Le livre des lieux >

Critique de La quête des livres-monde : Le livre des lieux [#2 - 2012]

Ecrit par Amaury L. le lundi 7 janvier 2013 à 09:37

La quête sans surprises...

« Zec fonça vers l’Avaleur de Mondes. Il ne savait pas comment lui faire lâcher prise afin de libérer Éden. Avant qu’il ait pu tenter quoi que ce soit, la fumée se dissipa en émettant un bruit étrange, comme un gémissement. Éden était libre mais, inconsciente, elle continuait à dégringoler vers le sol qui se rapprochait beaucoup trop vite ! »

 

Le livre des lieux est donc le second volet de la trilogie La quête des livres-monde imaginée par Carina Rozenfeld. Après un premier tome convaincant (lire la critique ici), on entre dans un récit plus combatif et dynamique, avec une entité vindicative et prête à tout pour arrêter ce qu'elle considère comme des anomalies. Cette monstruosité cosmogonique, destructrice de planètes entières, montre une incapacité incohérente à se débarrasser de simples humains et ne cesse d'être facilement repoussée par ses ennemis « presque » ordinaires. Dans un souci de crédibilité, l'auteure aurait du détaillé les spécificités de cette créature, expliqué pourquoi malgré sa surnaturelle puissance, elle est refoulée par des êtres infinitésimales, derniers survivants d'un monde où elle a annihilé par millions leurs semblables. L'astuce de la potion ou de la mutation génétique pour se protéger de cette déité manque cruellement de force et de persuasion. Si encore il s'agissait de sbires « lambda » envoyés par cette maléfique monstruosité, alors l'histoire aurait grimpé en intensité et en dramaturgie. Mais cette lutte incessante décrite tout du long de ce volume prouve la faiblesse incroyable d'un adversaire supposé avaler des mondes entiers.

De plus, cette quête classique dans son formatage (un livre-monde à retrouver par roman) se morfond dans un enchaînement prévisible de situations données. Malgré un style agréable et un talent affirmé, l'auteure ne parvient jamais à surprendre le lecteur. On devine systématiquement le déroulement des événements, ce qui signale une inspiration modérée. On apprécie les histoires où la fin en « happy end » n'est pas convenue. Ce second tome souffre d'une absence d'envolées épiques, la manière dont les protagonistes récupèrent le précieux Livre des lieux est d'une fadeur absolue. Heureusement, quelques passages savoureux sauvent l'ensemble d'une inanité repoussante mais la déception prime. Malgré une lecture accessible et sans déplaisir, cette suite ne confirme que partiellement les débuts prometteurs de cette trilogie. On espère que le troisième volet infirmera cette baisse d'intérêt.

à retenir

  • Le style de l'auteure.

à oublier

  • trop prévisible.
  • Récit qui manque de cohérence et de consistance.

Les dernières critiques de Amaury L.

  • Madame Ching

    Madame Ching se répète... ― Le 8 juillet 2014

    65
  • Babel

    Babel, une tour très abstraite. ― Le 17 juin 2014

    70
  • Summoner wars master set

    Le maître est là... Combattez pour lui ! ― Le 14 juin 2014

    90
  • Minivilles

    Minivilles fait le maximum. ― Le 10 juin 2014

    75
  • Mille sabords !

    Les dés de la piraterie. ― Le 7 juin 2014

    70
Voir toutes les critiques de Amaury L.