75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Le jeu de rôle Ryuutama est de retour !
L'éditeur répond à nos questions...

Sorti en 2013, Ryuutama avait fait son petit effet sur le marché des jeux de rôle français. Déjà, il s'agissait du premier jeu de rôle japonais a avoir le droit à une traduction en français. Et puis, le thème, l'habillage et la philosophie du tout apportait un vrai vent de fraicheur, quelque chose d'orginal qui le distinguait du tout venant...

À quoi ressemblerait le jeu de rôle si ses créateurs avaient d’abord pratiqué les jeux vidéo ? Premier jeu de rôle japonais à être traduit en français, Ryuutama vous propose de jouer dans un univers fantastique nourri d’histoires de dragons, de saisons et de quêtes inoubliables. Au milieu d’une nature suscitant un émerveillement permanent, les joueurs y incarnent des voyageurs qui arpentent le monde, principalement mus par leur enthousiasme et la beauté de ce qui les entoure. Positif et original, Ryuutama se distingue notamment par son ambiance unique, au croisement de jeux vidéo comme Zelda ou Dragon Quest et de celle que l’on peut retrouver dans les productions d’Hayao Miyazaki, comme Le Voyage de Chihiro, Mon voisin Totoro ou, dans une moindre mesure, Princesse Mononoké. Loin de se concentrer uniquement sur l’opposition et les combats, on y fait des rencontres variées, y compris avec certains monstres ‒ parfois charmants, parfois redoutables ‒, on se perd, retrouve sa route, rafistole son équipement, mais aussi on partage de la nourriture ou des histoires, etc.

Le public ne s'y est d'ailleurs pas trompé (et nous non plus, cf notre critique de l'époque) puisque le jeu s'est retrouvé épuisé assez rapidement. Trouver Ryuutama en boutique était devenu impossible, et le retrouver sur le marché de l'occasion était compliqué. Ce pourquoi l'éditeur, Lapin Marteau, propose en ce moment une précommande pour une nouvelle impression. Presque une nouvelle édition d'ailleurs, puisque les deux versions auront quelques différences notables, sur la forme (on passe de la couverture souple à la couverture rigide) et sur le fond (modification et clarification de règles, apparition d'une nouvelle profession,...).

Pour en savoir un peu plus, nous avons contacté les Lapins Marteau (Jérôme Larré et Coralie David) pour leur poser quelques questions sur cette nouvelle impression/édition de Ryuutama.

SFU : Ryuutama est sorti en français en 2013. Quel bilan tirez-vous de ces cinq ans d’existence ?

Lapin Marteau : Sans surprise, on est très fiers d’avoir publié Ryuutama dans notre (toute) petite maison d’édition et, comme tu le sais, ce jeu a une importance particulière à nos yeux.

C’était notre première publication et c’est peu de dire qu’elle ne s’est pas faite toute seule. Avant même l’annonce du projet, il a fallu plusieurs années pour obtenir les droits. Puis la publication a été l’occasion pour nous d’apprendre de nombreuses choses pas forcément évidentes sur le métier d’éditeur et de faire nos armes. D’une certaine façon, même le fait que le jeu soit resté épuisé pendant deux ans alors qu’on nous le demandait régulièrement est le reflet des problèmes que l’on a pu rencontrer en 2017 et de la façon dont ils ont impacté nos vies et notre travail.

Mais ces difficultés ne sauraient occulter les bons moments, bien plus nombreux. Par exemple, le travail avec l’auteur original, Atushiro Okada, a été un régal. C’était très agréable de le voir s’emparer de certaines de nos créations, comme les classes supplémentaires du livret de l’écran, et nous expliquer comment lui et ses amis s’amusaient avec. On pourrait dire la même chose de la collaboration avec l’ensemble de l’équipe française. Il y a trop de monde pour tous les citer, mais on peut saluer par exemple les copains qui ont accepté de venir dès le début, notamment pour aider Jérôme à monter Lapin Marteau : Pierre Legay sur l’écran, Anthony Combrexelle, Laurent Devernay, John Grümph et Vincent Ziec sur Contes d’Orient et d’Occident, etc.

Maintenant, d’une certaine façon, ce n’est que de la tambouille interne. On y repense avec nostalgie, bien entendu, mais, ce qui importe à nos yeux, c’est davantage que Ryuutama ait trouvé son public et qu’il ait inspiré d’autres jeux à son tour. On ne va pas prétendre que les impératifs économiques n’existent pas, mais quand on voit d’autres auteurs francophones expliquer que c’est une de leurs inspirations ou que l’on reçoit des messages de gens qui y jouent, entre adultes ou avec leurs enfants, on se dit que tous ces efforts ont été utiles. En fait, on est rarement plus fiers que lorsqu’on croise des rôlistes qui nous expliquent qu’ils ont découvert ou commencé le jeu de rôle avec Ryuutama.

