75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Le Réveil des Magiciens
Le Réveil des Magiciens >

Critique du Roman : Le Réveil des Magiciens

Avis critique rédigé par Lujayne M. le jeudi 22 octobre 2009 à 1322

Bon début

La saga des Derynis est une grande série de Fantasy de Katherine Kurtz, datant de déjà quelques années (vous savez, l'époque où le rayon SF-Fantasy était quasi-confidentiel dans la plupart des librairies, avec quelques Asimov, Dick, McCaffrey et Zimmer Bradley qui se couraient après...), et que Pocket a eu la bonne idée de ré-éditer dernièrement en version "omnibus", c'est à dire tous les tomes d'un même sous-cycle dans le même livre.

Ici, dans le premier roman du cycle des Magiciens, qui introduit la saga, le Réveil des Magiciens, nous assistons à l'accession au trône du jeune Prince Kelson après l'assassinat de son père, le Roi Brion. Les bases de l'univers sont alors posées : un monde médiéval ressemblant beaucoup à notre Moyen-Age, avec son Eglise et ses chevaliers, et une race douée de pouvoirs psychiques, les Derynis, dont la cohabitation avec les humains ne va pas sans mal.

La plupart des Derynis se cachent, les autres, comme Alaric Morgan, général en chef du Roi, refusent de renier leurs origines. Certains humains peuvent acquérir les pouvoirs Derynis, suite à un rituel. Le roman raconte comment Kelson doit à tout prix recupérer les pouvoirs de son père, avant son couronnement, pour pouvoir faire face à celle-de-l'ombre, une sorcière Deryni qui veut son trone...

L'ambiance générale est assez sombre, toute en pièces obscures et traîtres cachés un peu partout. Le style est agréable, les personnages principaux intéressants... dommage que les méchants soient si fades. En fait, en arrivant à la dernière page, malgré un très beau duel de magie, on a un peu l'impression d'un pétard mouillé. Quoi, tout ça pour ça ? D'où l'avantage de l'omnibus, qui permet de tout de suite plonger dans la suite, tant on a l'impression de n'avoir lu qu'un début de roman.

Certaines choses ensuite sont difficilement crédibles, en particulier le personnage de Kelson qui, malgré toute la sympathie qu'on lui porte immédiatement, ne parait pas avoir 14 ans, mais bien plus au vu de ses réactions...

La conclusion de

Voilà donc un roman plutôt passionnant, avec une ambiance qui nous envoûte dès les premières pages, mais qui souffre d'un sévère déséquilibre : les méchants ne sont pas suffisamment exploités (ou alors, sont trop exploités pour la fin qu'ils font finalement), et on reste vraiment sur sa faim une fois la dernière page tournée. Cependant, si on considère ce tome comme une première partie de roman (c'est pourquoi je ne saurais que trop vous conseiller de l'acheter en version omnibus), alors on est très alléchés et on n'a qu'une envie, retrouver les personnages pour connaître la suite de l'histoire !

Que faut-il en retenir ?

  • l'ambiance le style

Que faut-il oublier ?

  • méchants mal utilisés
    âge de Kelson peu crédible
    fin abrupte

Acheter Le Réveil des Magiciens en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Réveil des Magiciens sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Derynis

En savoir plus sur l'oeuvre Les Derynis