75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Baby Boom
Baby Boom >

Critique du Jeu de société : Baby Boom

Avis critique rédigé par Amaury L. le mardi 14 décembre 2010 à 0722

Boom, dés morts…

Mais que font ces bébés avec ces cubes bizarres décorés d’une mèche enflammée ? Rien de spécial, ils s’amusent à se dézinguer leurs jouets avec des mini bombes qui explosent tout ce qui se trouvent à proximité. Qui sera le dernier à garder un de ces jouets « vivants » ?

Un matériel très baby qui fait presque boom…

Baby boom s’affiche sous une image rigolote grâce principalement à l’illustration de la couverture du dessinateur Christian Arnould. On découvre un plateau de jeu de dimensions modestes comportant une piste de score et un tablier de 5 x 5 cases. Dix sept dés-bombes noirs de six faces numérotées de 1 à 5 plus une face « Boom », quelques tuiles en carton (tétines, tuiles spéciales, premier joueur) et des marqueurs de score en bois forment l’ensemble matériel de Baby boom. Pas de coup de cœur à la vue du matos, le palpitant ne fait pas « boom boom ».

Ça boume ?

Dans Baby boom, le gagnant sera celui qui marquera un maximum de points au terme des trois manches. Une manche se termine quand uniquement un seul joueur peut déplacer un de ses dés-bombes.

A son tour, un joueur déplace un dé-bombe de sa couleur, en diminuant obligatoirement sa valeur faciale. Tous les dés sont posés sur le chiffre cinq. Le mouvement est forcément orthogonal (avant, arrière, latéral, pas en diagonale). Sur la case d’arrivée, le dé est tourné sur la valeur immédiatement inférieure. C’est ensuite au tour du joueur suivant. Quand le dé est placé sur la face Boom, il explose en emmenant avec lui tous les dés (les vôtres et ceux des adversaires) présents sur la même ligne (verticale et horizontale). Par contre, le dé qui explose reste en jeu (mais il ne se déplace plus) tant qu’il ne subit pas une explosion. On peut pousser un dé adjacent si celui-ci possède une valeur plus faible et qu’une case libre se situe derrière lui. Le dé pousseur et le dé poussé perdent chacun un point.

Quand uniquement un joueur a la possibilité de se déplacer, la manche s’arrête. On compte les points de chaque dé restant (leur valeur faciale : un dé sur le boom vaut un point, un dé sur le trois, trois points…) et on les note sur la piste de score. On entame ensuite la manche suivante.

Des tuiles spéciales ajoutent cinq effets différents comme le piège (le dé explose immédiatement), le flipper (protège d’une explosion et modifie le déplacement d’un dé)…

Il existe d’autres variantes présentes sur le livret ou sur le site de l’éditeur.

Un p’tit boom sympathique !

Baby boom est l’œuvre d’un jeune auteur toulousain, Max Valembois (voir l’interview) qui travaille dans une ludothèque dont la motivation première est de « donner à jouer » au plus grand nombre. Cette envie de faire partager l’amour du jeu se ressent naturellement dans les divers mécanismes offerts par l’auteur sur ce Baby boom surprenant. Privilégiant l’accessibilité à la complexité, Baby boom se comprend aisément en quelques instants. Toutefois, le rouage essentiel ne manque pas de charme avec ce compte à rebours étonnamment riche sur un plan tactique. La version de base à deux joueurs se classe parmi les honnêtes jeux de stratégie abstraite sans aucune intervention du hasard, tout en restant léger, fluide et dynamique. Avec son plateau de jeu modeste, Baby boom comporte suffisamment de possibilités de coups pour demeurer intéressant sans demander une réflexion ardue, ce qui le laisse attrayant pour les plus jeunes joueurs.

Lors des configurations à trois ou quatre, le contrôle s’amenuise évidemment, mais le côté « fun » prend sans complexe le relais. On s’amuse des explosions réussies qui sortent de la partie plusieurs dés adverses. L’obligation de s’allier ou de rompre honteusement un accord tacite demeure chaque fois un excellent moment de convivialité. Baby boom procure de la satisfaction même si des écarts importants restent difficilement rattrapables. Parfois, dès la première manche, on connaît le vainqueur. En l’état, Baby boom s’installe confortablement comme le petit jeu original à offrir sous le sapin de Noël pour initier les enfants aux prémices de la stratégie sans les dégoûter, ou à des personnes aimant jouer à des jeux simples et divertissants. Pour les « gros joueurs », Baby boom n’allume pas la mèche « Coup de cœur ».

De plus, la multiplicité des variantes autorise une personnalisation des règles. On introduit du hasard en lançant un dé pour connaître l’impact d’une explosion, de l’imprévu en utilisant les tuiles Cases spéciales… Une p’tite bombe bien sympathique !

La conclusion de

Baby boom, premier jeu édité de Max Valembois (voir interview) promet des parties explosives avec un public familial. Inspiré du jeu vidéo Bomberman, cette transcription en jeu de plateau comporte beaucoup de qualités. Dénué de tout hasard lors des parties à deux joueurs, il évolue vers des sphères rigolotes et conviviales au-delà. Avec la possibilité de personnaliser ses règles, Baby boom se met à la portée des plus jeunes. Un jeu qui va faire « boom boom » chez pas mal de monde !

Que faut-il en retenir ?

  • Jeu de stratégie accessible.
  • Système de compte à rebours bien exploité.
  • Amusant à trois ou quatre joueurs.
  • Personnalisation des règles.

Que faut-il oublier ?

  • Vite répétitif.
  • Assez léger (trop ?)

Acheter Baby Boom en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Baby Boom sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+