75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Hawaï
Hawaï >

Critique du Jeu de société : Hawaï

Avis critique rédigé par Amaury L. le samedi 1 septembre 2012 à 0011

Surf, plage, noix de coco et divinités !

Le village s'inquiète du développement incroyable de la province voisine. Les paysans se demandent si le chef actuel s'avère à la hauteur de l'enjeu. Connaît-il les Kahunas les plus puissants, requiert-il l'aide des bonnes divinités ?

Le temps presse et les vagues appellent les surfeurs émérites à les domestiquer ce qui ne facilitent pas les choses...

Un matériel très coloré.

Hawaï délivre un matériel chatoyant et copieux en quantité. Tout rappelle cet archipel volcanique perdu au milieu du Pacifique, les tuiles Lieu qui permettent de renouveler le plateau à chaque partie, la centaine de jetons Produit local (Hutte, danseuse de Hula, pirogue, Kahuna, Tiki...), les paravents en forme d'habitat typique hawaïen, les tuiles Île, les pions en bois représentant les Chefs ou les moyens de paiement (fruit, pied, coquillage). Cet assortiment bigarré donne une envie irrépressible de se confronter aux divinités et rites hawaïens.

Vue du matériel, juste sorti de la boîte !

 

Les chemises à fleur sont à proscrire...

En tant que chef de village, les joueurs auront à cœur d'engranger un maximum de points. Après une préparation d'une dizaine de minutes, la partie commence. Hawaï se déroule en cinq manches qui se divisent en deux phases principales, les grands chefs effectuent des actions, on procède aux évaluations de fin de manche.

Un grand chef possède un éventail large lorsqu'il est activé. Il peut acheter une tuile (surfeur, danseuse, tiki, hutte, fruit...) en payant le coût indiqué sur le jeton adéquat, puis ce dernier est placé devant le joueur. Le joueur a l'option de payer le double afin de tourner la tuile sur le côté niveau 2 (effet plus puissant). Il devient impossible d'acquérir une tuile si l'emplacement ne comprend plus de jeton Prix. On se déplace en dépensant des Pieds. Un pied autorise le déplacement d'une case sur une adjacente ou de rester sur place. Il existe dix tuiles Lieu différentes sur le plateau. On paie les jetons Produit local en utilisant des coquillages. Au lieu d'acheter, le chef peut pêcher (cela donne des bonus en phase Fin de manche) ou explorer une des quatre îles visibles (procure un bonus immédiat de niveau 2). Les joueurs enchaînent action après action (une à la fois, ensuite c'est l'adversaire) autant qu'ils le souhaitent et mettent fin à leur manche en passant leur tour. Le pion Chef, au choix de son propriétaire, choisit un emplacement qui détermine l'ordre du tour pour la manche suivante.

Quand la manche se termine, on procède à l'évaluation. Il faut avec ses jetons Prix et les poissons pêchés dépasser le chiffre noté sur la tuile Décompte. Plus on avance dans la partie, plus ce chiffre augmente. Le premier marque davantage de points (entre neuf et dix-sept).

Au terme de la cinquième manche, la partie se termine avec une évaluation normale ajoutée à celle de fin de jeu. On décompte tous les villages valables, déterminés par les tikis, sinon il vaut aucun point.

Mise en place du jeu.

 

Un jeu pour les amoureux des grosses vagues mécaniques.

Hawaï est le fruit d'un auteur inconnu Greg Daigle qui tombe amoureux lors de son voyage de noces de cette île enchanteresse, ce qui se comprend sans difficulté. Étourdi par la beauté et la culture de ce peuple, il décide de construire une œuvre ludique autour de ce paradis inaccessible pour de nombreuses personnes.

Cela se ressent énormément car l'auteur a tenté d'intégrer un maximum d'éléments culturels à son jeu. Il propose une quantité d'options différentes pour marquer des points. Les joueurs appréciant la richesse, l'abondance de possibilités pousseront certainement Hawaï dans ces derniers retranchements afin de connaître les techniques les plus efficientes.

On paie en coquillages !

Hawaï demande de s'adapter à chaque partie grâce à la configuration du terrain qui change. Les tuiles lieu sont disposées aléatoirement en début de partie, assurant un renouvellement intéressant et brisant une routine comportementale avec des joueurs rompus à l'exercice. Cette astuce élargit les stratégies habilement. Un temps d'observation préalable de la disposition du terrain s'avère nécessaire afin de définir une ligne pertinente lors de ses futurs achats. Si certaines ressources appréciées se trouvent éloignées, cela occasionne des coûts dispendieux, pénalisant assurément le joueur dans sa démarche préférée. Comme les ressources se raréfient en cours de partie, les dépenses exagérées s'accompagnent d'une réflexion solide sur la pertinence de l'entreprise. Se retrouver à sec de manière précoce entraîne une gêne préjudiciable dans le développement de son village et surtout laisse la part belle aux adversaires qui, sans concurrence, se gavent honteusement et à coût réduit.

Fruits pas chers !

L'auteur propose un système ingénieux pour influer sur les prix des différents produits locaux. Ils varient à chaque manche et cela augmente les cogitations des participants qui sont confrontés à des cruels dilemmes, acheter à prix « discount », bloquer un adversaire dans une stratégie efficace, laisser aux autres des brèches afin de détourner les soupçons sur une tactique efficiente, payer plus cher pour remporter le décompte à chaque fin de manche. Ce mécanisme apparemment inoffensif se révèle une redoutable machine pour solliciter les neurones des joueurs. De plus, grâce à un habile calcul basique, les produits locaux ne sont pas systématiquement disponibles, créant une pénurie de certaines ressources, accentuant davantage la pression sur la prise de décision.

Attention aux pouvoirs des Tikis !

Dans Hawaï, tout s'évalue, se réfléchit, on soupèse le pour et le contre de chaque achat, chaque action. Il est déterminant de ne pas se tromper, de minimiser les erreurs évitables. En cela, les joueurs exigeants loueront les qualités de cet opus. Car malgré sa thématique incitant à l'évasion et à la détente sous des plages habillées de palmiers, Hawaï requiert quelques parties pour maîtriser entièrement une apparente lourdeur lors de la lecture des règles, de la mise en place assez fastidieuse et d'une première partie remplie d'hésitations. Pourtant, le charme opère la plupart du temps, certains réfractaires avançant le manque d'originalité, une surabondance confuse des options tactiques ou stratégiques. Ces arguments demeurent pertinents si on ne dépasse pas une ou deux parties. Au delà, Hawaï révèle un potentiel touchant le cœur des plus endurcis. On se délecte de sa fluidité, de sa constante incertitude sur l'action à mener, de sa richesse et de sa beauté matérielle. Que demander de plus, un petit séjour pas cher sur Hawaï, ça ne se refuse pas !

Le pouvoir des Dieux !

La conclusion de

Hawaï est un jeu costaud qui s'appuie sur une multitude de petites actions rémunératrices en points de victoire. Si une apparente lourdeur pénalise l'ensemble lors de la première partie, celle-ci disparaît subitement avec l'expérience. On se laisse séduire par les choix difficiles qui se présentent à chaque action, le renouvellement des parties grâce à son plateau modulaire. Hawaï s'adresse aux joueurs exigeants, appréciant la difficulté, l'abondance réflexive. Hawaï, c'est pas des vacances de tout repos !

Que faut-il en retenir ?

  • Le système des Jetons Prix.
  • Le plateau modulaire.
  • Le matériel.
  • La multiplicité pour marquer des points.
  • Toujours plusieurs choix intéressants.

Que faut-il oublier ?

  • La mise en place initiale.

Acheter Hawaï en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hawaï sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+