75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Elégie pour un vampire >

Critique du Roman : Elégie pour un vampire

Avis critique rédigé par Lucie M. le samedi 27 août 2005 à 14:55

Une perle de littérature Vampirique

Premièrement il y a l’histoire: Suite à de nombreuses guerres civiles dans le monde entier et cela après la chute du mur de Berlin, il ne reste plus que la province d’Arduinna (Ancienne Ardennes françaises) qui a su garder son authenticité et sa liberté d’expression en la gagnant avec son indépendance. Cependant une créature vit dans cette dernière contrée tolérante, à laquelle à côté, même Norsferatu, paraît bien pâle. Cette créature se nomme le Duc Charles Ruthwen. C’est un vampire âgé de cinq siècles qui porte de longs cheveux bruns, qui est vêtu à la mode du siècle dernier et qui est toujours pourvu de son immanquable mousquet. Mais par un certain soir, où son double obscur se manifeste, « L’Autre » comme il le qualifie lui-même, Le Duc va malheureusement tuer une prostituée du nom de Julie Mac Gregor et s’attirer les foudres de la police. De plus il n’y a pas que la police qui en veuille à la non-vie du Duc. Bientôt entre un chassé croisé et une belle histoire d'amour, follement orchestrée par la plume de l’auteur, Le Duc Charles Ruthwen aura à se dépêtrer et à échapper à un bon nombre de choses. Mais restons en là car tout ceci, et bien plus encore, est à découvrir dans Elégie pour un Vampire.
Deuxièmement il y a le roman: Sullivan Lord le note lui -même à l’intérieure de la couverture de son roman: Une Élégie est un poème lyrique en prose ou en vers exprimant une plainte douloureuse, des sentiments mélancoliques. Et cette définition relate très bien l’effet qu’il nous incombe en lisant Elégie pour un Vampire. Tout d’abord notre approche de la lecture d’Elégie se fait difficilement et cela à cause de deux choses. La police de caractère qui a été choisi par l’auteur et son style littéraire métaphorique. Et oui à notre époque, nous lecteur, nous n’avons plus l’habitude de cette approche littéraire, somme toute classique, mais qui est en fait un réel plaisir de lecture quand on en prend le rythme. D’ailleurs ceux ne sont pas ces seules caractéristiques singulières qui nous font aimer Elégie, il y a aussi ce choix de l’auteur qui est de commencé chaque chapitre de son roman par une citation de romans, de films ou de poèmes qui va de pair avec le récit. Alors cet ensemble, si on le ressent, nous attire et on ne lâche que laborieusement le premier roman de Lord Sullivan. Son premier qui fait partie d’un ensemble de romans connus sous l’appellation du Tryptique Vampirique qui est pour le moment composé de Elégie pour un Vampire et Les Saigneurs Cardinaux. L’écriture du troisième opus est en cours et il se nommera Le Règne des Immortels.
On ne peut en quelques lignes faire véhiculer l’ambiance foisonnante d’un roman tel que celui-ci. Tout d’abord le récit n’est pas une banale histoire de vampire, il est agrémenté par une trame principal à l’aspect "thriller" et par des touches d’actions dignes d’un film de John Carpenter. De même que certains dialogues, entre les divers personnages, sont ancrés dans le genre de films série B à la teneur très humoristique. En ce qui concerne l’action du roman il y certains passages qui nous tienne en haleine. Comme par exemple celui-ci qui nous fait réellement penser à une planche de bande dessiné de part sa ponctuation et son visuel littéraire très prononcé:
"Nathaniel pressa la détente de son beretta. Une flamme. Un retentissement sourd. Une tête qui explose. Du sang. Beaucoup de sang. Un corps décapité qui s'écroule. Des doigts qui tremblent. Une arme à feu qui tombe. Un choc. Des yeux d'émeraudes fixes. Les tremblements nerveux d'un nouvel assassin. Une promesse rompue. Un homme à jamais brisé. Un cadavre de religieux. Une vampire apeurée. Et le silence de mort..."
Le roman contient aussi de forts passages à la teneur romantiques et érotiques. La liaison entre le Duc Charles Ruthwen et l’éblouissante Mélanie Leroy se veut fusionnelle et électrisante. Mais il y aussi celle qu'il entretient en début de roman, et cela bien malgré lui, avec son Eugénie Constantine, qu’il vampirisa suite à un terrible accident. Leur relation est des plus troublantes car Eugénie Constantine n’est pas une vampire, c’est une goule, et Le Duc en est bouleversé. Elle est la preuve de son premier échec d’enfantement vampire. Ce qui lui donnera beaucoup de fil à retordre bien plus tard quand il décidera de faire de Mélanie Leroy sa compagne de sang.
Mais n’oublions pas aussi les passages gores. Et il y en a. Comme celui qui se passe dans les sombres souterrains d'un Château fort où habite le Duc et qui est protégé par Onix, un rottweiller/goule. Onix poursuit un visiteur et cela se finit très mal. Le sang coule et il déchiquette sa victime avec ses dents qui coupent telles des lames de rasoirs. C’est un extrait du roman qui se trouve être très dur de part son côté désespérant quand on se met à la place de la victime.
En ce qui concerne l’univers d’Elégie pour un Vampire, c’est réellement inventif et peu conventionnel. Sullivan Lord imagine un futur de notre civilisation assez noir de part les différentes guerres civiles qui ont envahi l’hexagone. Pourtant il s’amuse à garder un côté assez utopique puisque les faits de son roman se passent dans les Ardennes où les lieux et les villes sont renommés de façon poétique et imaginative.
Troisièmement il y a Sullivan Lord: Sullivan Lord y met de son âme dans son Elégie pour un Vampire et cela ce ressent. Il y met aussi de sa culture personnel: avec ses savants clins d’œil au cinéma fantastique, avec des pointes de ses goûts musicaux en passant par ses connaissances sur l’occultisme, sur l’Egyptologie et bien sur ses connaissances sur le mythe du vampire. Certains l’ont comparé à Bram Stoker, de part son écriture aux accents classiques, à Anne Rice, de part l’approche du côté psychologique de ses vampires. Toutefois Sullivan Lord ne peut se ranger en de simples comparaisons littéraire. En lisant son roman, on peut même le connaître quelque peu car c’est une partie de lui-même. Même si Sullivan Lord n’innove pas le genre littéraire vampirique, il se décale très bien des auteurs qui ont l’habitude d’écrire sur ce sujet. D’ailleurs par moment Le côté vampirique des personnages est exposé de façon chirurgicale et cela est assez ingénieux.

90

Une roman à l'ambiance abondante avec des touches personnelles qui viennent directement de la personnalité de Sullivan Lord. Elégie pour Un Vampire fait partie intégrante de Sullivan Lord, c'est une partie de lui même qu'il fait découvrir à ses lecteurs. Même si son roman vampirique n'innove pas le genre, il l'étoffe par bien des côtés. Cet auteur est à découvrir et il est complétement hor norme de part son système de diffusion de ses romans, de part sa forte personnalité et de part son style littéraire singulier.

Critique de publiée le 27 août 2005.

Que faut-il en retenir ?

  • Un univers créatif,inaccoutumé et immense.
  • Des personnages détaillés et à la psychologie touchante.
  • Des passages troublants, romantiques et gores.
  • Des multiples clins d'oeil cinématographiques, musicaux et poétiques.
  • Un humour décapant.

Acheter Elégie pour un vampire en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Elégie pour un vampire sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !