75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Project Zero II : Crimson Butterfly
Project Zero II : Crimson Butterfly >

Critique du Jeu Vidéo : Project Zero II : Crimson Butterfly

Avis critique rédigé par David Q. le lundi 7 juin 2004 à 1119

Le Projet Blairwitch de la PS2

L'histoire
Situons en trois coups de cuillère à pot l'intrigue du jeu. Vous et votre jumelle avancez tranquillement dans la forêt, en tenue sexy bien sur, et vous voilà comme transportés dans un village damné légendaire et bien sûr disparu. Là ca y est, vous vous dites "mais quel navet!", et bien vous avez tort. Même si le scénario semble super simple, il se complexifie au fur et à mesure grâce à de mystérieuses visions qui vous assaillent un peu n'importe quand. De plus, au bout de quelques temps passés dans le village, votre jumelle semble comme envoutée par des papillons rouge fluo (Non je n'ai pas fumé). Seule dans un village plein d'esprits détraqués, avec pour seule arme un appareil photo pour les capturer. Voilà de quoi vous donner des sueurs froides non?Et pour me défendre donc?
Pour vous défendre, vous trouvez donc un vieil appareil photo très spécial. Sa pellicule noire permet de fixer les esprits et de les libérer de leur érrance infinie. Seulement ils ne se laissent pas faire ces satanés esprits, et niveau course à pied vous êtes plus proche de votre petite soeur que de Carl Lewis. Il vous faudra donc repérer les esprits, les cadrer avec l'appareil et les exorciser. Plus vous êtes proche, plus l'exorcisme marche. Voilà la base du jeu. Après bien sur, vous pouvez récupérer des bonus pour améliorer votre appareil, sa puissance, son zoom, sa vitesse de chargement de la pellicule... Option sympathique, vous pouvez vous faire des albums photos avec les esprits capturés. De quoi garder de bons souvenirs ;) Le jeu fait son cinéma
Avec sa réalisation Project Zero 2 se rapproche du cinéma. Beaucoup de visions viennent entrecouper l'action et ajoutent pas mal d'angoisse à votre prise en main déjà tremblante. Ces petites séquences rappelent le Projet Blairwitch avec leurs styles noir et blanc et leurs traités graphique granuleux. D'une rapidité souvent déconcertante, on ne comprend pas grand chose à ce qui nous est montré, mais suffisemment pour donner envie d'aller plus loin, d'autant que le mystère s'éclaircit au fur et à mesure. De quoi se régaler et se faire peur, car bien sur la peur est présente à chaque coin de fenètre dans ce village abandonné. Rarement un survival-horror n'aura réussi à plonger le joueur dans une sorte de transe horrible, surtout si vous jouez la nuit. Et puis cette satanée jumelle qui n'en fait qu'à sa tête et part en vous laissant seule... Si jamais je l'attrape celle-là...

La conclusion de

Project Zero 2 est vraiment proche du cinéma. Utilisant des techniques propres à ce média le jeu vous plonge dans une ambiance angoissante et mystérieuse tout en proposant assez d'options et d'améliorations de vos objets pour renouveler l'intérêt. La répétition des actions, propre au genre, n'est pas suffisante pour vous lasser rapidement du jeu. Les graphismes, l'animation et surtout les bruitages sont très bons et vous feront vibrer. Le jeu le plus flippant qu'il m'ait été donné de jouer.

Acheter Project Zero II : Crimson Butterfly en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Project Zero II : Crimson Butterfly sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+