75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Imaginarium, la manufacture des rêves
Imaginarium, la manufacture des rêves >

Critique du Jeu de société : Imaginarium, la manufacture des rêves

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le mardi 3 juillet 2018 à 0900

Du Steampunk et du Cathala, shut up and take my money !

Alors oui je suis faible quand il s’agit de Steampunk, et d’un jeu de Bruno Cathala ! Ce jeu est aussi la création de Florian Siriex, un auteur à suivre. Mais voyons voir si Imaginarium, la manufacture des rêves, édité par Bombyx, vaut vraiment le détour ! Le jeu est prévu pour 3 à 5 joueurs et inclut une variante à deux joueurs. Les parties durent environ 90 minutes hors explication de règles. Ce jeu s'adresse à des joueurs ados ou adultes et plutôt à des habitués des jeux de société modernes.

Le pitch :

Nous allons entrer dans la manufacture... Attention, derrière cette lourde porte en acier, c’est l’essence même des rêves qui est façonnée ! Vous voyez ce grand escalier métallique ? Il mène au tapis roulant sur lequel défilent les machines cassées qu’il faut réparer.

 Ici, le bureau d’études, où valider les projets qui vous feront passer de l’ombre à la lumière. Je vais vous accompagner pour une visite détaillée, mais je ne pourrai pas vous dévoiler les rêveries incroyables qui sont fabriquées… une histoire de clauses de confidentialité… Suivez le guide !

Le matériel : alors là, soyez éblouis braves joueurs, vous en avez pour votre argent (entre 45 et 50 euros selon votre ludicaire)! L'illustrateur Felideus Bubastis est époustouflant! Il a commis des livres pour enfants absolument superbes! Mais revenons à notre jeu : un plateau central appelé bric-à-brac, 5 paravents pour cacher vos ressources et illustrés du portrait de votre bricoleur, 5 plateaux personnels, 5 figurines bustes magnifiques et assez imposantes, des tas de cubes en bois et des gemmes sombres pour les ressources et leur boite de rangement, plein de jetons, des cartes machines et assistants et enfin des tuiles projet.

Tout ce matériel donne une mise en place très esthétique.

Que dois-je faire dans l'usine à rêves ?

Vous allez réparer, démonter, combiner et utiliser les curieuses machines du bric-à-brac pour récolter du charbonium (la monnaie locale) et des ressources (bois, cuivre, cristaux), indispensables à vos projets. Des assistants vous seront d’une aide précieuse. Mais il faudra être le plus rapide à valider ses projets !

Chaque tour de jeu se déroule en trois phases :

-Planification : les joueurs réservent une machine à récupérer du tapis roulant ou se positionnent sur un extracteur de charbonium. Il existe des machines de différents types (production, transformation, attaque, défense, spéciale). Elles sont toutes délirantes avec des noms bien trouvés comme la charbonneuse, la copobringandeuse, la cadenassoir ou la cristarnaqueuse.

-Réalisation : chaque joueur réalise cinq étapes avant de passer la main au joueur suivant. Cette partie est la plus complexe du tour.

-Vérification et réinitialisation : si les conditions de fin de partie ne sont pas réunies, les joueurs préparent le tour suivant. Si un joueur atteint ou dépasse les 20 points de victoire grâce à ses projets, la partie prend fin et on compte les ressources et le charbonium cachés derrière le paravent. Ainsi, un aspect course oblige à observer ce que font les voisins et rend le jeu frustrant lorsqu’on n’est pas celui qui met fin à la partie. Le joueur qui détient le plus grand nombre de points de victoire devient le premier bricoleur à entrer dans l’ordre des Grands Machinistes.

Comment ça tu veux devenir Grand machiniste ?! (Bruno Cathala au FIJ 2018)

Précisions la phase de réalisation : elle est le cœur du jeu et va faire chauffer vos méninges. Chacun se dirige d’un pas décidé vers son atelier, manches retroussées, prêt à plonger le nez dans les rouages de ces étranges machines. Pendant cette phase, chaque joueur va réaliser l’ensemble des étapes suivantes dans l’ordre :

1. Utiliser les machines de son atelier : dans un bruit assourdissant, les machines se mettent en route, une épaisse fumée envahit l’atelier. Ressources et charbonium sont prêts à être récupérés. Les effets de certaines machines ne seront pas utilisables pendant cette étape.

2. Récupérer une machine réservée ou extraire du charbonium : Il faut respecter la planification ! Si vous aviez choisi un extracteur de charbonium, prenez dans la réserve la quantité indiquée sur votre emplacement du bric-à-brac. Si vous aviez réservé une machine, vous devez maintenant l’acheter. Le coût de chaque machine est égal à : la valeur de son niveau + le coût de base indiqué sur le tapis roulant, soit  de 2 à 7 charboniums.

3. Effectuer deux actions parmi réparer, démonter, réorganiser, extraire, recruter un assistant (ils ont tous des capacités différentes et intéressantes) ou  effectuer des transactions de ressources. Il est temps de mettre les mains dans le cambouis pour bricoler toutes ces folles machines.

4. Valider des projets si vous avez remplis les conditions nécessaires. Les projets sont des objectifs à accomplir.

5. Finir son tour en plaçant son personnage sur le plus petit numéro de la piste d'initiative du bric-à-brac.

A deux joueurs, des saboteurs interviennent pendant cette phase pour nuire au bricoleur adverse !

Le ressenti après la première partie est que le thème fort est bien rendu, on plonge dedans avec plaisir : réparer, combiner, on s'amuse avec ces machines bizarres au point d'en oublier les points de victoire voire ses objectifs.

Mais c'est la partie steampunk qui est la mieux rendue, à vrai dire, je ne vois pas bien l'aspect "rêve" dans tout le jeu même si les machines sont clairement fantasmagoriques !

La mécanique est bien huilée mais pas très originale, c'est un bon jeu de planification où l'on ne peut pas se projeter trop loin, stratégique mais fluide malgré une phase de réalisation un peu lourde si vous avez des comparses de jeu un peu lents. Le jeu peut alors être un peu long. A l'inverse, la fin de partie peut arriver quand on ne s'y attend pas et vous surprendre. Cela laisse un sentiment de frustration qui donne envie de revenir tenter sa chance. A noter que les assistants peuvent être réellement puissants et qu'il ne faut pas les oublier. 

Imaginarium réussit son pari : on se prend au jeu à bricoler des machines pour réussir des objectifs pas si faciles à atteindre et à griller du neurone pour y arriver !

La conclusion de

Imaginarium, la fabrique des rêves est un très beau jeu, relativement complexe aux rouages bien huilés. Si la mécanique de planification n'est pas très originale, elle fonctionne et on se prend au jeu du bricolage de machines fantasques pour devenir Grand Machiniste. Le matériel et le design y sont pour beaucoup dans l'aspect immersif du jeu. L'aspect course et la fin de partie plutôt abrupte provoquent un sentiment de frustration qui vous amènera à vouloir rejouer. Si le thème vous plait et que vous aimez ce type de jeu, foncez.

Que faut-il en retenir ?

  • L'esthétique bluffante du jeu.
  • Le thème steampunk !
  • La mécanique bien huilée.

Que faut-il oublier ?

  • A réserver aux joueurs expérimentés car les neurones chauffent. 
  • La frustration générée par la fin de partie peut déranger certains joueurs.

Acheter Imaginarium, la manufacture des rêves en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Imaginarium, la manufacture des rêves sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+