75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Treis, altitude zéro >

Critique du Roman : Treis, altitude zéro

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 27 février 2011 à 17:05

Uno, Dos

"L'immeuble comble un espace dans un jeu de construction bas de gamme, emboîté entre des rectangles identiquement imprécis. Les ans n'ont pas touché la bâtisse. Sa façade d'une autre époque se trouve coincée dans le temps par un alignement de grisailles contemporaines. L'ensemble tient, quelque part dans la quartier rafistolé de la Synthe..."

Oshagan et Cinabre ont finalement survécu à l'épisode final qui a ravagé un quartier de Samarante et emporté le seigneur Gorfa. Ils sont transférés vers la ville de Treis, la cité mère par l'aviseur Gio Marami.
Non loin de là, dans l'interstice désertique qui séparent les villes qu'on appelle l'aliène, le convoi d'Ipparque fait son chemin. Le temps qu'il ne passe pas dans ses calculs, il s'abandonne dans les mains expertes des jumelles Seidh et Ished, préfigurées pour le sexe. Joti fait aussi partie du voyage. Aujourd'hui encore, la jeune fille recueillie par Ipparque n'aura pas la réponse à la question qui la hante depuis des années.
A Treis, le Premier Conseiller Kemal voit tous ses espoirs se réaliser, grâce aux talents de son hurleur de rêves, Itaka Ten. Grâce à sa soeur, grâce au lac, il est sur le point de hâter le Seuil, le point de l'histoire qui verra l'émergence du nouvel humain.
En fin de compte, Triple A se désintéresse de la sixième tour, et surmonte son obsession quand il rencontre Cætera, une Lilliputienne.
Dans les visions de Cinabre, Samarante va tomber. Elle sait aussi quel sera le rôle de chacun des acteurs: elle est maintenant la Grande Penseuse...

Il aura fallu trois ans pour lire la suite des tours de Samarante, largement salué par la critique. Treis, altitude zéro est publié aux éd. Denoël coll. Lunes d'encre et il rencontrera certainement le même succès que le précédent ouvrage de Norbert Merjagnan. Il savait qu'on l'attendrait pour son deuxième roman. Il a répondu présent, et avec la manière, s'il vous plaît. Ça valait le coup d'attendre.

L'auteur reprend la recette utilisée pour son précédent roman. Le premier tiers est, même pour le lecteur familier des tours de Samarante, assez obscur. Des personnages nouveaux apparaissent dès les premiers chapitres, et l'on comprend vite qu'ils seront centraux dans l'histoire. Du coup, si la question de savoir si l'on pouvait lire Treis, altitude zéro indépendamment se posait, elle apparaît vite caduque. 

Si ce qui nous avait frappé dans le premier volet était cette écriture ciselée (à mettre dans la même vague d'auteurs français tels que Thierry Di Rollo ou Stéphane Beauverger. La SF française a de belles voix, rappelons-le de temps en temps), cette suite détaille d'abord les mécanismes qui régissent cet univers. En se référant aux oeuvres de William Gibson dans les tours de Samarante, on ne se trompait pas beaucoup. Dans Treis, altitude zéro, on apprend comment ont évolué les rapports entre l'humain et la machine (avec entre autres, les rôles de l'hebdomande, en charge de l'inerte et de l'humanie, qui gère le vivant). On comprend aussi ce qu'est le Seuil, cette espèce de singularité biologique.
Ce roman définit quels sont les enjeux réels et qui tire véritablement les ficelles.

Globalement, ce deuxième volet (d'une trilogie, en fait) n'a rien d'un roman de transition. Il est même central. Il apporte beaucoup à la compréhension d'ensemble; on le lit avec le même plaisir que les tours de Samarante, mais avec un intérêt renouvelé.

90

Treis, altitude zéro est la suite des tours de Samarante, fresque ambitieuse d'un futur aussi sombre que complexe. Le post-cyberpunk renaît de ses cendres dans la vision de Norbert Merjagnan. Après trois ans d’attente, il fait mieux que beaucoup d’autres avant lui : ne pas décevoir son lectorat avec un deuxième volet où l'on comprend enfin l'essence et les enjeux de cet univers. Une excellente suite.

Critique de publiée le 27 février 2011.

Acheter Treis, altitude zéro en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Treis, altitude zéro sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !