75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les Souterriens
Les Souterriens >

Critique du Roman : Les Souterriens

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 11 avril 2006 à 0112

Une bonne tranche d'humour !

"Fernando errait au hasard des tunnels, grignotant des rats nains blancs. Il exerçait sa mémoire pour faire remonter ses souvenirs de l'histoire-géo et des sciences nat..."
Il fallait que ça arrive. Les bombes ont sauté et ont décimé toute la vie ou presque à la surface de la planète. Mais quelques humains ont survécu sous terre et ont continué à vivre dans des galeries à l'abri des radiations. Et leur seule chance de survie a été de pérenniser la race en fabricant des clones. Fernando fait partie de ces souterriens issus de la souche Fernand. Mais malgré tout, il ne sent pas comme ses frères Fernands et est plutôt indépendant, il a l'idée de remonter à la surface, en compagnie d'une Michèle que l'idée enthousiasme également...
Hervé Thiellement est un bourlingueur, il n'y a qu'à lire ses aventures dans la page ouèbe de cet écrivain suisse (http://www.noosfere.org/thiellement/): poète de formation scientifique, professeur de biochimie et de génétique, chanteur à tambourin, il a beaucoup voyagé. La particularité de cet auteur est l'humour, un humour que l'on retrouve immédiatement au travers des premières lignes de ce roman atypique, dans la lignée d'un Stefan Wul au troisième voire quatrième degré.
Car contrairement à notre S Wul national, outre la narration qui a priori s'inscrit dans le conte pour enfants, on sent que ce roman s'adresse aussi à tout un chacun: "Après la énième connerie internationale de Walker, le boucher texan shérif du Monde avec Dieu à ses côtés, qui chatouilla un peu trop fort l'orgueil chinois, tout était allé très vite, des missiles étaient partis d'un peu partout dans les dix minutes suivantes et c'était fini." Le ton est donc donné dès la deuxième phrase !
L'idée de base est cette uniformisation de la population avec le clonage intensif d'un vingtaine ou plus de souches aux traits de caractère bien stéréotypés. Ainsi on retrouve les Fernands, les Michèles, les Marcels, les Ursules, les Carolines, les Gastons etc. Et pour se démarquer de leurs frères clones, il s'appellent Fernando, Mica, Caro, Aston... Je n'ai pas lu de Hervé. Serait-ce un oubli de l'auteur, hé hé ?...
Pour résumer ce roman, un petit groupe de ces individualités va parvenir à la surface, découvrir une Terre (presque) vierge, rencontrer des animaux étonnants, parfois dangereux et Fernando, le chef de l'expédition, va faire son petit bout de chemin, ce qui n'est pas sans rappeler un certain Candide d'un certain Voltaire...

La conclusion de

Enfin un roman qui se démarque du paysage littéraire, avec un humour frais, parfois subtil, avec cette histoire et cette écriture qui n'est pas sans rappeler un certain Stefan Wul. A découvrir !

Acheter Les Souterriens en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Souterriens sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Monde de Fernando

En savoir plus sur l'oeuvre Le Monde de Fernando