Bref, pour toutes ces raisons, on est bien contents que ce qui était au départ un pari un petit peu fou se soit réalisé. Et comme c’est un jeu que l’on a toujours envie de défendre, autant sortir une nouvelle édition et le faire !


Les modifications et les ajouts, c’est des exclusivités VF ou une mise à jour par rapport à la VO ?

Lapin Marteau : Les seules « exclusivités » françaises de la gamme sont, à notre connaissance, les scénarios parus dans le supplément Contes d’Orient et d’Occident, ceux que l’on a pu proposer à des magazines et, sauf erreur de notre part, l’écran. Toutefois, si les auteurs français sont d’accord et que des éditeurs d’autres pays veulent les traduire, on fera notre possible pour simplifier la vie à tout le monde. Certaines créations françaises, comme les classes supplémentaires dont nous parlions précédemment, ont été reprises dans d’autres langues.

Pour te répondre plus spécifiquement sur l’édition anniversaire, une grosse partie du travail a été faite sur le texte français (fluidité, corrections, harmonisations, etc.) pour rendre la lecture plus confortable et améliorer la prise en main. On voulait notamment profiter à la fois des compétences que Coralie a apportées à Lapin Marteau depuis la première édition, et de tout ce qu’on avait appris en travaillant sur Mener des parties de jeu de rôle et Jouer des parties de jeu de rôleLes modifications techniques sont elles surtout issues des erratas qui nous ont été transmises par Atsuhiro Okada. Elles peuvent donc être vues comme une mise à jour par rapport à la VO. On a également ajouté des points venant des échanges réguliers que l’on a eus avec lui, ou issus de l’édition américaine. Pour ces derniers, c’est une histoire un peu compliquée, mais ils avaient justement été rajoutés suite aussi à nos retours. Si Ryuutama existera d’ici peu dans cinq langues (anglais, bientôt chinois, espagnol, français et japonais), la traduction française est la seule qui a eu lieu avant l’édition anglaise et nous avons pas mal collaboré avec les éditeurs américains que nous connaissions déjà depuis quelques années. En fait, pour l’anecdote, Andy Kitkowski et Jérôme s’échangeaient déjà des tuyaux pour trouver des magasins de jeux de rôle à Tokyo il y a quinze ans.


Est-il prévu de nouveaux ajouts à la gamme ?

Lapin Marteau : Pour te répondre simplement : oui. Par contre, on s’excuse d’avance, mais on ne va pas trop te donner trop de détails. Cela n’a certes rien d’un secret d’État, mais on veut essayer de perdre la sale habitude de trop annoncer, trop tôt. Cela génère de la frustration pour tout le monde, et si on doit se mettre la pression, autant que ce soit sur la qualité des projets en cours. Dans les choses que l’on peut révéler, c’est qu’on travaille avec deux auteurs et deux illustrateurs de talent sur un supplément de création française. Il est en très grande partie écrit et totalement illustré, mais on ne va pas s’avancer sur une date de sortie pour l’instant, d’autant plus qu’on a d’autres ouvrages à sortir avant, dont La Boîte à outils du meneur de jeu, qui est notre priorité. D’autres choses sont en cours de discussion, à la fois avec le Japon et avec d’autres pays, mais même nous ne savons pas encore si cela va se concrétiser.

Les précommandes se font sur le site de Lapin Marteau (ICI). On peut acheter le livre de base, l'écran et le recueil de scénario (ou les trois !). Si vous voulez connaître toutes les différences avec la première impression, elles sont recensées LA.

Et pour en savoir plus sur le jeu, on vous renvoie à notre critique de l'époque : Ryuutama est un jeu de rôle dépaysant, qui propose une façon de jouer (et de faire jouer) éloignée des standards habituels. La passerelle voulue avec l'univers des jeux vidéo est ainsi impeccablement construite, fonctionnant à merveille grâce à un système de règles riche et précis, mais également vis à vis des références aux univers et aux mécaniques des J-RPG. Pour tout cela, Ryuutama s'impose comme une indéniable réussite, qui saura sans aucun problème surprendre tous ceux qui tenteront l'expérience. (Lire la critique complète).

Auteur : Vincent L.
Publié le jeudi 13 septembre 2018 à 14h00
Source : Communiqué de presse

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

Pour aller plus loin grâce à nos archives

Articles de 2018 : janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre