75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les Hybrides
Les Hybrides >

Critique du Roman : Les Hybrides

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 14 mai 2006 à 0737

La deuxième génération

"Astur, Carnanda et Carita, le gamin et les fillettes, la nouvelle génération de la branche humanoïde, accusaient un retard de développement conséquent vis à vis des loups, des taupes et des hybrides..."
Fernando et Caro, accompagnés par Woluf et Tôt, les héros des souterriens, sont maintenant installés dans leur îlot, à l'abri de la civilisation humaine galoppante sortie de sous-terre. Les progénitures ont commencé à grandir, dont plusieurs sont issues de croisements interespèces Loup-homme et taupe-homme. Ils pensent à remonter la rivière pour découvrir ce qui se trouve loin vers l'inconnu...
Après les souterriens, Hervé Thiellement persévère dans sa saga du monde de Fernando. Les héros sont maintenant bien connus, dont Fernando qui a été l'instigateur d'une véritable redécouverte du monde de la surface de la Terre redevenu viable après des siècles (millénaires ? L'histoire ne le dit pas)) dans les couloirs sombres des souterrains.
Résolument post-apocalyptique, de deuxième roman reste dans le même ton que le premier volet: humoristique, parfois candide (encore que, certains passages nous montre que cela n'est pas le cas), aventureux, et ce monde est l'occasion pour les héros d'affronter un monde vierge au long de leurs pérégrinations. Cette fois-ci c'est la deuxième génération qui sera à l'honneur avec les enfants, plutôt mûrs pour leur âge biologique, qui vont suivre le fleuve pour atterrir dans notre sud français en un endroit judicieusment appelé St Tropez. Ce voyage poussera vers l'Afrique et les pyramides d'Egypte qui d'ailleurs, renferment un secret...
Hervé Thiellement joue avec la biologie car il permet les croisements interespèces. Ainsi, les Michèles ont pu s'accoupler avec les superloups et les supertaupes. Ce qui, malgré la légèreté apparente du roman, nous renvoie à la possibilité de la Nature de pouvoir, après l'accident radioactif majeur planétaire, autoriser une telle chose. Et pourquoi l'altération d'une telle ampleur ne permettrait elle pas ce genre de chose ? Intéressante question, en effet.
L'autre aspect qui nous prouve que l'auteur permet à son histoire et à ses protagonistes, de ne pas en rester là, est l'apparition de nouvelles entités extra-ordinaires, mais je n'en dirai pas plus pour ne pas gâcher le plaisir du lecteur. Décidément, cette nouvelle Terre réserve des surprises !
On regrettera néanmoins que cette nouvelle génération d'hybrides soient moins candides que notre bon Fernando, que j'aimais bien en fin de compte avec sa philosophie sympathique de la vie et son amour pour sa jolie Caro, au profit de jeunes trop impérieux et trop portés sur la "baise". Seule ombre au tableau. Sinon, la fraîcheur de l'écriture est toujours au rendez-vous avec un auteur dont on a l'impression qu'il s'adresse à de vieux potes.

La conclusion de

Deuxième partie du monde de Fernando, on fait la connaissance de la génération issue des croisements interespèces. Ce roman apporte une autre dimension au monde inventé par Hervé thiellement. Après avoir planté le décor dans les souterriens l'auteur fait évoluer l'intrigue qui aurait, sinon, fini par lasser le lecteur. L'aventure est belle, le verbe toujours aussi joyeux.

Acheter Les Hybrides en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Hybrides sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Monde de Fernando

En savoir plus sur l'oeuvre Le Monde de Fernando