75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Procès de la sorcière >

Critique du Roman : Le Procès de la sorcière

Avis critique rédigé par Lucie M. le lundi 12 mai 2008 à 1502

Paranoïa puritaine ou véritable commerce avec Satan ?

Le Nouveau Monde. Des petites colonies peuplent cet inconnu et dangereux territoire des Amériques. La menace d’invasion espagnole plane sur les esprits, la proximité avec les Amérindiens troublent l’entendement et la dureté de la vie semble mettre à profit l’exaltation morbide des foules. Le climat chaud et humide voile les esprits et avant tout le puritanisme règne sur le comportement social de ces colons, venus pour la plupart d’Angleterre, générant des troubles émotionnels profonds. Sept ans après la fameuse affaire des sorcières de Salem, une autre affaire diabolique enflamme l’imagination des masses. Nous sommes en 1699, dans un petit village situé en Caroline qui se nomme Fount Royal. Il est composé de 4 rues principales et il est en pleine expansion. C’est le rêve fou de Monsieur Bidwell, armateur de profession, qui a tout laissé pour tenter la courageuse aventure de construire et faire prospérer une ville au milieu des marais, des territoires Amérindiens et faire de Fount Royal une cité florissante et côtière. Néanmoins, depuis quelques mois un désastre s’abat sur Fount Royal : deux meurtres ignobles ont été commis — dont l’une des victimes n’est autre que le Révérend du village —, des maisons ont brûlé sans explication et les récoltes sont corrompues. Les habitants de Fount Royal n’ont d’autre choix que d’accabler une femme de tous ces maux. Cette femme s’appelle Rachel Howarth, elle est belle, fière et ses origines portugaises font d’elle un bouc émissaire idéal. À cause d’un rêve prémonitoire, l’on trouve des poupées cachées dans sa maison sous une latte de bois. Plusieurs personnes commencent à la voir commercer avec Satan et des démons dans des actes d’une perversité sans nom…Elle devient donc la sorcière de Fount Royal, Sorcière Howarth. Ces accusations font d’elle une femme sans espoir et emprisonnée dans une cellule puante, sombre et pleine de rats, mise sous les feux vulgaires d’un village en plein émoi.
J’annonce la couleur tout de suite je suis de parti pris dans ce procès. Non ! Je ne pense pas que Rachel Howarth soit une sorcière. Je n’ai pas été persuadée par le "pseudo" procès de la sorcière où des témoignages peu précis laissent plutôt penser à une paranoïa puritaine d’une populace sectaire et à l’imagination pervertie par de multiples frustrations. Un procès mené par le juge Isaac Woodward, expressément envoyé de Charles Town, en compagnie de son jeune clerc Matthew Corbett pour statuer du sort de la sorcière Howarth. Un juge qui tombe malheureusement malade et attrape un mal causé par la moiteur des marais qui va altérer peu à peu son jugement et sa largeur d’esprit. Non ! Rachel Howarth est une victime. Elle a tout perdu, son mari David Howarth - la seconde victime des deux crimes odieux –, sa maison, sa terre et maintenant bientôt sa vie ! Brûler vive sur un bûcher, voici ce qui attend cette femme au caractère inaccoutumé pour cette époque où la condition féminine était d’obéir à son mari et où les valeurs puritaines trôner dans l’esprit des gens avec despotisme. Seulement, il y a bien plus en jeu dans cette histoire abracadabrante de satanisme. Des faits mystérieux troublent l’esprit du jeune et curieux clerc Matthew Corbett qui va prendre au fur et à mesure la décision de mener une enquête plus approfondie. Mais le pire dans tout cela c’est que je vais devoir attendre septembre 2008, date à laquelle sortira le second tome, pour enfin connaître la suite de cette enquête !
Robert McCammon est un écrivain terriblement captivant. L’univers épouvantable qui découle de son roman est mené avec main de maître. La réalité de l’univers dans Le Procès de la Sorcière, la mentalité puritaine, et bien évidemment frustrée, des gens qui évoluent dans le roman est totalement bien rendue et elle est abominable. En lisant le premier tome Du Chant de l’Oiseau de Nuit, je me suis vue bouillir devant tant de sentiments de haine, de jalousie que peut détenir la nature humaine quand elle est ligotée à des mœurs religieuses. Nous sommes au cœur de la perfidie de l’âme humaine et tout ce qu’elle comporte comme bassesses quand les esprits bornés se mettent en œuvre et quand un profit est à la clé suite à la conclusion de circonstances qui font le malheur d’une personne. Le plus énorme c’est que plus haut je vous clamais mon parti pris par rapport aux accusations démoniaques contre Rachel Howarth que je trouvais absurdes ! Mais le plus fort est que Robert McCammon ne dévoile rien dans ce premier tome. Nous sommes complètement perdus au milieu de ce thriller très bien construit. On cherche, on s’interroge, on va de son idée, mais quoi penser ?! Rachel Howarth est-elle bien ce que pensent d'elles les habitants de Fount Royal : une sorcière lubrique prête à mourir sur le bûcher pour que les agissements de son amant Satan réussissent? Le doute plane ! Pourtant mon jugement sur la situation de ce récit me laisse à penser que Rachel Howarth est une victime. Robert McCammon est très fort ! Oh oui ! Cet auteur sait ensorceler le lecteur, l’induire en erreur, le laisser s’interroger sur tout ce qui se déroule dans cette histoire où faits de sorcellerie sont possibles ou pas. Nous avons l’impression de suivre et de mener l’enquête nous-mêmes. Nous ne sommes même pas certains que des faits surnaturels vont être la solution à l’éclaircissement de cette situation. Nous sommes happés par le récit, par la sombre psychologie des personnages et par la réalité et la dureté de l'univers du Procès de La Sorcière. Oh oui ! McCammon est très fort !

La conclusion de

Nous sommes au cœur d’un thriller où le suspense est noir comme la nuit, entouré de ténèbres diaboliques, de soupçons épouvantables et d’interrogations insatisfaites ! Robert McCammon montre tout son savoir faire littéraire. En un mot cette lecture fut pour moi époustouflante ! J’ai hâte de lire la suite prévue en septembre prochain et enfin savoir ce qui se passe réellement à Fount Royal ! Quel esprit machiavélique complote pour faire porter le chapeau – pointu ! – à la si belle et si farouche Rachel Howarth et pourquoi veut-on tellement faire capoter l’expansion d’un village qui s’annonce florissante ? Beaucoup d’événements resteront, à la fin de notre lecture, non résolus ! Une tension énorme poindra dans notre esprit si curieux de connaître enfin la vérité et si Rachel Howarth va réellement finir sur le bûcher…C'est totalement insoutenable!!!

Acheter Le Procès de la sorcière en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Procès de la sorcière sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+