75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Le meilleur et le pire de l'année 2007 par Oman

Publié il y a 9 ans par Manu B.

Coups de coeur et coups de gueule sur les sorties 2007

En cette fin d'année 2007, il est temps de dresser un petit bilan d'une année assez intéressante, manquant un peu d'innovation au cinéma, plutôt riche en littérature SF, assez morne dans la musique de film et agréablement surprenante dans le jeu vidéo.
Retour sur les faits marquants de 2007.
Littérature:
Les bonnes surprises:
Grand formats:
Temps de Stephen Baxter (Fleuve noir): ce premier volet de la série les univers multiples (manifold) remet cet auteur à la place qu'il mérite en France, c'est-à-dire parmi les grands auteurs de hard-science du moment. Ses oeuvres à la croisée des space opera et de la hard-science sont très intéressantes sur le plan scientifique et souvent passionnantes par la touche space op qu'il y met.
Espace de Stephen Baxter (Fleuve noir): plus confus, plus bordélique que Temps, le deuxième volet vaut le coup surtout par son dénouement assez vertigineux. On attend ce que sera la suite et fin: Origine, prévu pour 2008.
Exultant de Stephen Baxter (Presse de la cité): deuxième volet de la série des enfants de la destinée, Exultant est un vrai space opera avec son lot de pérépéties, d'aventures et même de quelques boucles temporelles. Un vrai bonheur pour les amateurs.
Nid de coucou de David Calvo (Moutons électriques): venez découvrir l'univers complètement barré de David Calvo. Ce recueil de nouvelles/roman univers où le Grand Coucou et Casimir le despote sont présents est un véritable OVNI littéraire.
Le trône d'ébène de Thomas Day (Le Belial'): belle surprise que ce roman sur la vie et la mort de Chaka Zoulou,à mi chemin entre le roman historique et le roman de fantasy. On aimerait lire plus souvent de romans aussi bien documentés sur l'Afrique que celui-là.
Les trois reliques d'Orvil Fischer de Thierry Di Rollo (le Belial'): dernier bébé de l'auteur, on découvre une autre de ces visions sombres que seul cet écrivain sait créer.
Radieux de Greg Egan (Le Belial'): c'était le roman qu'on attendait en automne. Il n'a pas déçu, même si la nouvelle la plongée de Planck n'est passée pour beaucoup. L'ensemble des nouvelles, même si elles sont moins originales que celles d'axiomatique, est d'une excellent niveau.
L'énigme du cadran solaire de Mary Gentle (Denoel): Mary Gentle confirme le bien qu'on pensait d'elle, depuis le livre de Cendres, notamment grâce à ses personnages très attachants et à sa verve.
Leçons du monde fluctuant de Jérôme Noirez (Denoel): belle surprise de cet automne, cette variation sur le thème d'Alice au pays des merveilles est très maîtrisée, avec l'humour adéquat. Voilà un auteur à suivre de près.
Rainbows end de Vernor Vinge (Robert Laffont): Un peu déçu sur le coup (rapport aux personnages), je reconnais maintenant que ce livre est un très bon roman.
Spin de Robert Charles Wilson(Denoel): Avant l'annonce de son prix, il avait déjà enchanté un grand nombre de lecteur. Robert Charles Wilson est un grand auteur, tout simplement.
Rééditions:
Croisière sans escale de Brian Aldiss (Gallimard): avec une histoire originale à l'époque, ce roman de 1959 méritait une réédition pour que les jeunes lecteurs puissent le redécouvrir.
En quête d'éternité de Greg Bear (Pocket): Voilà l'auteur dans ce qu'il sait faire de mieux: le thriller SF, sur fond de conspiration mondiale. C'est bien écrit, avec une intrigue plutôt bien ficelée. Une bonne lecture en perspective.
L'homme démoli et terminus les étoiles de Alfred Bester (Denoel): bonne idée que la réédition avec traduction révisée de ces deux monuments de la SF. Alfred Bester, premier récompensé dans l'histoire de la SF, méritait qu'on réédite ses oeuvres les plus connues.
Le goût de l'immortalité de Catherine Dufour (Le livre de poche): voilà un roman qui ne laisse pas indifférent. Univers sombre et pollué, personnages atypiques. Ce livre qui a reçu de nombreuses récompenses doit se trouver dans votre bibliothèque.
