75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Jon Amiel  Réalisateur

Jon Amiel > Réalisateur

Acheter des produits autour de Jon Amiel


  • Jon Amiel : Réalisateur - 1 crédits

  • Voir la fiche Fusion The Core [2003]

    Fusion The Core [2003] ● Réalisateur

    Une équipe de huit scientifiques est envoyée par la NASA au centre de la Terre à bord d'un engin expérimental. Ils ont pour mission de placer une ogive nucléaire susceptible de résoudre les troubles e…

Biographie de Jon Amiel

Jon Amiel est né le 20 mai 1948 en Angleterre, où, brillant étudiant, il ressort diplômé en littérature anglaise de l'Université de Cambridge. Passionné de théâtre depuis les années lycée, il dirige d'office la compagnie théâtrale de son université ainsi que celle d'Oxford, avec lesquelles il part fréquemment en tournée aux Etats-Unis. Il devient également directeur littéraire pour la Hampstead Theatre Company, puis, fin de parcours théâtral quasi logique, entre à la Royal Shakespeare Company. Amiel rallie ensuite les bancs de la BBC, où il travaille en tant que monteur et étudie la réalisation télévisuelle. Son documentaire-fiction "The Silent Twins", qui explore le monde de deux sœurs jumelles ayant inventé leur propre langage, a été sélectionné aux festivals de Locarno et Montréal, et reste une valeur sûre de la télévision anglaise. En 1989, La dame de cœur, son premier film pour le cinéma (une chronique pleine de tendresse autour d'une famille d'émigrés italiens en Angleterre), est montré au Festival de Cannes, et décroche le prix du Meilleur premier film au Festival de Montréal. Un premier film remarqué, donc, malgré une sortie en catimini en France, et qui entraîne illico notre nouveau talent vers les rivages du Pacifique. Il y réalise, avec Keanu Reeves en vedette, Tante Julia et le scribouillard, d'après le roman homonyme du romancier péruvien Mario Vargas Llosa, avec pour cadre le monde des feuilletons radiophoniques dans l'Amérique du Sud des années 50. Si le film n'est pas un triomphe public, Jon Amiel est définitivement remarqué pour Hollywood, qui le débauche pour Sommersby, un remake du Retour de Martin Guerre à la sauce “Guerre de sécession”. Jodie Foster et Richard Gere font du film un grand succès à travers le monde, asseyant confortablement son réalisateur sur la planète Hollywood. Le film suivant, Copycat, revient à une époque plus contemporaine, opposant Harry Connick, Jr. en tueur en série à la flic de choc Holly Hunter et à la profiler Sigourney Weaver. Son film le moins connu, L'homme qui en savait trop... peu, est une comédie sur fond d'espionnage avec Bill Murray, distribuée à la va-vite et donc l'échec est vite ratrappé par la bonne affaire commerciale que constitue Haute voltige, union sacrée entre un voleur d'œuvres d'art proche de la retraite (Sean Connery) et une jolie assureuse (Catherine Zeta-Jones). Un thriller fluide et aérien qui laisse présager une suite cinématographique au sommet pour Jon Amiel, qui mettra pourtant plus de quatre ans pour s'atteler à son film suivant, Fusion – The core, polar se situant cette fois dans les eaux de la science-fiction catastrophiste, avec menace de destruction imminente de la planète Terre...

Filmographie sélective de Jon Amiel

1989 Queen of Hearts (La reine de cœur)

1990 Tune in Tomorrow... (Tante Julia et le scribouillard)

1993 Sommersby (id.)

1995 Copycat (id.)

1997 The Man Who Knew Too Little (L'homme qui en savait trop... peu)

1998 Entrapment (Haute voltige)

2003 The Core (Fusion - The Core)