme il se doit ; en effet, Sam & Max pratiquent mal l'anglais scolaire, et on peut passer à côté de beaucoup de choses si on se débrouille mal avec la langue de Shakespeare. Enfin, sachez que la licence adopte un mode épisodique sur PC (même si sur PS3 on ne peut acheter que l'ensemble des cinq épisodes de cette aventure) ; néanmoins on télécharge bien cinq morceaux qui proposent chacun des approches et décors assez différents.

Au début de cette saison 3, on retrouve nos célèbres policiers alors prisonniers du général Skunkape, dictateur gorille de l'espace voulant détruire la planète terre. C'est dans son vaisseau qu'un tutoriel nous apprend les mécanismes du jeu, mais aussi que Max a maintenant des pouvoirs parapsychiques qu'il déclenche à l'aide de mystérieux jouets. Une fois débarassé du primate, on revient dans le passé pour savoir comment Sam & Max en sont arrivés là. Vous suivez ? En tous cas, vous avez intérêt à vous accrocher puisque durant ces cinq épisodes, vous allez voyager de New York (épisode 1) à l'Égypte du début du 20ème siècle (épisode 2), pen passant par une ambiance film noir (épisode 3) et une atmosphère films de zombies (épisode 4) ; pour le dernier épisode, je préfère vous laisser la surprise...

Toutes ces situations sont donc reprises à la sauce Sam & Max, avec ce non-sens si caractéristique et cet l'humour omniprésent. Toute la quête se résume autour de ces mystérieux jouets provenant d'une non moins énigmatique boîte à jouets diabolique ! Les personnages, haut-en-couleurs, pullulent dans l'aventure, et leurs réparties qui tuent comme les nombreuses situations irréelles contribuent à rendre le tout assez amusant. Après il est vrai qu'on ne rigole pas de bout en bout, mais on a toujours le sourire aux lèvres. On oscille ainsi entre un humour en bas de la ceinture, des situations extraordinaires et des références détournées, de fait, ces mécaniques de rire très différentes ne s'essoufflent jamais. C'est donc un réel plaisir d'interagir avec le plus d'objets possibles, et d'utiliser toutes les pistes de dialogues avec les PNJ.

Mais l'innovation la plus importante de cette aventure est sans conteste les pouvoirs de Max à travers les jouets magiques. On retrouve de quoi voir le futur plus ou moins proche, un jeu de carte permettant de lire les pensées des personnages, une marionnette permettant de projeter des sons, ou encore un faux nez permettant de copier des images inanimées et de se transformer en ce qu'elles représentent. Ces pouvoirs sont bien pratiques, tant dans l'aide face aux énigmes que dans leurs résolutions, sont l'occasion d'offrir plus d'occasions de s'amuser. Cette trouvaille de gameplay est donc la plus ingénieuse du jeu, cela va sans dire.

Les graphismes, assez datés et souffrant de ralentissements, n'arrivent jamais à proposer quelque chose de magnifique (même s'il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un jeu téléchargeable). Néanmoins la variété des décors est conséquente, et on s'amuse beaucoup à découvrir les différents environnements. La musique, quant à elle, participe très efficacement aux changements d'ambiance d'un épisode à l'autre ; le casting vocal, dans son ensemble, est tout bonnement parfait, donnant vraiment une âme aux différents protagonistes. La qualité du travail sonore réussit donc à mettre de côté les graphismes vieillots pour rendre l'aventure bien immersive.


Pour ce qui est du jeu en lui-même, il se relève assez difficile si on est pas habitué au genre, car c'est toute une mécanique à apprendre tant le jeu semble s'adresser avant tout aux fans de ce procédé. Inutile d'ajouter que la difficulté est d'autant plus corsée si votre niveau d'anglais est bas. Il faudra donc écouter attentivement ce que les personnages ont à dire, fouiller tous les lieux et toujours utiliser les pouvoirs de Max. Il est vrai que si on est peu coutumier du genre, l'ensemble se révèle de prime abord un peu mou. Mais il existe une vraie satisfaction quand on résout une énigme, démontrant que l'on peut se marrer tout en faisant fonctionner son cerveau.

On peut néanmoins avoir parfois un peu de mal à choisir un point à examiner avec le pad, outil forcément moins efficace qu'une souris. Si le jeu n'est finalement pas si difficile, on s'arrachera néanmoins quelque fois les cheveux en tournant un peu en rond ou même en réussissant quelques énigmes... En tout, faudra entre 10 et 13 heures de jeu pour que vous en veniez à bout, ce qui pour 25 euros est un bon ratio. Sam & Max reste donc un véritable Objet Jouable Non Identifié pour les nouvelles générations de joueurs sur PS3, et on peut se féliciter que le marché du jeu téléchargeable nous offre quelques bonnes surprises comme celle-ci, qui auraient eu du mal à arriver sur nos écrans par d'autres moyens.

La conclusion de

Sam & Max : The Devil Playhouse est certes un point & click techniquement daté, mais pour peu que vous accrochiez à l'univers déjanté de ce sympathique duo, l'aventure est une expérience vraiment plaisante à vivre. Pour les fans du genre, le jeu est jouissif, une véritable madeleine de Proust renvoyant au début des années 1990, quand le point & click humoristique faisant loi. Je ne saurai que trop vous conseiller de tenter l'aventure sur PC si vous êtes un nostalgique de cette époque. Il est toutefois vraiment dommage que l'aventure n'ait pas été traduite, ou ne serait-ce que sous-titrée...

Acheter Sam & Max : Saison 3 : The Devil's Playhouse en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sam & Max : Saison 3 : The Devil's Playhouse sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+