La possibilité d'une île de Michel Houellebecq (Le livre de poche): roman marquant par son pessimisme, qui a fait couler de l'encre, mais très intéressant. Réflexion pertinente sur le thème de la vieillesse.
Les chronolithes de Robert Charles Wilson (Gallimard): un des premiers romans où l'auteur maîtrise son roman de bout en bout. Un avant goût du futur succès de Spin.
Terremer de Ursula Le Guin (Robert laffont et le livre de poche): c'est un classique de la fantasy à côté duquel il ne faut pas passer. Bien meilleur qu'une grande partie de la bouse qu'on nous propose sur le marché ces derniers temps.
Les déceptions:
Grand formats:
Harry Potter et les reliques de la mort de J. K Rowling (Gallimard): roman clôture de la saga Potter, on l'attendait au tournant, et elle l'a AMHA mal négocié. Dénouement manqué. Dommage.
Rééditions:
Helliconia l'été et L'hiver d'Helliconia de Brian Aldiss (Robert Laffont): certains considèrent ce cycle comme une référence. J'avoue que ça n'est pas mon cas, essentiellement parce que ce n'est pas de seulement de la science fiction (On y parle beaucoup de société médiévale). Cette indécision de genre, ajoutée aux longues descriptions et les intrigues de cour souvent pénibles à lire, risquent d'en décourager plus d'un.
Cinema
Les bonnes surprises:
Sorties ciné:
Pas de film qui m'a marqué cette année. Evidemment, moins on va au cinéma, moins on risque de voir de bons films...
Sorties DVD:
Les fils de l'homme: vraiment bien filmé, dans un futur plus que plausible. Clive Owen laisse exploser son talent dans ce film d'anticipation.
300: Voilà un film très bien adapté de la BD. Je n'ai pas bien compris tout le foin politique autour de ce film...
Les déceptions:
Sorties ciné:
La nuit de la science fiction aux Utopiales 2007: De la série B. Non pas que j'aime de temps en temps mais là, on serait cru dix ou vingt ans en arrière.
J'ai hésité à mettre Harry Potter et l'ordre du phénix, pour ne pas qu'on pense que je fais une fixation sur la saga Potter.
Sorties DVD:
Saw 3: A force de tirer sur la corde, il n'en reste rien de bien intéressant. A croire que les scénaristes n'avaient plus aucune idée bien originale...
Sunshine: pâle et enième variation de 2001. Il faudrait que les scénaristes se renseignent un peu du côté des scientifiques avant de construire une histoire. Surtout une histoire hard-science...
Jeux Vidéos
Les bonnes surprises:
Super Mario Galaxy: Beaucoup d'heures de jeux en perspective. Les idées ne manquent pas pour ce jeu de plateau en 3D. Et l'idée de jouer avec la gravité est excellemment exploitée.
Metroid Prime: Je ne l'ai pas encore fini, mais ce metroid prime est une petite merveille du genre. Un peu plus facile, un peu plus maniable grâce aux fonctionalités de la Wii.
Crysis: C'est pour moi le jeu de l'année. Avec un scénario plus que correct, on est vraiment immergé dans cet univers. Et ce jeu est très très beau. Doit-on le redire ? Il est magnifique.
Resident evil 4 Wii Edition: Déjà sorti sur NGC, ce jeu a repris de l'intérêt avec la Wii. ça vaut vraiment le coup de le réeessayer.
Mario Strikers Charged Football: Du football avec Mario, je n'y croyais pas trop. Et pourtant on se prend très vite au jeu. Un jeu aux possibilités quasi infinies, en développant la tactique qu'il faut.
Les déceptions:
Pas de déception. Il faut dire que je ne me suis lancé que dans de la bonne came.
J'ajouterais: la déception de ne pouvoir mettre Call of Duty 4 dans cette news. Ah, finalement, si !
Bandes originales
Les bonnes surprises:
Le nombre 23: Ambiance sombre, atmosphère irréelle. Voilà une belle BO.
Les déceptions:
Transformers: Grosse déception que ce score. Frôlant le ridicule parfois. A écouter une fois ... et puis c'est tout.
Spiderman 3: Various artist pour midinette, ça ne vaut pas le détour.
Harry Potter et l'ordre du Phénix: Manque complet de changement lorsque l'univers Potter se fait plus sombre. A l'image du film: décevant.
300: quand on pense que le thème fort est un plagiat. Pas besoin d'en dire plus. Ah si: dommage.

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »