75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
L'Année de notre Guerre >

Critique du Roman : L'Année de notre Guerre

Avis critique rédigé par Nicolas W. le samedi 28 février 2009 à 18:52

Joignez-vous aux immortels

La Quadriterre est assailli par les Insectes, hordes innombrables qui viennent d'on ne sait où. En ce monde, 3 espèces se battent contre eux, les Rhydannes des montagnes, les Awiens des Plaines et les humains. Ils agissent sous l'autorité tutélaire de l'empereur immortel San qui en attendant le retour de Dieu doit protéger sa Terre en donnant l'immortalité aux membres du Cercle qui comptent alors 50 représentants, chacun excellant dans sa catégorie. Jant Shira est le Messager de l'empereur, Rhydanne de souche, il est aussi le seul à pouvoir voler grâce à ses ailes immenses et contrairement aux autres Rhydannes et Awiens, des ailes fonctionnelles. Mais Jant est aussi un drogué au « Cat », une drogue locale qui le transporte dans un autre monde, Le Passage où vivent les morts de Quadriterre et des myriades d'autres espèces toutes plus étranges les unes que les autres. Le jour où le Roi Corlieu Rachiswater décide de reprendre le terrain aux insectes au nord du mur qu'ils ont bâti et de détruire leurs villes-papiers, le sort de Quadriterre s'apprête à tourner à l'aigre...

Premier bouquin édité en France d'un auteur anglais qui, tout comme China Miéville, écrit de la new weird, cette nouvelle sorte de Fantasy qui explose ses codes traditionnels, L'année de notre Guerre est un brillant premier roman.

Il est vrai que les Hordes d'insectes qui ravagent Quadriterre ne se trouvent pas être d'une très grande originalité mais donne une base solide et surtout une toile de fond pour tout autre chose dans le roman : Les immortels.

Les immortels sont chacun des spécialistes dans leurs genres, Eclair est le meilleur des archers et Ondée le meilleur des Médecins. Jant lui est le plus rapide, le Messager de l'empereur San. Mais le personnage de Jant est la grande force du livre, il a tout de l'anti héros, camé et dépendant, totalement irréfléchi et égoïste mais aussi amère et cynique, il compose un personnage fascinant à l'instar de nombres d'immortels qui forment le Cercle. Car chacun a non seulement un caractère bien trempé, une manière bien à lui de s'exprimer mais surtout celle de concevoir l'immortalité et toutes les difficultés que cela peut comporter comme la solitude, l'incompréhension et le désespoir de voir se renouveler les mêmes massacres, les mêmes erreurs.

Mais ne nous y trompons pas, les humains sont aussi bien décrits et complexes que les immortels. Tout le cœur du roman ne réside pas dans ses batailles (on n'en trouvera quelques unes bien dépeintes) mais dans ses intrigues de palais et les personnages qui composent son monde.

Si Jant s'avère tout à fait fascinant c'est aussi pour ses allées et venues dans l'autre monde du Passage, un monde parallèle étrange et original où les humains qu'ils soient drogués en plein trip ,ou morts de Quadriterre côtoient les horribles Piques et leurs jardins d'entrailles et de cadavres, sans parler des Equinnes ou des Vermiformes...

D'ailleurs, à bien des égards les frasques et étrangetés de ce Passage font penser aux folies d'invention de China Miéville dans le monde de Bas-Lag. Et Steph Swainston n'a pas à rougir de son talent d'écrivain par rapport à son confrère, son écriture est magnifique et limpide. D'ailleurs, le texte est rempli d'anachronismes comme T-shirt ou Jeans, car la Quadriterre est un peu comme Bas Lag, elle ne respecte aucun code de fantasy de contexte moyenâgeux et mélange modernité et archaïsme.

 

80

Au Final, même si le roman met du temps à décoller, peut-être même trop, et si les Insectes ne constituent pas un adversaire très original, les forces du roman compensent très largement ses faiblesses. L’année de notre Guerre est un très bon premier roman inscrit dans un univers à la manière d’un Miéville qui s’étoffe dans les tomes suivants (pour le moment au nombre de deux No Present Like Time et Dangerous Offspring qui traînent une très bonne réputation).

Il ne reste qu'à espérer qu'un jour Bragelonne se décide à poursuivre le cycle...

Critique de publiée le 28 février 2009.

Que faut-il en retenir ?

  • - Le personnage de Jant, un anti-héros total
  • - Les Immortels fascinants
  • - Le monde du Passage

Que faut-il oublier ?

  • - Des Insectes peu originaux
  • - Un début (trop) lent

Acheter L'Année de notre Guerre en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'Année de notre Guerre sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !